Santé

Coronavirus : le Burundi n’est pas à l’abri

31/01/2020 Hervé Mugisha Commentaires fermés sur Coronavirus : le Burundi n’est pas à l’abri
Coronavirus : le Burundi n’est pas à  l’abri
D’après le ministère de la Santé, la surveillance à l’aéroport a été renforcée

Depuis fin décembre 2019, cette nouvelle pathologie a causé plus de 200 décès en Chine. Au vu de sa contagion, une menace que le monde entier prend désormais au sérieux.

L’épidémie de pneumonie virale ne cesse de gagner du terrain. Avec plus de 10.000 cas enregistrés dans plus de 15 pays,  la terre entière est en alerte constante. En témoignent plusieurs rapports de l’OMS, des craintes exacerbées par la célébration du Nouvel an chinois et les relations tant commerciales qu’amicales que certains pays africains entretiennent avec l’Empire du Milieu. Au regard des compagnies aériennes  africaines qui desservent la Chine via notamment Kenya Airways, Ethiopian  Airlines, en plus des flux des voyageurs sino-burundais (étudiants, commerçants, etc.), c’est une menace qui guette le Burundi.

Selon l’OMS, ce virus touche aussi  bien l’homme que les animaux. Ressemblant à une couronne solaire, sous microscope, la  transmission par les voies respiratoires est la plus probable.

Chez les humains, le coronavirus cause des infections respiratoires allant du simple rhume à des pneumopathies sévères parfois létales. Et d’après certaines études  de l’OMS, il peut être accompagné par des troubles digestifs, telles que les gastro-entérites. Parmi ses symptômes, font savoir les experts, une  fièvre élevée récurrente souvent suivie d’une  toux prolongée. Et dans la plupart des cas, expliquent les experts de l’OMS, la personne atteinte a des céphalées et a du mal à respirer.

« Eu égard  au système de surveillance du Burundi et de ses  frontières poreuses, ce sera une épidémie difficile à contenir si des cas viennent à s’observer », révèle un épidémiologiste sous anonymat. De surcroît, renchérit- il, le personnel médical qualifié dans la prise en charge fait défaut. « Hormis les thermoflashes donnés dans le cadre de la lutte contre Ebola, aucun autre matériel  pour le diagnostic  ni médicament pour les soins de base ».

Quant aux robinets d’eau installés, poursuit-il, peu restent fonctionnels. Idem pour les ambulances en cas d’évacuation des cas suspects vers les structures sanitaires appropriées. En plus de la mise en place d’un centre  pour le dépistage, il demande que le personnel médical soit équipé en matériels de protection, tels que les  gants ou les masques de protection et.  « Aussi faudrait-il des séances de sensibilisation à l’endroit de la population sur son mode de transmission».

                                  Prêt à faire face

Bosco Girukwishaka,  porte-parole  du ministère de la Santé, se veut  rassurant : «Depuis l’apparition  de cette épidémie, nous avons renforcé la surveillance sur tous les points d’entrée.»  M. Girukwishaka fait savoir que deux centres sont déjà disponibles pour le traitement des malades. « En plus du centre d’isolement de Gatumba, un centre de traitement des maladies de caractères épidémiques se trouve à Mudubugu (commune Gihanga) ». Il ajoute que la surveillance a été doublée à l’aéroport international Melchior Ndadaye. « Tous les passagers  doivent passer  devant les caméras thermiques ». Toutefois, pour permettre une surveillance  efficace, il leur demande  d’être coopératifs. « Si des températures élevées se remarquent, ils doivent suivre le protocole, de la sorte, rejoindre les structures  sanitaires mises en place  à cet effet ». Il fait savoir que les traitements thérapeutiques  sont disponibles.

Le porte-parole du ministère de la Santé conseille à la population d’adopter une bonne hygiène : « Il faut se laver les mains, en cas d’éternuement , le faire dans le creux de la coude  ou  utiliser des mouchoirs à usage unique , etc. » Et de conclure : « En face de cas suspects,  des numéros gratuits, notamment le 109 pour la Croix Rouge, le 113 pour la protection civile et 117 pour le ministère de la  Santé, ont été mis à la disposition de la population

 

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Campagne contre la covid-19. Des interrogations demeurent…

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Campagne contre la covid-19. Des interrogations demeurent…

Chose promise, chose due. Depuis la prestation de serment des ministres du nouveau gouvernement, le Président Evariste Ndayishimiye s’est engagé à combattre résolument la pandémie du coronavirus, « le plus grand ennemi du peuple burundais ». A peine une semaine (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 350 users online