EN

Archives

Burundi/Covid-19: Hôpital militaire, la prise de température corporelle obligatoire à l’entrée des urgences

25/03/2020 Alphonse Yikeze Commentaires fermés sur Burundi/Covid-19: Hôpital militaire, la prise de température corporelle obligatoire à l’entrée des urgences
Burundi/Covid-19: Hôpital militaire, la prise de température corporelle obligatoire à l’entrée des urgences
Prise de température corporelle à l’entrée des Urgences de l’hôpital militaire de Bujumbura

Ce mardi 24 mars, Iwacu a fait un tour à l’hôpital militaire de Kamenge qui exige désormais une prise de température corporelle pour toute personne voulant accéder à son service des urgences.

Il est 10 heures à l’hôpital militaire de Kamenge. Une fois à l’intérieur, plusieurs robinets sont installés à quelques mètres de la porte d’entrée. Il y a du savon liquide à la disposition des usagers de cette structure sanitaire publique.

Tous ceux et toutes celles qui pénètrent dans les enceintes de cet établissement, se dirigent spontanément vers les robinets pour se laver les mains.

Cap aux urgences. A l’entrée, Nolasque Kagurube, un jeune interne portant un masque de protection, surveille scrupuleusement l’entrée du service des urgences et réanimation de cet établissement sanitaire réputé.

Toute personne voulant accéder à l’intérieur de ce service doit être soumise à un thermoflash que l’interne garde en main et grâce auquel il mesure la température corporelle.

« Avec l’annonce du premier cas de Coronavirus au Rwanda, cette prise de température s’est rapidement imposée. Celle-ci doit s’élever entre 35,5 et 37,5˚C pour qu’on puisse laisser la personne entrer », témoigne le jeune stagiaire, étudiant à la faculté de médecine à l’Université de Ngozi.

Notre échange s’interrompt un moment. Une jeune femme, chaussures haut talons et jupe noire flottante, se dirige vers l’entrée des Urgences. Nolasque l’arrête et pointe sur elle son thermoflash pour mesurer sa température. L’outil de prise de température affiche 36˚C. Après cela, la jeune femme accède finalement à l’intérieur des urgences.

« Les premiers jours, les gens étaient réticents à se faire prendre la température parce que c’est une pratique à laquelle ils n’avaient jamais été habitués à l’entrée de ce service. Mais à force d’arguments, beaucoup ont finalement compris le bien-fondé de ce procédé et ne rechignent plus à se faire prendre leur température », ajoute le stagiaire Kagurube.

Quand nous sortons des enceintes de l’établissement hospitalier, nous apercevons trois musulmanes habillées de tchadors noirs qui sortent d’un tuk-tuk et qui avancent en direction des robinets pour un lavage des mains.

L’hygiène manuelle terminée, elles se retournent et se rendent compte que leur chauffeur n’est pas sorti pour se laver les mains et a préféré rester à l’intérieur de son triporteur à attendre ces dames.

Celles-ci l’enjoignent à appliquer son lavage des mains mais le garçon refuse en estimant que « ce n’est pas nécessaire ». « Vous voulez nous transmettre le Covid-19, c’est ça ? », le sermonnent les trois femmes. Le jeune homme finit par obtempérer.

Notons qu’à l’heure actuelle, d’après le ministère de la Santé, aucun cas de Coronavirus n’a encore été détecté au Burundi.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

“La liberté est la règle, la détention l’exception”

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur “La liberté est la règle, la détention l’exception”

22 octobre 2019, un mardi noir, sombre. Un jour où la vie a été bouleversée pour Agnès, Christine, Térence et Egide. Un jour qui pourrait donner raison à Michel Delpech dans sa chanson : « Il y a des jours (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 863 users online