Samedi 16 octobre 2021

Sécurité

Bujumbura : Des crépitements d’armes aux alentours de l’aéroport international

Bujumbura : Des crépitements d’armes aux alentours de l’aéroport international

Les habitants des zones Rukaramu en commune Mutimbuzi et Buringa en commune de Gihanga, frontalières du périmètre de l’aéroport Melchior Ndadaye, affirment avoir entendu des détonations dans la nuit de ce samedi 19 septembre autour de 23 heures et demie. Ce dimanche, un reporter d’Iwacu s’est rendu à l’aéroport où tout semblait normal.

Par Abbas Mbazumutima et Jérémie Misago

Selon des sources contactées à Rukaramu, des crépitements d’armes ont été entendus vers minuit. Cette zone située à la lisière de la réserve naturelle de la Rukoko fait frontière avec le périmètre de l’aéroport international Melchior Ndadaye.

D’après ces mêmes sources, les coups de feu étaient dirigés vers cet aéroport. « Ceux qui ont tiré seraient venus de cette réserve naturelle », font savoir des sources locales.

D’autres sources contactées à Buringa en commune Gihanga de la Province Bubanza, non loin de l’aéroport international Melchior Ndadaye, confirment avoir entendu des crépitements d’armes en provenance de cette réserve naturelle de la Rukoko, sans d’autres précisions.

Contacté, le directeur général de l’Autorité de l’Aviation Civile, Emmanuel Habonimana dit que « la situation est normale ». Pas de crépitements dans le périmètre de l’aéroport ? « Non, non », a-t-il répondu laconiquement, nous renvoyant aux tweets démentissant toute attaque de l’Aéroport international Melchior Ndadaye.


Situation normale à l’aéroport

En début d’après-midi, un reporter d’Iwacu s’est rendu à l’aéroport international de Bujumbura.

Il est 14h, la route qui mène vers l’aéroport est fonctionnelle et animée comme à l’accoutumée. Des véhicules circulent normalement. Pas de points de contrôle particulier. Des gens vaquent à leurs activités. On ne remarque pas non plus un renforcement des patrouilles militaires dans les localités proches de l’aéroport.

A l’entrée de l’aéroport, le contrôle de sécurité habituel. On remarque un grand mouvement des voitures, bus, tricycles des gens accompagnant ou venus accueillir les leurs. Dans le parking de l’aéroport, il y a beaucoup de monde. Des voyageurs pour le vol de la compagnie Ethiopian Airlines s’alignent. Ils entrent un à un après le passage au dispositif de lavage des mains. « Les formalités administratives de voyage se font en bonne et due forme comme à l’accoutumée», fait savoir agent de l’aéroport.

Parmi les voyageurs, personne ne semble inquiet. Certains ignorent même ces informations faisant état d’une attaque de l’aéroport international Melchior Ndadaye la nuit dernière. « Je ne savais pas ce qui s’est passé. Je suis ici depuis 45 minutes, la situation est normale», dit un voyageur qui se rend en Afrique de l’ouest.

Interrogé un agent de l’autorité de l’aviation civile qui travaille là dit ignorer tout de cette attaque. « Si l’attaque avait menacé la sécurité de l’aéroport, tous les vols ne seraient pas maintenus. Kenya airways a atterri dans la matinée et l’avion est reparti avec des passagers. Il en est de même pour l’Ethiopian airlines. Aucun signe d’une situation particulière. Ces fausses informations ne visent que la manipulation de l’opinion nationale et internationale», insiste-t-il.

Un membre de l’équipe Messager Ngozi au nord du Burundi et ses coéquipiers rentrent de la Tanzanie où ils jouaient un match amical. « J’ai appris l’attaque de l’aéroport sur les réseaux sociaux. Nous étions surpris et inquiets de rester à l’extérieur du pays. Les autorités nous ont tranquillisés. Je restais prudent malgré ce message d’espoir. A notre arrivée à l’Aéroport international Melchior Ndadaye de Bujumbura, nous voyons que toutes les formalités administratives se font en bonne et due forme ».

Pour rappel des informations partagées sur les réseaux sociaux font état d’une attaque rebelle qui aurait visé l’aéroport international Melchior Ndadaye vers 23 h dans la nuit de samedi. « Nous avons lancé plusieurs obus à l’aéroport international de Bujumbura. Nous avons également eu des échanges de tirs d’au moins une heure avec les militaires d’une des positions qui protègent l’aéroport», a annoncé dans la nuit sur Twitter, RED-Tabara, un groupe rebelle qui dit se battre contre le pouvoir de Gitega. Iwacu a tenté d’avoir la réaction du porte-parole de la police en vain.

Forum des lecteurs d'Iwacu

7 réactions
  1. Umupfumu

    Basha ndababwize ukuri nta numwe azoshobora gutera akaguma mu gihugu cacu. Mark my words, nobody will! Abo bose barasa hirya no hino bariko bata umwanya, la vie continue. Ils devraient économiser leur énergie pour améliorer leur vie personnelle. Nta Burundi bazigera batwara kuko burafise abo bwagenewe na mpwemu yera.

  2. Jereve

    Il se pourrait que cette attaque soit un coup de bluff. Je n’ai aucun moyen de le vérifier. Ce qui est par conséquent sûr, c’est que le Président en déplacement sera obligé de s’expliquer la-dessus devant quelques journaux ou organisations un peu trop curieux. N’exagérons rien, ça ne va pas l’embêter outre mesure, mais cela pourrait lui faire perdre son temps alors qu’il a des préoccupations plus sérieuses sur lesquelles il doit se concentrer.

  3. Kirosi

    @ Stan Siyomana
    Justement ils ont attaqué l’aéroport Ndadaye sur Tweeter et non pas par les armes: donc ni abana beza kabisa

  4. Murindangwe Marc

    Iyo politike yokwihaya abo wishe nivyo wononye ntahishukana utwoturwi.
    Twarabonye canke twarumvise ba Savimbi muri Angola,……hari nabandi bigeze kwihaya abanyanulenge biciwe mu Gatumba, Abonabo ba RED Tabara bageze aho umwansi ashaka…..kobasigaye bihaya kobishe abantu nka Muramvya ,Mwaro ,Bururi na Jenda. Akica umugabo kamucamwo.

  5. Vumiliya

    None Red Tabara igwanira gusa kuri Tweeter na Facebook?numva ari abana beza

    • Yan

      Umenga murakorana?

    • Stan Siyomana

      @Vumiliya
      Il n’y a nulle part au monde où des “abana beza” monte une attaque contre un aéroport international.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Garder un œil, un seul, sur le Burundi

Malgré ses rapports sur les violations des droits de l’Homme au Burundi qu’une certaine opinion trouvait ’’pertinents, fouillés, documentés’’, au moment où une autre classe les qualifiait de ’’biaisés, de politiquement orientés, de nuls et de nuls effets’’, la Commission (…)

Online Users

Total 860 users online