Jeudi 26 mai 2022

Société

Bannir la transmission biaisée de l’identité clanique ou ethnique à l’enfant

04/01/2022 2
Bannir la transmission biaisée de l’identité clanique ou ethnique à l’enfant

Le Burundi et la région des grands-lacs ont connu des crises identitaires dont les conséquences n’en finissent pas. Faut-il informer l’enfant sur son identité clanique ou ethnique ? Oui, mais sans l’inciter à la haine, conseille Chartier Niyungeko, expert en transformation et résolution pacifiques des conflits.

Est-il nécessaire que l’enfant soit informé sur son identité clanique ou ethnique ?

La famille s’avère la première institution de socialisation par excellence. Mes enfants m’ont posé un jour la question de savoir notre groupe ethnique. J’étais avec leur maman et nous avons rigolé. Mais c’est bien d’y répondre. Avant tout, je dois dire que l’identité est une chose très importante dans la vie de toute personne. Depuis la naissance, pendant le processus de croissance de l’enfant, il évolue dans une société et a des racines dans une famille. Au fur et à mesure qu’il grandit, il cherche toujours à s’identifier aux gens qui l’entourent. Avec les conflits identitaires que l’on a connus dans la sous-région, on a une mauvaise compréhension et conception des identités claniques et ethniques. Quand on parle d’ethnie, on voit directement quelque chose de négatif car toutes les crises cycliques qu’on a connues prennent racine dans des conflits identitaires.

La transmission de l’identité clanique ou ethnique à un enfant est très simple. Si on ne lui explique pas avec amour, il cherche à savoir par ses propres moyens. Le danger que représente cette situation est qu’il peut découvrir cette identité clanique ou ethnique d’une manière violente. Les autres peuvent le manipuler et l’inciter à la violence. Par exemple lui dire que nous, membres de tel groupe ethnique, nous sommes bons mais que les autres sont mauvais. Voilà ce qui est mauvais pour la société.

Comment informer l’enfant sur son identité sans l’inciter à la haine ?

On doit lui inculquer que la vie est faite de la diversité. La diversité sociale, clanique, ethnique, régionale est quelque chose de normal. Différents groupes sociaux, ethniques, différentes croyances et autres cohabitent. Comme nous sommes dans un contexte post-conflit lié aux identités, il faut expliquer qu’il y a eu mauvaise compréhension et conception des identités ethniques. Il est important que l’enfant connaisse que la diversité est une richesse. Être Hutu, Tutsi ou Twa c’est normal comme être Rwandais, Tanzanien, Congolais. Il faut lui montrer les erreurs et horreurs du passé, là où les choses ont viré au pire. Ainsi, on lui évite de sombrer dans la haine contre d’autres groupes.

Y a-t-il des moments où l’on revient souvent sur des thématiques concernant les identités ?

Dans une société ayant connu des crises cycliques, les gens n’ont pas la même version de leur histoire. C’est un même passé dont les interprétations diffèrent. C’est pendant des moments de commémoration de ces évènements que les gens transmettent ces informations aux enfants. Malheureusement, les enfants captent ces informations très marquantes, vexantes et soutiennent que les membres de l’autre groupe leur ont fait du mal. Cette transmission des identités aux enfants devient dangereuse.

Quel est le danger que représente cette transmission des identités mêlée d’incitation à la haine ?

Le danger est imminent. L’enfant devient susceptible d’être tombé dans la manipulation identitaire. Quand on transmet une identité ethnique à l’enfant d’une façon négative, on l’empoisonne sans le savoir. Il peut grandir avec des blessures et des potentialités de violence. Il suffira de vivre un évènement qui va raviver les tensions, il réagit directement sur base des informations reçues et ses croyances. La transmission biaisée de l’identité clanique ou ethnique à l’enfant ne fait que créer un cycle de violence. Il suffit de vivre des courants socio-politiques et les gens commencent à se ranger.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. FREDERIC NZEYIMANA

    « Quand on parle d’ethnie, on voit directement quelque chose de négatif car toutes les crises cycliques qu’on a connues prennent racine dans des conflits identitaires.
    FAUX & ARCHIFAUX
    1> D’abord il n’y a pas d’ethnies au Burundi. Le e comme Burundi traditionnel est une société lignagère d’autosubsistance comme semblable au reste de l’Afrique sub-saharienne.
    2> Les crises cycliques connues au Burundi ne prennent pas du tout racine dans des conflits identitaires, mais bien dans un plan de génocide de certains contre d’autres
    Comment informer l’enfant sur son identité sans l’inciter à la haine ?
    On doit lui inculquer que la vie est faite de la diversité. La diversité sociale, clanique, ethnique, régionale est quelque chose de normal. Différents groupes sociaux, ethniques, différentes croyances et autres cohabitent.
    FAUX & ARCHIFAUX.
    En anthropologie on parle seulement de généalogie. La meilleure façon de lui apprendre son identité est de lui dire qui est son père et qui est sa mère. Et pousser plus loin et lui dire le père de son père. La mère de sa mère etc…

  2. J’ai lu dans un livre et quelqu’un m’a dit que en 1972, beaucoup de burundais ne savaient leur identité. Le problème du Burundi et de la région des grands Lacs et clair, pour tout personne honnête. Je commence à constater que la haine ethnique d’une partie de la population du Burundi commence à diminuer avec la pauvreté qui est entrain de décimer ceux là même qui l’utilise depuis 70ans

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Affaire Ruyumpu : Instruction dans un sens

On croyait avoir tourné la page. Du moins, les politiques de haine et d’intolérance politique s’observaient pendant la période pré et post-électorale. Ce n’est pas le cas sur la colline Ruyumpu, en commune de Kiremba de la province de Ngozi. (…)

Online Users

Total 1 855 users online