Elections 2020

Agathon Rwasa : «Nous allons être tous témoins du changement malgré toutes les tracasseries».

20/05/2020 Fabrice Manirakiza Commentaires fermés sur Agathon Rwasa : «Nous allons être tous témoins du changement malgré toutes les tracasseries».
Agathon Rwasa : «Nous allons être tous témoins du changement malgré toutes les tracasseries».
Rwasa glisse son bulletin dans l'urne

Après avoir voté au centre de vote de l’Ecofo Ciri, son village natal, Agathon Rwasa s’est exprimé sur différentes questions concernant le processus électoral en cours. Verbatim du candidat du CNL.

Son appréciation du déroulement du scrutin

Agathon Rwasa : «Je ne saurais donner une appréciation générale parce que je n’ai pas pu me rendre à différents bureaux de vote. Cependant, ici à l’Ecofo Ciri, je trouve que ça se passe assez bien. Je vois que les files sont longues, je présume donc que tous les électeurs ont répondu massivement à cet exercice de vote.

Au-delà de cela, je dois quand-même déplorer qu’il y a deux poids deux mesures. Je viens d’être témoin moi-même de l’interdiction faite aux  journalistes d’exercer leur profession. Alors que la CENI et le Conseil national de communication (CNC) ont convenu de comment la presse devrait travailler dans ces élections, il est quand-même dommage qu’un président d’une CECI ou d’une CEPI puisse donner ces propres ordres et refuser le droit aux journalistes de couvrir cet événement comme convenu. C’est déplorable. Pourquoi empêcher les journalistes de faire leur métier à Ciri alors qu’ils peuvent le faire dans d’autres localités. C’est un signe qui ne trompe pas. Il y a de mauvaises intentions de la part de certains gestionnaires de ce processus. N’en déplaise à d’aucuns, j’espère que tout ira bien. Tout ce que je peux faire est d’en appeler à la responsabilité de tout un chacun et qu’on respecte la volonté du peuple. Qu’on ne fasse pas diversion et qu’on ne cherche pas à tourner en dérision la volonté du peuple, lequel est déterminé au changement».

Des irrégularités

Agathon Rwasa : « D’après des informations que j’ai déjà recueillies, il y a des problèmes. Par exemple en province Rumonge où certains bureaux de vote ont ouvert à 4 heures du matin alors que la loi précise qu’ils doivent ouvrir de 6 heures du matin à 16 heures. Mais il faut surtout déplorer cette insécurité démesurée dirigée contre les militants du CNL. Une chasse à l’homme avec l’arrestation des centaines de nos mandataires. Même si tel ou tel devrait être inculpé pour un délit quelconque, c’est notre droit d’avoir des mandataires politiques. On devrait accepter qu’on les remplace parce que le Code électoral le dit ainsi. Nous devons avoir des mandataires dans tous les bureaux de vote. De surcroît, nous demandons que chaque mandataire rentre avec le procès-verbal pour que ceci puisse nous permettre de faire le recours au cas échéant.

Cette nuit, un militant du CNL a été assassiné par des Imbonerakure dans la zone Buruhukiro de la commune Rumonge. Dans cette même zone, des Imbonerakure ont vandalisé leur propre permanence pour justifier une rafle de nos militants. Ce comportement est à bannir. Le Burundi ne pourra jamais avancer avec de telles attitudes».

La coupure des réseaux sociaux

Agathon Rwasa : «Hélas! C’est un signe qui ne trompe pas que des fraudes ont été planifiées. Pourquoi couper les communications alors que c’est un droit pour chaque citoyen? S’ii fallait une intervention des corps médicaux ou autres, comment on procéderait avec des communications coupées ?  Si on appelle les gens à voter librement, on doit quand-même respecter leurs droits. C’est dommage que ça se passe ainsi, mais cela n’empêchera pas que le tournant qui s’annonce puisse être une réalité. Et le changement est pour ce soir. Nous allons être tous témoins de cela malgré cette coupure d’internet ou toutes les autres tracasseries».

Le mot d’ordre à ses militants

Agathon Rwasa : «Je ne lance pas un mot d’ordre aux seuls militants du CNL. Mais à tous les Burundais. J’en appelle à la responsabilité de tout un chacun. Ce Burundi a droit à un avenir meilleur et radieux. C’est à travers les urnes que nous devons définir notre feuille de route vers les lendemains meilleurs. Que chacun vote de façon responsable. Qu’on ne vote pas juste pour voter mais qu’on puisse réaliser le changement auquel on aspire à travers les urnes».

Sa réaction après la proclamation des résultats

Agathon Rwasa : «J’ai déjà dit que les mandataires doivent rentrer avec les PV. C’est reconnu par la loi. C’est à partir de ces PV, si les résultats nous semblent faux, que nous allons pouvoir procéder à des recours auprès des organes autorisés. On ne peut pas parler du verdict des urnes maintenant. Attendons le dépouillement. Si on n’est satisfait, on le dira. Dans le cas contraire, on le dira aussi car c’est notre droit d’apprécier ou pas ce qu’aura été ce processus».

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

« J’ai besoin de tous les Burundais »

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur « J’ai besoin de tous les Burundais »

L’euphorie de la campagne électorale est terminée. Ce 20 mai, les Burundais ont eu rendez-vous avec les urnes. Enjeu ? Un triple scrutin : présidentiel, législatif et communal. Mais le vote du président, qui gouvernera le pays pour sept ans, semble voler (…)

Les billets d'Antoine Kaburahe

Antoine Kaburahe

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 732 users online