Politique

Museveni et Magufuli : «La décision de la CPI annihile les initiatives de paix pour le Burundi»

12-11-2017

C’est ce dimanche 11 novembre, à Masaka en Ouganda, à l’issue d’une rencontre entre le Chef de l’Etat tanzanien et l’homme fort de Kampala qu’un communiqué est tombé.

«La décision de la CPI est inacceptable et sape les efforts de paix au Burundi».

«Avant de se séparer, le président ougandais, Yoweri Kaguta Museveni, a condamné dans ses propos la décision de la CPI autorisant la procureure de cette cour d’ouvrir les enquêtes sur la crise burundaise», indique cette note du service de la communication de la présidence tanzanienne.

Les deux homologues sont unanimes et ont pris acte de la décision prise en date du 9 novembre par les juges de la CPI recommandant à la procureure de cette cour d’entamer des enquêtes sur les cas de violation des droits de l’Homme survenus au Burundi depuis l’éclatement de la crise, il y a deux ans.

Dans ses propos, poursuit ce communiqué, le Chef de l’Etat ougandais Yoweri Museveni, en même temps président en exercice de l’EAC, a signifié que la CPI s’ingère dans les affaires de cette communauté, sans aucune concertation avec les leaders de cet ensemble régional. «Un tel acte est inacceptable et sape les efforts de paix au Burundi».

S’exprimant sur cette décision, le président Magufuli, a fait savoir que cette mesure remet en question toutes les initiatives enclenchées par l’EAC. Il a fait remarquer que cette communauté avait mis sur pied un comité de médiation piloté par le président ougandais et l’ancien chef d’Etat tanzanien, Benjamin Mkapa.

Selon le président tanzanien Magufuli, la situation prévalant au Burundi n’est pas si alarmante au vu de ce qui est rapporté. Raisons avancées : «Plusieurs refugiés hébergés en Tanzanie sont déjà rentrés au Burundi et d’autres continuent à le faire».

Et de terminer ses propos par une grande annonce : «L’équipe de la médiation comptent se rencontrer le 23 novembre pour faire avancer ce processus de résolution de la crise burundaise».

  42   Vos commentaires
  1. Lieutenant General Goliate Nikiza

    Mu7 est peut etre derriere la decision de la CPI et toutes les autres qui tentent a fragiliser le pouvoir de Pierre Nkurunziza pour qu’il intervienne comme son sauveur moyennant quoi?
    Piromane intervenant comme pompier? Comment un Muhima Mu7 aimerait tant le Muhanza Murundi Pierre Nkurunziza ?

  2. jules de Nakivale

    Qui dit enquete dit mandat d’arret,je me demande qui se trouve sur LA LISTE DE FATOU.

    Go ahead Fatou,
    MAKE OUR COUNTRY FREE AGAIN

  3. KILO

    Pauvre BURUNDI , on connait le cynisme de MUSEVENI mais sincèrement MAGUFULI deçoit ….Mes frères BURUNDAIS , au lieu d’attendre que l’Extérieur résolve vos problèmes , veuillez trouver vous même la solution…Le BURUNDI est trop pauvre pour que le monde Extérieur s’en préoccupe….mais ce pays est important pour vous ! Alors passer à l’action au lieu de pleurnicher !

    • Pappy Pick

      Non, Monsieur/Dame Kilo, ce n’est pas Magufuli qui déçoit, c’est plutôt Museveni qui déçoit.
      Magufuli reste dans la ligne de tous les présidents tanzaniens depuis Nyerere: Ce pays, la Tanzanie doit au BURUNDI de vastes territoires dont celui que l’histoire désigne comme nous ayant donné nos premiers rois dont le Grand NTARE, le BUHA. Ces territoires nous avaient été confisqués par l’entremise de conventions entre belges et anglais et que Nyerere avait rejetés en nous refusant les parties du port de Daressalam qui étaient propriétés du Burundi par ces conventions. De plus, ce pays nous doit des sommes énormes d’argent du fait des fameux Belbases. Le gouvernement sous BAGAZA avait réclamé la restitution de ces territoires dont les frontières sont encore visible en Tanzanie, de même que les sommes d’argent qui vont avec. Il a été destitué avant la conclusion de cet affaire et, bienque cela était très avancé, aucun de ses successeurs n’a voulu continuer.
      Comprenez alors pourquoi tous les présidents tanzaniens ont toujours soutenu tous les rebelles et opposants au régime burundais qui pourrait réclamer notre dû. Aujourd’hui, Nkurunziza et son DD ont confirmé à la Tanzanie l’abandon total de toute réclamation de ce genre en acceptant honteusement de matérialiser officiellement les frontières actuelles entre le Burundi et la Tanzanie. Que voulez-vous que Magufuli fasse d’autre que soutenir celui qui fait un si grand don gratuit à son pays??? Tout le Buha, le Bugufi jusque probablement à Kigoma et plus bas que notre Grand Mwami et notre peuple avaient si chèrement acquis et protégés est si facilement donné…. pour rien!!!! Il fallait un président DD d’origine ccc*** pour tomber si bas!
      SOORRY! C’est encore un « radicaux » qui parle, faut l’excuser, il ne fait que dire et bla bla et bli bli qui ne s’arrête que là!

  4. harimbari

    Entre les negociations actuelles sous Museveni et la Tanzanie, je choisis la CPI. Ca fait plus d’une annee sans dialogues. La Tanzanie a affiche au grand jour sa sympathie naturelle pour Bujumbura. Les deux pays sont entrain de jouer les prolongations pour leur collegue president. Ce qu’ils ne pourront pas faire c’ect de remplacer les actions de l’EU au Burundi. Ils se montrent arrogants envers la communaute internationale comme Bujumbura, comme s’ils etaient des puissances economiques. C’est la decadence du leadership en Afrique de l’Est.

  5. Jereve

    Certains journaux rapportent que l’Ouganda a sollicité le TPI pour traquer et juger Joseph Kony, le sanguinaire leader de la rébellion LRA. Un de ses lieutenants – Dominic Ongwen – est déjà aux mains de ce tribunal. C’est-à-dire que Museveni a confiance dans cette juridiction. Comment expliquer qu’il tourne sa veste quand il s’agit du Burundi ?

  6. Gacece

    Juste pour ceux que cela n’intéresse pas…


    À partir du 7 avril 2018, Pierre Nkurunziza aura cumulé plus de longévité au pouvoir du Burundi… que Buyoya!… À moins que la CPI ne l’arrête avant bien sûr!

    J’aime lancer des curiosités qui n’ont aucun sens! Pardonnez-moi!

    • Yves

      Quel est son bilan avec cette longévité?

      • Meursault

        Bonne question!

      • Gacece

        @Yves
        La réponse à cette question viendra avec les résultats aux élections de 2020. Et n’essayez même pas, je le sais : elles seront truquées!

      • SENYAMWIZA Jean-Claude

        @YVES: « Quel est son bilan avec cette longévité »?

        Un bilan sombre, une catastrophe pour le Burundi et sa jeunesse : corruption et incompétences généralisées à tous els niveau de l’administration nationale, violation massive des droits de la personne humaine y compris, le droit à la vie, près de 4% de la population burundaise poussée hors de ses frontières dans les campas de réfugiés un peu partout dans les pays voisins et au-delà , une population fuyant les exactions des Imbonerakure, cette milice du CNDD-FDD, de la police, des agents su SNR et certains éléments de l’armée. Sur le plan économique le Burundi est devenu sous NKURUNZIZA le 3è pays le plus pauvre au monde avec 280$/ tête d’habitant/an, un recul dramatique par rapport à tous les régimes passés. Voilà en quelques mots le bilan désastreux du Président qui a régné le plus longtemps sur le Burundi depuis l’avènement de la République en le 28 Novembre 1966

    • jules de Nakivale

      depuis le 13/515 il est aussi le premier au monde qui ne peut plus approcher un avion
      en connaissez vous un autre? car meme Bechir prend regulierement l’avion

      moi aussi j’aime bien les curiosités

      • Gacece

        @jules de Nakivale
        La raison est très simple : vous ne l’aurez pas!

  7. Ayahu Jean Pierre

    « je ne suis pas un oiseau de mauvaise augure mais la CPI vient de commettre un acte dangereux et vient d’actionner un frein au processus péniblement engagé dans la réconciliation du peuple burundais ». Tel est mon propos de la semaine dernière en commentant l’article sur le coup dur que la CPI porte au Burundi.

    Je suis content d’entendre que certains chefs d’État de la EAC estiment qu’un «.. tel acte est inacceptable et sape les efforts de paix au Burundi».

    • Karanga

      @Ayahu
      Vous parlez de « certains chefs d’Etat  » , qui sont ils ? Que deux ? c’est une minorité ! rien qu’en tenant compte de la CEAC?

      • Ayahu Jean Pierre

        C’est tout de même la Tanzanie avec ce qu’elle représente pour le Burundi d’une part et l’Ouganda, avec ce qu’il a de poids et de parrain de certains. Et puis, minorité numérique n’est pas forcement minorité idéologique. Au Burundi, on nous dit que les Tutsi représenterait 14% de la pop mais il en demeure pas moins qu’ils ont dirigé le Burundi d’une main de fer, parfois sanglant, durant 40 ans. Voyez-vous?

  8. Dibango

    Si l’arbre savait ce que la hâche lui reserve il ne lui aurait pas prêter la manche. C’est un sage qui l’a dit. …..Chers amis Museveni et Magufili savent ce qu’ils disent. Ils savent que par la force des circonstances ils peuvent se retrouver dans la même situation.

  9. juju

    La fragilite du groupe au pouvoir au Burundi livre le pays aux predateurs de toutes sortes. En effet, le groupe se sentant en danger, ouvre son coeur a « tout sauveur » meme s’il faut vendre le pays au moins offrant. Il faut absolument et rapidement normaliser la situation avant que le drame ne s’abatte sur le pays

    • Source du Nil

      @Juju :Vous faites une bonne analyse. Je pense que Bujumbura va faire le lobbying auprès du prochain sommet de l’UA pour avoir le soutient de cette dernière. Le Mutama du nord à la presidence de l’UA en 2018 ne facilitera la tâche.Malgré le soutient de l’UA, le president El Bechir ne peut se promener à l’aise sur le continent africain.

      • Banza

        @Source du Nil
        « Mutama du nord à la presidence de l’UA en 2018 ne facilitera la tâche. »

        Je croyais que le Nord détestait la CPI comme la peste. A moins qu’il veuille appliquer (pour la circonstance) le principe de la non-transitivité: l’ennemi de mon ennemi devient un ami. Et si la CPI était cohérente dans ses agissements, les responsables du Nord ne devraient pas dormir sur leurs lauriers car ils sont loin d’être cleans.

        • Source du Nil

          @Banza :Vous avez completement raison.Le Mutama du nord deteste la CPI comme la peste, mais souvenez -vous que les Imbonerakure l’ont insulté tous les weekends dans les manifestations dans toutes les provinces du pays, y compros Bujumbura en scandant des slogans « Tuzomumesa ».Punir les DD ne lui fera pas du mal.

  10. Budi

    Mbe basha za Red Tabara ,Nzabampema; Nyambariza n’abandi ko badakora akazi !!!??

  11. BOSS

    Mbega ko Mutama UHURU na mutama KAGAME binumiye abo bagabo bavuga iki ?

    • Meursault

      « Un tel acte est inacceptable et sape les efforts de paix au Burundi ».En quoi est-ce qu’une enquête et une recherche de justice (pour les crimes commis) constituent-elles un revers pour la paix au Burundi?? Je pensais que Museveni (vu son âge avancé) était un sage mais je viens de découvrir que c’est un haut-parleur qui dit du n’importe quoi!
      La Tanzanie avec Mukapa fait partie de la médiation dans la crise Burundaise. Comment Magufuli peut-il dire sans rire de honte qu’il n’y a rien d’alarmant au Burundi? A quoi sert alors la médiation de Mukapa dans une situation qui est normale?? Les déclarations de Museveni et Magufuli me donnent l’impression d’être une copie collée du discours de l’oligarchie au pouvoir à Bujumbura! Et j’estime(à mon avis) que les burundais qui espéraient la résolution de la crise dans leur pays de la part de ces deux thuriféraires du régime dd peuvent désormais déchanter!

    • John

      Abatowe na 98% ntibavuga barazi ko atajambo iyo uryivye ! Museveni nawe ni umutama w’akarere !

    • Banzubaze

      @BOSS
      « Mbega ko Mutama UHURU na mutama KAGAME binumiye abo bagabo bavuga iki ? »

      Mbe aho wisamaza wibagiye ko Kagame yankana na CPI nk’akaranda (la peste)!
      Nawe Uhuru we urazi neza ko yamye acengana na CPI, uretse ko womenga icenga ryiwe ryarafashe.

  12. Pierre

    Ces deux Chefs d’Etat savent faire la lecture de l’histoire. Quand ils parlent du probleme burundais, c’est reflechit et consequent. Ceux qui veulent couper en morceaux l’histoire du Burundi ne contribuent en rien a la resolution du conflit burundais.

  13. Stan Siyomana

    VEUILLEZ BIEN NOTER LES DATES COUVERTES PAR LES INVESTIGATIONS DE CPI.
    1. Meme si le president tanzanien a raison de dire que (AUJOURD’HUI 12 NOVEMBRE 2017) « Plusieurs refugies heberges en Tanzanie sont deja rentres au Burundi… », je crois qu’il devrait faire une analyse plus poussee cette question (burundaise). Indirectement il devrait lui-meme avoir interet a ce que la CPI fasse des investigations qui devraient aider AVANT TOUT LE PEUPLE BURUNDAIS pour savoir ce qui s’est passe reellement en 2015 (et qui a fait que la Tanzanie porte ce fardeau de centaines de milliers de refugies burundais).
    2. Peut-etre meme que la Tanzanie pourrait etre classe du cote des victimes devant la CPI. Par exemple, la Tanzanie doit quand avoir subi d’enormes degats environnementaux a cause de la presence des camps de refugies sur son sol.
    3. Moi je n’etais meme pas au Burundi quand il y a eu des tueries en 1972, mais en 1977 la Tanzanie m’a accorde le statut de refugies (en tout j’y ai vecu Presque 6 ans).
    Aujourd’hui, que je decide ou non de retourner vivre au Burundi, JE SOUHAITERAIS TOUJOURS QU’IL Y AIT DES INVESTIGATIONS SUR LES CRIMES DE 1972.
    4. SI REELLEMENT L’ON VEUT EN FINIR AVEC L’IMPUNITE AU BEAU PAYS DE MWEZI GISABO, LE RETOUR DES REFUGIES BURUNDAIS AU BERCAIL NE DEVRAIT PAS ETRE UNE RAISON (POUR LE POUVOIR DE BUJUMBURA ET POUR QUICONQUE) POUR S’OPPOSER AUX INVESTIGATIONS DE LA CPI.

    • Nukuri Bastien

      MR STAN SIYOMANA, la CPI qui debure ses investigations seulement en 2015,on en veut pas.

      • Stan Siyomana

        @Nukuri Bastien
        A part la CPI, il y a aussi la justice prevue dans l’article 6 des Accords d’Arusha:
        10. La demande, PAR LE GOUVERNEMENT DE TRANSITION, de la mise en place par le Conseil de securite de l’Organisation des Nations Unies, d’une COMMISSION D’ENQUETE JUDICIAIRE INTERNATIONALE SUR LE GENOCIDE, LES CRIMES DE GUERRE ET AUTRES CRIMES CONTRE L’HUMANITE qui aura pour mission:
        a). D’ENQUETER ET D’ETABLIR LES FAITS COUVRANT LA PERIODE ALLANT DE L’INDEPENDANCE A LA DATE DE LA SIGNATURE DE L’ACCORD;…
        11. La demande, PAR LE GOUVERNEMENT DU BURUNDI, DE L’ETABLISSEMENT, PAR LE CONSEIL DE SECURITE DE L’ORGANISATION DES NATIONS UNIES, D’UN TRIBUNAL PENAL INTERNATIONAL CHARGE DE JUGER ET PUNIR LES COUPABLES, AU CAS OU LE RAPPORT ETABLIRAIT L’EXISTENCE D’ACTES DE GENOCIDE, DE CRIMES DE GUERRE ET AUTRES CRIMES CONTRE L’HUMANITE.
        (Voir Accords d’Arusha pour la paix et la reconciliation au Burundi (Arusha 28 aout 2000), http://www.courdescomptes.bi).

  14. Rurihose

    Esr ce que ce M7 et MaCadenas réalisent l’énormité de ce qu’ils disent?
    Je comprends vraiement pourquoi les blancs et asiatiques nous méprisent
    1) La CPI aurait dú consulter l EAC.
    Donc chez vous l’indépendance de la Justice n’existe pas.
    2) Cela entravera le processus de négociation. (Censuré. had written are yo mad?)
    3) Le pays est stable. Les réfugiés commencent à rentrer.
    Est ce de l’imb…. ou ….(censuré)
    On peut tuer des gens comme des mouches.
    Si après les gens sont terrorisés et n’élèvent plus la voix.
    Fine. Let’ s move and organise the next rigged election. That is the lesson from the 2 presidents from EAC.

  15. Source du Nil

    Je ne suis pas surpris de la declaration de ces deux chefs d’Etats, car ils avaient affiché leur soutient au regime de Buja l’année dernière, quand l’UE avaient pris des sanctions economique contre Buja, selon les traités de Cotonou entre l’UE et les pays ACP. Une autre realité est que les dirigeants de l’EAC n’ont pas la même lecture de la crise politique burundaise. Le Rwanda est proche de l’opposition, le Soudan du Sud et le Kenya sont neutres, la Tz et l’Uganda sont pro -DDs.

    • Bakari

      @Source du Nil
      « Le Rwanda est proche de l’opposition, le Soudan du Sud et le Kenya sont neutres, la Tz et l’Uganda sont pro -DDs. »

      En considérant que les habitants de l’EAC sont d’une sournoiserie légendaire (vous-même l’affirmez souvent), je suppose qu’il existe un fossé entre les différentes déclarations des uns et des autres, et leurs convictions.
      Donc votre assertion est à prendre avec pincettes, ou peut-être considérée comme relevant du fantasme.

      • Source du Nil

        @Bakari:Evitez de généraliser. C’est plutôt la caracteristique du peuple Murundi. Un oui peut signifier non et vis-versa.Hier,on defendait une position quelconque, Aujourdh’ui, on defend son contraire, demain, une autre version. Finalent? C’est pourquoi nous reculons chaque année alors que les autres pays avancent. Arrêtons d’être des cameléons svp! !!!!!.

        • Bakari

          @Source du Nil
          Je peux parier une bouteille de primus que le peuple murundi n’est pas le plus caméléon de l’EAC (n’appelle-t-on pas cela de la « finesse » parfois?). Je pense que vous n’avez pas encore fini votre tour chez tous vos voisins.

          • Source du Nil

            @Bakari :Vous vous trompez mon ami,10%du peuple Murundi dit réellement la verité du fond du coeur. Tu lui poses une question, il repond par un Oui et Non en même temps. Reflechissez, vous me donnerez raison.

            • Bakari

              @Source du Nil
              Vous me dites que 10% des burundais sont des hypocrites (faux culs en termes crus). Tout à fait d’accord. Mais je dirais que c’est plus que cela (95% même). Car l’être humain fait de l’apprentissage toute sa vie. Et l’hypocrisie s’apprend aussi facilement que les maths.
              J’ajouterais qu’au niveau de l’EAC, j’estime qu’il y a aussi 90% de sournois. La sournoiserie est loin d’être une spécialité burundaise.

  16. Musemakweli

    Les suppots de Bujumbura livrent ce pays au chaos pour en faire un petit vassal satellite. Ce sont eux les vrais obstacles à la paix.

  17. divine comédie

    Le club des chefs d’Etat africains a un gros problème . En particulier Museveni et Magufuli doivent cacher quelque chose de fondamentalement inhumain lorsqu’ils osent affirmer que la situation au burundi n’est pas si alarmante qu’on le dit . Car la question fondamentale qui se pose est la suivante : pourquoi ils ne font pas dans leurs propres pays , ce qui s’observe au Burundi? Et puis une autre chose , depuis que Museveni pilote l’équipe de la médiation , qu’il nous dise au moins , un seul objectif atteint ? Pourquoi les présidents kenyans et rwandais ne se précipitent pas pour condamner la CPI même si on sait que le Rwanda n’en fait pas partie.
    Ils peuvent toujour parler , nous on sait rien de bon ne viendra ni de l’équipe de la médiation encore moins du régime de Bujumbura. Chacun fera sa comédie et nous resterons dans notre tragédie.

    • Nukuri Bastien

      Toute personne ne vous soutenant pas dans votre entreprise radicaliste,vous tirez dessus. heureusement que vos minutions sont encours d,epuisement parce que le grand monde vous a deja decouvert

    • BAZOMBANZA Nadine

      IL est bien entendu que ces deux chefs d’états sont tellement collés à leur propre siège de président qu’ils ne peuvent qu’approuver le pouvoir en place à Bujumbura. Ils ont un règne sans fin, ils sont l’exemple même qui perd l’Afrique. Ils n’ont rien fait pour amener la paix et et montrent l’exemple de l’abus de pouvoirs dans tous les sens du mot. L’Ouganda qui aide à semer la terreur au Congo, vient donner des leçons pour la paix. Ca se saurait, depuis combien d’années, leur petit jeu dure t’il, au détriment du peuple burundais notamment. Ils se prennent pour des empereurs, pas des présidents de pays, dignes dans leurs fonctions.
      Et le tanzanien qui trahit les réfugiés qui sont dans son pays et les livre au pays qu’ils ont fuit.
      On se demande comment ils peuvent mentir, braver tout le monde. Ils n’ont pas de miroir chez eux ? Alors peut être que ce serait un cadeau à leur faire, et pas besoin de dorures autour du miroir, juste le reflet de ce qu’ils sont. Ceux là même qui démolissent et décrédibilisent l’Afrique.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.
Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité