Sécurité

Makamba : la police arrête une vingtaine de personnes à Nyanza-lac et Mabanda

18-09-2014

Elles sont présumées d’appartenir à des groupes armés. Les associations de défense des droits de l’Homme s’inquiètent  de ces arrestations.

Quatorze personnes ont été arrêtées dans les localités  de Misurura et Mukerezi en commune de Nyanza-lac et Mabanda au début de la semaine passée. C’est après une opération conjointe de patrouille de l’armée et de la police, selon le commissaire régional de police dans la région sud.
Huit sont détenues dans le cachot de Nyanza-lac tandis que 6 autres sont au cachot de police de Mabanda.
Par ailleurs, selon le représentant de la ligue Iteka dans cette province, 10 personnes ont été arrêtées en commune de Nyanza-lac il ya deux semaines pour détention de tenues militaires. Le commissaire régional de la police  dans la région sud  indique que toutes ces personnes ont été arrêtées pour des raisons d’enquêtes.

 » La police ne confirme pas la présence d’hommes armés à Makamba »

Le commissaire régional de la police dans la région sud  ne confirme pas la présence d’hommes armés malgré les arrestations de ces personnes.
Il a indiqué que jusqu’à présent rien ne peut confirmer qu’il y a une présence de groupes armés  dans cette région. Il demande la collaboration de la population et la police  afin de combattre les rumeurs qui circulent sur une probable présence de groupes armés.
L’administrateur communal de Nyanza-lac, qui vient d’effectuer des réunions dans les différentes zones, précise lui aussi qu’il n’y a pas de présence d’hommes armés dans sa commune.

Il indique que même la mont Rukambasi qui était cité comme étant l’abri de ces groupes armés est pour le moment habité.
Clément Hatungimana, président de la fédération de la ligue Iteka à Makamba demande à la police de mener des enquêtes, en collaboration avec l’administration, avant de procéder aux arrestations.

En plus, il demande qu’une femme arrêtée avec son bébé à Muyange dans le box des présumés détenteurs des tenues militaires soit libérée.
Il appelle la police à être prudente et de ne pas cautionner des arrestations pour des mobiles politiques ou de règlements de compte dans des affaires des conflits fonciers. En effet, poursuit-il, des arrestations qui sont en train de s’opérer en commune de Kibago visent surtout les membres des partis Uprona et Msd.

Selon la même source, une vingtaine de personnes de la commune de Kibago sont activement recherchées par la police « pour avoir soulevé la population contre les décisions de la Cntb »
Certaines personnes sont en cavale ou en clandestinité de peur d’être arrêtées.

Signalons que les collines de Misurura et Mukerezi où sont arrêtées ces 14 personnes font frontière avec la Tanzanie et  furent des fiefs des ex mouvements et groupes armés burundais.

  3   Vos commentaires
  1. Karadomba

    Attention???!!! N’est-ce pas de la distraction ou un montage pour coffrer un acteur politique un bon jour?!

  2. duciryaninukuri

    ET Ils y étaient pour quels motif? A moins que ce soit leur lieu de vie habituel et là ils devaient être relâcher sans délai.

  3. Les responsables locaux disent qu’il n y’a pas des groupes rebelles et pourtant on arrête des citoyens présumées d’appartenir à des groupes armés. Ridicule!
    Maintenant ceux sont les Upronistes et MSD qui sont entrain de fonder des groupes rebelles, hahaha…

    Murabesha basi s’il faut emprisonner ceux qui trouvent les décisions de la CNTB absurdes il faudra construire d’autres Mpimba car ils sont très nombreux dans ce pays et même parmi les DD.
    Tôt ou tard l’on se rendra compte que cette commission n’arrange pas les affaires du parti (cas des tutsi et hutu basangwa toujours injustement traités) et encore moins celles du pays (domaines de l’état attribuées à tord et à travers, le dernier en date route Rumonge domaine de l’Isabu au bord de Ntahangwa)

    Clin d’œil !!!

Publicité