http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/ICCO-15-O-22-TDRs-Evaluation-a-Mi-Parcours-MAVC-Final.pdf
Sécurité

Les 280 policiers burundais en poste en Centrafrique ne seront pas remplacés

Un policier s’apprêtant à  disperser des manifestants

Un policier s’apprêtant à disperser des manifestants

C’est officiel, les  Nations Unies ne comptent pas procéder au renouvellement du mandat des policiers burundais de la Minusca. L’annonce a été faite ce vendredi 3 juin : l’ONU met fin au mandat des policiers burundais en Centrafrique.

Raisons avancées : des exactions commises par ces forces de l’ordre au Burundi avant leur déploiement. Selon Stefan Feller, conseiller principal des Casques bleus sur les questions policières, cette décision découle des ’’accusations actuelles d’atteintes sérieuses et persistantes aux droits de l’Homme au Burundi’’.

Les 280 policiers burundais déployés à Bangui, la capitale centrafricaine ne seront pas remplacés à la fin de leur mission en septembre.

Signalons que plusieurs organisations de la société civile burundaise dont le Focode (Forum pour la conscience et le développement) présidée par Pacifique Nininahazwe, aujourd’hui en exil, avaient appelé en février l’ONU à enquêter sur des accusations d’exactions commises par des policiers burundais qui se trouveraient en mission en Centrafrique.

Compte tenu de la situation actuelle au Burundi, explique Farhan Haq, porte-parole de l’ONU, ’’décision a été prise à l’ONU de ne pas remplacer les brigades de police servant en Centrafrique lorsque leur mission s’achèvera’’.

Le Focode avait reproché à Bujumbura d’avoir envoyé dans des missions de l’ONU plusieurs soldats et policiers soupçonnés d’avoir pris part à des exactions et à la répression des opposants, comme récompense.

Il n’y a pas encore de décision pour les 840 militaires burundais en mission en Centrafrique même si certaines sources indiquent que des responsables onusiens seraient en train d’étudier les dossiers des soldats burundais pour statuer sur l’avenir du déploiement des militaires.

Signalons qu’au mois de février de cette année, le Département des opérations de maintien de la paix à New York avait demandé le rapatriement de trois officiers de l’armée burundaise envoyés en Centrafrique. Ils ont rejoint la Minusca le 13 décembre 2015.

C’était suite aux inquiétudes exprimées par l’Office du Haut-commissariat des Nations Unies aux droits de l’Homme. L’OHCDH parlait de ’’sérieuses préoccupations au sujet de violations présumées des droits de l’Homme commises par ces agents au cours des violentes manifestations qui ont débuté au mois d’avril au Burundi’’.

  10   Vos commentaires
  1. Carthage

    Quand l’ONU tombe dans la globalisation, c’est que c’est très mauvais pour le monde. Donc les policiers burundais sont tous coupables. Demain,l’ONU dira que les soldats français de la force Sangaris étaient des violeurs? C’est détestable cette culpabilisation de tout un corps par la faute des quelques uns ……et les intérêts politiciens de certains acteurs et leurs lobbies.

  2. Fofo

    Ca n’a aucun sens! Comme si ces autres ne sont pas burundais! Qu’ils nous disent si ils les ont pris en otages! Que le Gouvernement burundais n’accepte pas ce mépris! Jusqu’à quand les occidentaux cesseront ce jeux de chantage sur les africains????

  3. burundi

    L’ONU a des rapports accablants sur les exactions de tous les jours des policiers militaires et les milices du pouvoir et ils ne veulent plus confier leur mission de paix aux vrais terroristes qui se font des anges dans les pays ou ils sont employes pour percevoir un bon salaire. Si l’ONU n’avait pas du mal a trouver assez d’employes pour le maintien de la paix la ou c’est necessaire, les policiers et militaires burundais seraient deja exclus de cette mission depuis longtemps. Le fait d’envoyer et de ne pas vouloir remplacer ces 280 policiers burundais, l’ONU veut dire a Nkurunziza, Alain Nyamitwe et Bunyoni qu’ils voient et savent tous. Ils feraient mieux de renvoyer le reste de militaires et policiers burundais partout ou ils sont pour venir eteindre le feu chez eux et alleger la souffrance des victimes du 3eme mandat maudit.

  4. Lily

    Une décision sage et logique.

  5. Ntahitangiye

    Aux Nations Unies, on ne sait plus qui prend des décisions ,des déclarations et sur base de quoi.

    On sait que la situation en Centrafrique s’améliore et que les contingents des Nations Unies sont appelés à être rapatriés définitivement. Ils n’étaient pas partis dans ce pays pour y rester pour toujours.
    Mais pour le cas du Burundi, on en profite pour salir le gouvernement.
    L’ONU perd sa crédibilité:
    1) Après avoir encouragé le Président Pierre Nkurunziza avec plusieurs médailles, il devient mauvais du jour au lendemain
    2) RFI dit: « Les policiers burundais ont pourtant bonne réputation en Centrafrique. »
    http://www.rfi.fr/afrique/20160603-rca-onu-veut-plus-policiers-burundais-minusca-septembre.
    Très très ridicules: les policiers que vous appréciez en Centrafrique étaient choisis parmi les policiers qui sont au Burundi. Vous appréciez ceux qui sont sur le terrain et vous jugez ceux qui ne sont pas encore venus. C’est quelle logique ?

    • Calma

      Des criminels (pas tous) envoyes pour une recompense apres des tueries sur des civils au Burundi. Fort possible que ces policiers se comportaient bien en RCA l’hypocrisie des Burundais envers les etrangers est deja connu par tous…).
      Par contre, chez eux au Burundi, ce qu’ils ont fait avec ne disparaitra pas facilement notamment pour leurs excations contre la population paisible! Plus vous tuez des gens paisibles, plus vous etes promus et recompenses avec des missions de l’ONU. Quelle logique. Je pense que la decision est bonne.

      • Ntahitangiye

        Poussons la réflexion plus loin:
        Pourquoi ou sur quelle base a-t-on fait appel aux policiers burundais pour aider en Centrafrique où ‘il y avait des crimes ? Sont-ils des policiers burundais qui ont causé des crimes en Centrafrique pour y aller après ? L’ONU ne savait-elle pas (depuis près de 10 ans )que les policiers de Son Excellence le Président Nkurunziza étaient des criminels à ne pas recruter?. C’est quand ils ont bien fait leur travail qu’on leur remercie en disant qu’ils sont des criminels chez eux ?
        C’est sage et logique pour Lily et Calma et pas pour moi.

    • kan76

      @Ntahintangiye …a un etat policier des reponses policieres. Allez au diable les dds

    • Karikera

      Ntahitangiye, reka sha kwidigadiga!

    • Maya

      Cher ami Ntahitangiye, on appelle ça manipulation! Ce jeux est déjà connu sauf pour les petits enfants qui n’ont pas la capacité de discernement!

Publicité