http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/US-ADVERT-26-SEPT-O-7-OCT.pdf
Editorial

Le bon sens politique de Jean Minani

Antoine KaburaheJean Minani appelle publiquement l’opposition à unir ses forces. Un tournant peut-être. Une prise de conscience que finalement « seule une coalition » peut faire face à la machine Cndd-Fdd.

Dans la foulée du discours de Jean Minani, M. Nditije (Uprona, aile non reconnue par le pouvoir) a estimé qu’il faut mettre en place « une plate-forme commune », selon lui, « tous ceux qui aspirent au changement doivent se mettre ensemble »
Le politologue Muntunutwiwe abonde lui aussi dans ce sens : « Aujourd’hui, la seule option qui reste à l’opposition est la coalition. Il faut qu’elle arrive à dépasser tous les problèmes, surtout individuels ou d’intérêts personnels. Elle doit être unie et penser un programme, ainsi que la personne qui va le piloter. »

En d’autres mots, se ranger derrière un seul leader. C’est là que les choses vont se compliquer. Rwasa ? Bamvuginyumvira ? Minani ? Qui sera cet oiseau rare ?

Quand vous discutez avec les leaders de l’opposition, à mots couverts, chacun se découvre des qualités, réelles ou imaginaires, pour piloter l’opposition. Se trouver un leader sera un premier test de la capacité de l’opposition à se structurer…
Après, comme le dit bien l’universitaire, il faudra «  oser », aller sur le terrain, prendre des risques. Car les élections ne se jouent pas à Bujumbura, mais surtout sur les collines, dans le Burundi profond. Et là, le parti au pouvoir a une longueur d’avance. Le quadrillage du pays jusqu’à la plus petite colline est réel.
Unie, l’opposition pourra soutenir la compétition. Pour faire bref : en allant aux élections en ordre dispersé, les partis de l’opposition seront tout simplement laminés… Une simple question de bon sens que le Dr Jean Minani a rappelé dans son discours à Muhuta.

  23   Vos commentaires
  1. Georges NGINDU

    interressant comme debat

  2. Burundi

    La coalition de l’opposition est l’idéal pour détrôner les DD; entre deux maux, on choisit toujours le moindre. Subjectivement de ma part , Nditije me paraît sage et politiquement mur comme représentant de l’opposition dans l’élection présidentielle. Une autres alternative, comme quelqu’un d’autre l’a suggéré c’est de préparer un jeune politicien, il y en a nombreux comme le porte-parole du CNDD de Nyangoma , Bizimana François , c’est un homme que je suis souvent ses analyse , il est logique , et il me donne l’impression qu’il a les pieds sur terre , ainsi que d’autres ….s’ils parviennent s’unir , je suis personnellement optimiste de la victoire, et le rétablissement de la démocratie , l’égalité et la justice pour tous. Les Burundi sont fatigué de voir des cadavres des innocents, du sang des innocents qui continue être versé gratuitement, la famine qui sévi les familles, alors qu’une poignée des Princes jouissent un extrême luxe. Ntankeka abarundi bazotora ikiri kumutima, Comme le dit Minani , ce n’est pas ce kilo de haricots , de riz ou de farine , qui trahira leur conscience.

    • ntaco mutinya izo mbwebwe kuko ntaco zimaze,iyo ziba zikimaze ntiziba zama ziriko zirica abahutu badasangiye ivyiyumviro.uko kuza baraza bica umwe umwe,bisigura gutinya gutsindwa.ariko,iyo biri hose,bazotsindwa impaganibazana karashinikove,tuzane muzinga turazifise muzofe kurarira gushika amajwi aharuwe ,gushika bahejeje.utwo dupolisi nitwagomba kutwirukana tuze twanke kuhava turabe ko barasa.nibarasa tubiraremwo natwe.mufe guhagarara bwuma gusa.ubwoba tubwikuremwo tumashaneabahutu turi benshi ntibazotumara.

  3. Anserlme NIMBESHAHO

    L’Honorable Jean Minani a finalement compris que l’Union peut faire la force. Mais cette prise de conscience est tardive.
    Déjà à la fin de la période de transition certains parlementaires du Groupe Parlementaire avaient approché l’Honorable Président de l’Assemblée et un des piliers du Frodebu pour créer une coalition des partis démocratiques en prévision des élections qui s’annonçaient. L’idée étaient de rallier les meilleurs de ces formations politiques pour relever les défis de la reconstructions matérielles et politiques du Burundi post-conflit.
    L’Honorable Président et sa formation politique Frodebu ont décliné gentiment l’invitation.
    Ceux qui étaient au Palais de KIGOBE se souviennent de la réponse donnée par le Ministre de la Justice, Maître Didace KIGANAHE, membre à l’époque du Frodebu, à la question moult fois répétée d’insérer dans la loi électorale une clause de coalition des partis.
    Pour lui, l’économie générale de cette loi ne permettait pas de coalitions avant les élections. Seule l’Honorable Alphonse Kadege a trouvé l’idée de ce parlementaire issue d’un petit parti politique défendable.
    Les Frodebustes étaient tellement sur de leur poids électorale qu’aucune coalition n’était envisageable.
    La suite, tout le monde le connaît: Depuis les élections de 2005, le CNDD-FDD n’a pas fait dans le détail pour s’ouvrir un grand boulevard vers le pouvoir. Quant au Frodebu, il s’est fait ramasser comme un novice et aux élections de 2010, il a reçu son coup de grâce.
    Je ne peux que souhaiter bonne chance à l’Honorable Jean Minani pour lequel je garde toute mon estime en dépit de son erreur passée d’appréciation.

  4. Ndaruzaniye

    En tout cas tous ceux qui revent faire face a DD et l’ecarter du pouvoir par voie d’election de 2015 ce ne seraient les hommes que vous projetez: rwasa, bamvuga, minani ni nditije car personne d’eux n’est reconnu de bravour pour avoir fait face aux oppresseurs et genocidaires des temps passes. C’est grace a DD que tutsi, hutu et twa se trouvent meles dans Ngagara, Musaga, Kanyosha, Nyakabiga, Rohero, Kiriri, Carama, etc. La l’on a pas encore parle des rapatriment sinon dementellement des nombreux camps des refugiers hutu dans les pays limitrophes et lointains. Est ce minani!! Moins encore bamvuga!! Le grand electorat balance sur ca. Ouvrez les yeux et voyez, les oreilles et entendez. Surtout ne continuent pas a vous demasquez car, surtout vous analystes, journalistes et certains politiciens, le public vous croyait etre intellectuels a hauteur, analystes, « voyeurs et compreneurs » mais vous nous prouvez le contraires. L’on dirait que vous provenez tous de la cote d’ivoir pour etre des « y voit rien » Meme toi Kabura he!! Avec ta masse et ton entourage journalistique!! Bamwe ruturika bakanyegera nibo biyamvya!! Erega abishe Ndadaye ntaho bagiye badiamiye ama janja!! Rwasa nawe murundi, mis a part urwamo nta politik yiyiziye murundi. Si no kurwana ntavyo azi. Yoharura ama defaite y’inflijwe na DD!!

  5. James II

    Je trouve l’idée tres bonne car une coalition est seule salut de tous contre ce pouvoir qui nous opprime et depouille le Burundi. Le seul candidat qui sort du lot est MrBamvuginyumvira mais la CENI ne va pas lui faciliter la chose et en second je vois l’Hon Nditije qui est l’homme qui m’a vraiment impressionné ces derniers jours. Leonce et Minani sont tres peu fiables et n’inspirent pas confiance car ils changent de vestes trop souvent et Rwasa notre cher Rwasa. je le vois occuper un siege au parlement ou au senat et non comme president.

    • meressoum

      A tous les politiciens qui se croient de l’opposition. Je vous prie de préparer un jeune politicien pour se présenter comme candidat. Mais il faut d’abord vous mettre ensemble et tracer les lignes directrices claires que les nouveaux dirigeants vont suivre. Quant à tous ces vétérans politiques , ils ont tous la même maladie: être à la tête de toute organisation.
      S’il vous arrivait de penser à la souffrance du peuple burundais, vous auriez pu changer les choses. Mais voilà l’égoisme vous a rendus insensibles aux problèmes du peuple. Malheur à vous!!!!

  6. kaminuza

    Opportuniste, non crédible !

  7. Baobab

    Je trouve que le pavé que Tony vient de lancer dans la marre de l’opposition est énorme!
    Au fait, il a dit tout haut ce que nombreux pensent tout bas! La classe moyenne burundaise représente combien en % de l’électorat? S’il y a un changement de la majorité politique, qui va en avoir le 1er les retombées? C’est sûrement pas la classe paupérisée! Car pour elle, son tour pour une part au gâteau attendra au moins une décennie au meilleur des cas. Et cette classe pauvre n’est pas dupe contrairement à ce qu’on croit! Elle sait absolument ce qui est bon pour elle!
    Moralité: qui est vraiment pressé pour un changement? Je ne suis pas sûr que ce soit le pauvre car il n’a aucune garantie d’amélioration de sa situation ou de son sort!

  8. KABADUGARITSE

    Bonne analyse. Mais ma seule inquiétude reste la volonté de Minani d’accepter qu’un autre à part lui, pilote cette opposition unie. Tellement il est mégalo. Un autre cas d’inquiétude: Rwasa ne se laissera pas avoir pour la seconde fois. Alors qui reste? Bamvunginyumvira est convaincu de ses capacités, ce qui vrai en partie, mais j’ignore si Bakame et ces vieux loups de l’Uprona lui feront le cadeau. Mais espérons que d’ici l’an prochain les choses auront changé de couleur.-

  9. abdoul

    La coalition est une belle chose.
    Mais coalition pour quel but? Battre le CNDD-FDD? et après?
    Car tel que je vois nos gars, même s’il advenait qu’ils se mettent ensemble(Permettez que je doute là dessus), seraient-ils capables de rester coalisés s’ils obtenaient une très hypothétique victoire?

    Parce que si coalition il y aurait, ça serait surtout une coalition contre le pouvoir et non un coalition autour d’un programme.
    Ajoutez à cela que chacun voudra découper le plus gros morceau pour lui une fois la victoire acquise….
    Car si l’opposition regorge d’hommes intelligents, les mettre ensemble a un effet contraire de ce à quoi on s’attendait(contrairement aux lois de l’addition!). Je dirai qu’ils manquent de quelque chose, ou plutôt de quelqu’un capable de les fédérer autour d’un programme cohérent qui puisse les convaincre eux-même et de convaincre l’électorat ensuite . Jusque là ils se contentent crier haro sur le CNDD-FDD sans pour autant convaincre qui que ce soit qu’ils feraient mieux s’ils étaient au pouvoir.

    Disons -le tout de suite, si le gouvernement actuel CNDD-FDD fait beaucoup d’erreurs et d’approximations, tout indique que l’opposition actuel ferait pire une fois au pouvoir.
    Le CNDD-FDD au moins constitue une force cohérente capable d’imposer un certain ordre et d’éviter la situation de non état.

    Alors comme disent les anglophone, what is the way forward? Que faire?

    Il faut laisser le processus démocratique suivre son cours. Toute tentative de déstabilisation (Comme l’ont tenté maladroitement et dangereusement les gars de l’opposition après 2010) serait très préjudiciable au pays. Après un certain nombre d’élections (réussies), le burundais finira par être mûr.

    Il finira par comprendre que glisser un bulletin dans l’urne a une conséquence directe sur sa vie(C’est d’ailleurs ce que devrait enseigner la « société civile » au lieu de se contenter de dénoncer , ce que fait les opposants au risque de confondre les deux) .

    Il finira par écouter le programme proposé avant d’élire et demander des comptes avant de renouveler un mandat(Si ceux qui sont sensé éduquer la société s’y mette, alors cela se arrivera)

    Le politicien n’aura alors plus de choix que de se mettre au service des électeurs.

    You may say I am a dreamer….

  10. nivyo

    « Rwasa ? Bamvuginyumvira ? Minani ? »

    eeuueuu….? Il n y a aucun Tutsi ?

    « Car les élections ne se jouent pas à Bujumbura, mais surtout sur les collines, dans le Burundi profond. Et là, le parti au pouvoir a une longueur d’avance. Le quadrillage du pays jusqu’à la plus petite colline est réel. »

    C’est vraiment la réalité.

    • KABADUGARITSE

      Wapi sha jewe nibaza ko ivy’abahutu n’abatutsi vyaheze! Ubu ibiri ahabona ni ivy’inda. Et seulement cher ami! Si non je ne vois pas comment un président de Parti comme Minani dont tout le monde connait le parcours, pourrait ignorer comment il s’est longtemps lié au CNDD-FDDD et maintenant proposer une révolte de la population contre le Parti qui l’a nourri et l’a remodelé après la défaite du Frodebu en 2005. Qui vivra verra.-

  11. Fred

    l’idée est bonne, mais ne tomber pas dans des petits pieges des ces ventriotes en perte de vitesse. Minani ferai bon de rester parlementaires et continuer ses business. il sait ce que lui reproche les camp de Leonce. il a longtemps collaboré avec les DDs. Uprona paie son ingratitude envers les autres partis, qui se sont réunis à l’ADC après 2010. je propose si y a consensuss que cela commence chez les organes des jeunesses. ces Vieux seraient entrain de se pieger entre eux.

  12. joan!

    il est peut etre tard pour 2015 mais essayer ne ferrais pas du mal au moins remporte 40 % des voix ne serait qu’un etape ,mais malheureusement je crains que l’union serais de courte duree ,
    on as qu’as espere qu’un jour viendras un leader du parti majoritaire qui est le cdd fdd maintenant mais qui ne partage pas leur facons de diriger ,
    le cndd fdd est venu avec un air de changement en 2005 mais on remarque maintenant qu’ILs dirigent comme les upronistes d’autrefois en manipulant les forces de l’ordre et la jeunesse , la seule difference il n’y as pas de rebellion armee en ce moment !

  13. Vuvuzela

    Ntabaye designe comme chef de cette coalition, ntakizoshoboka. Uwumva ni yumve.

  14. Burundi Bwacuu

    Ils sont en retard meme si c’est une bonne idée. Le problème chez nous c’est qu’ils veulent tous devenir chef. Il faut des elections au sein des partis de l’opposition pour élire le porte flambeau.

    • baobab

      Et ces élections s’ appellent souvent des primaires: ibuka Hillary na Obama! Amaraso yarataraguritse!!@

  15. Bimbabampisha

    Il ne s’agit pas de se ranger derriere une coalition de circonstance avec des individus qui s’identifient plus avec un passé peu glorieux. il faut offrir aux Barundi, une alternative c’est-à-dire une alternative (au status quo) incarnée par :
    1. un programme visionnaire clair avec des objectifs réalistes (réalisables) à court, moyen et long terme (donc une vision politique) mais qui repondent aux attentes justes et justifiées de l’ensemble de la population meurtrie par des décennies de conflit et de paupérisation;
    2. une équipe de leaders patriotes qui inspirent la confiance basée sur leur passé et surtout le rôle positif qu’ils peuvent avoir joué et non et non leur implication dans les tragédies qui ont endeuillé le pays;

    Les bavures, imperfections, insuffisances, incompétences, etc tous les maux dont peut être accusé le pouvoir à tort ou à raison ne suffisent pas : il faut convaincre et proposer une alternative qui représente un mieux par rapport au status quo… ou au pire un retour au passé…

  16. Muhizi Marc

    Opposition ntishobora kuja hamwe. Aho ntitwirigwe turahaharirirako. L homme fort du Burundi s appele Nkurunziza et il continuera a l etre gushika 2020.

  17. Marguerite Bararufise

    Bel article.
    L’appel de Minani sonne comme une demande de secours et de prise de conscience.
    L’idee est bonne mais la substance manque: a part qu’il est deja un peu tard je pense que nos politiques n’ont pas encore integre correctement ce qu’ils veulent reellement comme projet de societe au Burundi. En effet s’ils l’avaient la reunification serait une etape facile car consequente a une conviction.
    Je crois en outre que les gens qui ont fait Arusha etaient tellement obnubiles par les coups d’Etats respectifs qu’ils ont pense que la Democratie telle qu’ils l’entendaient (un homme , une voix ) etait la manne pour les burundais.
    Or une democratie sans une societe civile forte en partenariat avec les pouvoirs publics n’en est pas une. Celle ci doit notamment s’assurer que les burundais participent a la plannification et surtout en la mise en oeuvre des programmes du developpement socio-economique. Je crois que les grandes democraties ont depuis plus de deux decennies compris et ont depasse le stade qui nous coue au sol aujourd’hui a travers un systeme de subsidiarite. Ainsi le financement d’une societe civile qui participe activement au developpement et non en » l’obseravatoire et controle du gouvernement au profit des bailleurs de fond » serait faite par les pouvoirs publics eus memes et consignes dans la Constitution.
    En effet une democratie qui ne permet pas la liberte d’action est meme nuisible. Alors quelle systeme de gouvernance appuyee sur quelle type de constitution permettant a tous les citoyens d’etre au travail pour liberer les energies et initiatives?
    Le Frodebu de Minani avant de se faire laminer en 2005 n’entendait pas l’idee de coalition avec les »petits ». En 2010 a la question d’un journaliste a Domitien s’il n’avait pas peur d’une certaine coaliton autour du Cndd -Fdd qui s’appelait Celat, il a dit que les 10 partis ne valaient rien. Et que par ailleurs zero plus zero plus zero etc..egale 0. On sait certs que zero est nul pour l’addition et absorbant pour la multiplication mais en politique ce n’est pas le cas. Maintenat qu’ils le remarquent c’est bien. Mais n’est il pas deja trop tard? Y en a t il reellement dans leur tete ou c’est circonstanciel!
    En conclusion telle que la constitution est redigee et compte tenu de l’histoire recente du pays, je ne pense pas qu’en moins de 1oans une certaine coalition extra Cndd puisse le battre. A moins que le Cndd Fdd ne se fissure en deux ailes fortes. Et meme la coaltion serait alors autour d’une certaine aile du Cndd Fdd.
    Conseil: Proposer une certaine plate forme au Cndd Fdd qui puisse seduire une certaine elite aupres de certains membres du Cndd Fdd. Le parti ne sera pas oblige de l’accepeter mais au moins vous etes sur qu’il ya des membres du Cndd Fdd qui sont de votre cote au moins ideologiquement. Dans 5,10 ou 15 ans vous etes surs que vous aurez une coalition avec les « seduits » qui mettra a terre le Parti alors dirige arrogamment.
    Du reste tout ce qui peut se faire miantenant comme coalition ne cherche qu’a sauver les meubles. Mais les sauvera t on jusqu’a quand Monsieur Minani?
    Bonjour la Democratie burundaise!

    • Ndamuzanye

      Le seul homme capable de rivaliser avec un candidat du CNDD/FDD est Rwasa. Quand une certaine classe politique et une partie de l’opinion (et de faisuers d’opinion) de Bujumbura comprendront que ce dernier est intègre, discipliné et guidé par des principes qu’il n’a jmais trahis, elles lui donneront une chance. Il faut oublier ce qui s’est passé dans le maquis. Nous ne sommes plus dans le même contexte. Rwasa est un poloticien d’envergure nationale. Donnons-lui une chance!

      • Mvunderi

        Demande aux DDs de lui donner une chance!!

Publicité