Société

Des séances d’endoctrinement

28/03/2018 Fabrice Manirakiza 12
Des séances d’endoctrinement
Aimé Magara : Ces enseignements prouvent que le système descend aux enfers. »

Chaque mercredi, les élèves du Lycée de l’Espérance de Nkondo sont sommés de se rassembler à la permanence du parti au pouvoir pour y suivre des enseignements. Les récalcitrants sont menacés de renvoi ou d’échouer à la fin de l’année.

La peur règne à Nkondo. «Au petit matin, je me pose toujours une question : aller à l’école ou rester à la maison?», confie un élève du Lycée de l’Espérance de Nyarusange. «Je ne sais plus quoi faire. Les mercredis, je n’ai pas envie de me présenter en classe», renchérit un autre. « C’est parce que je n’ai pas où aller sinon je serais déjà parti depuis longtemps», indique un professeur de ce lycée.

Deux raisons accentuent ce sentiment de peur. Pour les professeurs, c’est la peur d’être arrêtés.

«Trois collègues sont déjà en prison arrêtés à cause de leur appartenance politique », soutiennent nos sources. Quant aux élèves, ce sont les séances d’endoctrinement organisées chaque mercredi à la permanence du parti de l’aigle : « Gare à celui qui n’y va pas! Certains élèves ont été renvoyés pour ça.»

Et d’accuser un groupe d’élèves du même lycée d’avoir été embrigadés et de terroriser leurs camarades.

Il s’agit de M.N, S.I tous de la 2ème post-fondamental, F.M, élève de la 1ère scientifique B, natif de Biziya et un frère du conseiller du directeur communal de l’enseignement à Nyarusange qui étudie également à Nkondo.

«C’est ce groupe qui ordonne aux élèves de se pointer à la permanence du Cndd-fdd pour y suivre des enseignements.»

Le directeur et le préfet pointés du doigt

D’après les enseignants de ce lycée, des cas d’abandons ont augmenté ces derniers jours à cause de cette situation. «Plus d’une trentaine d’élèves ont déjà abandonné les études », martèlent-ils.

Le directeur de ce Lycée, Silas Mpawenayo et le préfet des études, Révérien Ndikumana, sont pointés du doigt : «Ils ont voulu dans un premier temps organiser ces séances les vendredis mais comme ce lycée est une école sous convention de l’Eglise Méthodiste Libre la journée du vendredi est consacrée à la prière. Il y a eu des protestations et les deux responsables ont reculé.»

Parents et professeurs ne savent plus quoi faire. «Lorsqu’on proteste, on nous accuse d’être de l’opposition comme si c’est un péché. On préfère garder le silence», confie un parent. Il demande au ministère en charge de l’Education de se saisir de ce dossier.

Retour à un système révolu?

Contacté, Silas Mpawenayo réfute ses accusations. «C’est de la calomnie. J’aimerais savoir l’identité de ceux qui m’accusent.» Il indique que les mercredis les cours se terminent 14h25 min et que les élèves rentrent par après chez eux : «Ce qui se passe ensuite chez eux ne nous regarde pas.» Concernant les cas d’abandons, il assure qu’il arrive qu’ailleurs les élèves abandonnent les études : «Ce n’est pas à cause de ses soi-disant séances d’endoctrinement.»

Interrogé, le directeur communal de l’enseignement indique qu’il n’est pas au courant. Même réponse de la part de Bernard Ndabahagamye, directeur provincial de l’enseignement. «Je n’ai pas encore reçu de rapport à propos de ça.»

Contacté Aimé Magera, porte-parole d’Agathon Rwasa n’y va pas par le dos de la cuillère. Pour lui, ces ex-maîtres du maquis n’apprennent rien de l’histoire : « A l’époque du parti unique, tout le monde devrait être du parti Uprona. A l’école primaire, c’était des pionniers qui se faisaient encadrer par les enseignants. A l’école secondaire, tout élève devait être membre de la JRR. Mais ce système a été combattu et vaincu. » Et de renchérir : « Ces enseignements prouvent que le système descend aux enfers.»

Forum des lecteurs d'Iwacu

12 réactions
  1. Gacece

    @Y voit rien
    Moi je parlais de l’« y voit rien »! Tu n’es pas un « Y voit rien » puisque tu y vois quelque chose! Ce qui n’est pas rien!🙈 🙂

  2. Y voit rien!

    Quoi? Vous non plus vous ne croyez pas qu’il y a des gens qui ont passé 10 ans dans la brousse? Dommage que lorsque l’essoufflement se termine, parfois on oublie sa cause.
    Et vous? Vous tenez à ne pas oublier ce qui vous essouffle dans votre vie?

  3. Ntahitangiye

    Le pire endoctrinement du siècle se fait autour du mot “Démocratie”
    Conçue par l’Occident la démocratie est plus imposée à tout le monde . Elle est chantée par tout le monde bien qu’elle est une théorie qui n’existe nulle part au monde et que personne ne sait comment et où elle est réellement appliquée dans chaque pays.
    Cette semaine à Paris, le Collectif “Tournons la page” dit qu’il n’y a pas démocratie sans alternance.
    Démocratie = alternance ?
    Les pays au régime royal ne se développent-ils pas?
    Par ailleurs on nous dit que “démocratie”= le peuple élit son président. Si le président est bon, le peuple peut l’élire autant de fois qu’il voudra. Si on limite les mandats on impose les limites au peuple ce qu devient anti-démocratique
    Finalement “démocratie” c’est quoi?
    Il me semble que ceux qui parlent d’endoctrinement sont les plus endoctrinés dans les choses qu’ils ignorent.

  4. Gacece

    Un @Y-voit-rien! ne voit rien nulle part!

  5. Gacece

    Hey! L’« @y voit rient! »… Arrêtez de prétendre vous prendre pour quelqu’un que vous n’êtes pas dans le concret! C’est de la prétention! Mais… « Vois-y rien! »

  6. Banza

    @Nakidou
    Il faut attraper ces gens (voleurs) qui nous volent notre opinion.

  7. Y voit rien!

    @Rwamanyinya Gervais
    J’oubliais; ils étaient en vacances à Bora-bora! Ca vous va comme cela?

  8. Rwamanyinya Gervais

    Est-ce que vous pouvez nous dire ou nous montrer ce lieu que vous appelez “maquis” où ces gens ont passé 10 ans? Je doute de ces déclarartions comme quoi “Twamaze mw’ishamba imyaka 10”. Oh mon Dieu: 10 ans dans la foret? mais où?

  9. Gacece

    Attendez-là Magera! Faut pas exagérer quand même!

    J’étais à l’école primaire du temps de Bagaza! Et personne ne m’a forcé à être membre des « pionniers » de l’UJRB. On nous empêchait même d’y entrer parce que c’était géré comme des clubs privés, avec tous les avantages que cela avait : des voyages tous frais payés : nourriture, logement, transport, boissons (les fantas!)… Tout ça payé par la commune, la province ou le canton scolaire… pour rendre visite à d’autres clubs privés de pionniers dans d’autres provinces ou cantons scolaires… Bref, c’était cool de faire partie des pionniers!

    Les seules choses qu’on nous forçait de faire, c’était de s’arrêter net quand le drapeau était hissé ou descendu, de planter des bananes et ibitongati quand une « haute » autorité passait dans le coin, et de ne jamais penser à s’absenter quand il y avait un défilé de la fête nationale.

    Je crois qu’on ne perçoit pas le problème de la même manière!… Ou peut-être n’est-ce pas un même problème.

  10. Patriote

    Mais, franchement, quel peut finalement être l espoir du Burundi pr ce qui est de la démocratie et du développement ???
    Et nos hommes politiques (opposition y compris) ne pensent qu’à leurs intérêts personnels. …. qui sera un vrai leader au Burundi à l’image des héros comme SANKARA?

  11. Nakidou

    Politique et enseignement ne font jamais bon ménage. Au contraire, l’école devrait être le sanctuaire où l’on se voit inculquer l’esprit critique, la faculté d’émettre ou réfuter une opinion et de mener un débat contradictoire. Toutes ces choses qui ont aujourd’hui disparues dans ce pays livré à la pensée unique.

  12. Y voit rien!

    Je suis d’accord avec Magera mis à part qu’il a oublié que ses patrons ont vécu encore plus longtemps au maquis et que même nombre de leurs anciens camarades y courent toujours.
    On peut se demander qui est plus maître du maquis que qui. Par ailleurs si le système descend aux enfers, il ne devrait pas s’en plaindre car cela lui donne l’occasion tant rêvée d’atteindre la mangeoire car jusque-là je ne vois qu’une course effrénée vers l’enrichissement personnel entre nos protagonistes politiciens.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

Editorial de la semaine

De la ténacité à l’hémicycle

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur De la ténacité à l’hémicycle

Mardi 11 septembre, les parlementaires se réunissent à l’hémicycle de Kigobe. Ils débattent le deuxième rapport de la Commission d’enquête des Nations Unies sur la situation des droits de l’Homme au Burundi du 5 septembre. Ce dernier a accusé Bujumbura (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

CBX Useronline

364 utilisateurs en ligne