http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2016/09/US-ADVERT-26-SEPT-O-7-OCT.pdf
Elections 2015

Concert de Klaxons, synonyme de « carton rouge au président Nkurunziza »

Les organisations de la société civile engagées dans la campagne « Halte au troisième mandat » ont animé, ce mercredi 1er avril, une conférence de presse où elles expriment leurs préoccupations sur la situation socio-politique actuelle.

Ces organisations de la société civile burundaises réunies dans la campagne contre le 3ème mandat du président de la République font un carton rouge à ce dernier ©Iwacu

Ces organisations de la société civile burundaises réunies dans la campagne contre le 3ème mandat du président de la République font un carton rouge à ce dernier ©Iwacu

« Demain, jeudi 2 avril, 12 h20. Nous demandons à tout Burundais de klaxonner, de siffler, de sonner sur les ustensiles de cuisine et autres objets résonnants pendant deux minutes pour signaler notre ras-le-bol face à l’obstination de Pierre Nkurunziza de briguer le troisième mandat. C’est notre façon de lui faire un carton rouge. » Cet appel vient d’être lancé dans la matinée de ce mercredi 1er avril par Vital Nshimirimana, délégué général du Forsc au nom des organisations de la société civile engagées dans la « Campagne Halte au 3ème mandat ». Comme footballeur, le président Nkurunziza comprendra la signification du carton rouge, estime M. Nshimirimana.

Pierre Claver Mbonimpa reste optimiste que M. Nkurunziza entendra la voix de la raison et renoncera à son troisième mandat. Pour lui, le président Nkurunziza ne saurait se passer des conseils de la communauté internationale qui lui demande de respecter non seulement la Constitution, mais aussi l’Accord d’Arusha. M. Mbonimpa ose croire que l’actuel président de la République tiendra compte aussi des voix contestataires au sein de son parti, notamment celle de Jérémie Ngendakumana, ancien président du parti au pouvoir. « Si par impossible M. Nkurunziza se représentait, cela serait interprété comme un coup d’Etat. Si le putschiste réussit, c’est sa chance .S’il échoue, il en subit les conséquences ». Il va encore plus loin et compare la candidature de Nkurunziza à une « mutilation de cadavres ». Ces cadavres dont parle M. Mbonimpa sont Nelson Mandela et Mwalimu Julius Nyerere, les architectes de l’Accord d’Arusha.

Cri d’alarme sur la situation socio-politique explosive

Ces organisations de la société civile ont écrit une correspondance au président Nkurunziza, le lundi 30 mars. Objet : « Cri d’alarme sur la situation socio-politique explosive au Burundi ». Elles le mettent en garde contre sa tentative visant à faire dire par la Cour constitutionnelle qu’il est présidentiable. Les activistes prédisent que le jour où le président Nkurunziza déclarera officiellement sa candidature, les populations n’attendront pas un appel de la société civile pour descendre dans la rue. Et si la police ou les anciens combattants commettent « une bavure », la moindre goutte de sang versé sera au compte de Pierre Nkurunziza et de la police.

Signalons que lors de la conférence de presse, les organisations de la société civile ont dit qu’il ne faut pas considérer comme un lapsus, les propos du porte-parole de la police qui a dit, ce mardi, que le pays est dans une « situation sécuritaire particulière » où même des fouilles perquisitions peuvent être opérées dans les domiciles des diplomates. « Le Burundi est dans un état d’exception, c’est à dire en état de guerre », concluent ces organisations.

  49   Vos commentaires
  1. Vuvuzela

    J’ai peur que Nkuru et sa gang ont decide de se faire sauter la cervelle, et avec eux des milliers de burundais. Pour quel interet?
    Etait-ce leur projet de lutte armee pendant plus de 10 ans?

    Bizarre.

    • Ils n’avaient aucun projet à part s’enrichir au max due leur fameux slogan  » iyo twavuye  » c’est à dire la pauvreté.
      Vue l’anarchie qui s’est installé au sein de ce parti surtout après l’emprisonnement de Radjabu, on serait tenté de croire qu’il était le seul à avoir une vision pour le parti et pour le pays même si sa maladresse d’antan notamment ‘’ gahanga wishwe n’iki’’ ne plaide pas vraiment en sa faveur.

  2. Munezero

    A Minani,

    Arrêtez de raconter les « ibigambo » sur le net. Nkurunziza n’a aucun droit de se représenter pour un troisième mandat. Il faut au contraire le convaincre de sortir par la grande porte avant qu’il ne soit trop tard. Pour un petit pays enclavé comme le Burundi, je vois mal comment il va diriger au cas où il venait de faire ce coup d’Etat. Mugabe a résisté, parce qu’il avait le soutien de Tabo Mbeki et une bonne partie de la population. Hors, aujourd’hui, rares sont les leaders hutu qui soutiennent Nkurunziza. Avez-vous un seul pays au monde dirigé par la seule massa paysanne? Surtout dans ce monde moderne

  3. Une grande réussite malgré les menaces  »ibikanganyoni  » que les rares pros mandat illégal lancent quotidiennement.
    Le peuple scandait  »turarushe » et le concerné devrait en tenir compte au lieu d’envisager faire couler du sang.
    Veulent-ils diriger des cadavres? Dieu voit et agira tôt ou tard

  4. KAZOZA

    A Son Excellence, Monsieur le Président de la République du Burundi avec les assurances de notre plus haute considération,
    à Bujumbura

    Concerne : Mettre de l’ordre dans le pays, libérer tous les prisonniers politiques,
    renoncer au troisième mandat sans consulter votre parti et organiser des élections libres,
    transparentes, démocratiques et inclusives.

    Excellence Monsieur le Président de la République,
    Nous, les signataires de cette lettre ouverte sommes préoccupés par la situation socio-politico-économique délétère qui prévaut au Burundi depuis dix ans. Le Burundi est très sérieusement en danger à cause de la légèreté avec laquelle il est géré. Tous les Burundais assistent, médusés, à sa descente aux enfers sur le plan sécuritaire, social, moral, économique, politique, etc. Bref, la Patrie est en danger. Ce constat est tellement évident qu’il n’a même pas besoin d’être souligné. Mais autant vaut y revenir encore pour attirer, une fois de plus, votre attention sur cette évidence : il y a péril en la demeure.
    Les Burundais en parlent tous les jours sur les voies des ondes, dans leurs causeries aux bistrots et sur les réseaux sociaux. Même la communauté internationale en est au courant. Le ballet diplomatique observé au Burundi au cours de ces dernières semaines montre à suffisance que les pays amis, les bailleurs et cette même communauté internationale sont conscients que le Burundi est au bord du gouffre.
    Après maintes sages réflexions, nous avons décidé de sortir de notre silence pour vous interpeller personnellement, Excellence, Monsieur le Président. Vous êtes le seul détenteur de la réponse au chaos et à la cacophonie que nous observons depuis que vous êtes au pouvoir.
    Nous lançons un cri d’alarme car la paix, la gouvernance démocratique, l’état de droit, la réconciliation nationale, la reconstruction et le développement du Burundi risquent d’être hypothéqués par votre entêtement à briguer un mandat supplémentaire, fondamentalement illégal et source de tous les maux pour le pays comme d’aucuns vous l’ont déjà signifié, parfois à leurs risques et périls.
    Nous suivons de près et avec intérêt les divisions au sein de votre parti politique suite à votre projet de vous maintenir coûte que coûte à la tête du pays y compris par les violences.
    Tous ceux qui sont opposés à votre 3ème mandat sont considérés comme des ennemis à abattre et certains en ont déjà payé le prix en perdant, illico, leur travail.
    Cela est inacceptable Excellence, Monsieur le Président, dans un pays qui se dit démocratique. Le Burundi appartient à tous les Burundais sans distinction aucune. « Uburundi n’umurima w’isangi ».
    Sur le plan socio-économique, vous avez pu réaliser ce que vous avez pu, Excellence Monsieur le Président. Dix ans de tâtonnements et d’improvisations sans aucune vision cohérente. Vous avez échoué lamentablement, Excellence Monsieur le Président. Pour preuves, les Burundais sont devenus très pauvres, le chômage des jeunes est très inquiétant, dans l’histoire du Burundi, c’est au cours de votre législature qu’on aura assisté à une dramatique rupture de poches de sang au Centre National de Transfusion Sanguine! Les impôts frappent les pauvres et ne cessent d’augmenter ! Les Burundais sont fatigués par une injustice qui est devenue un mode de gouvernement et ne savent plus à quel saint se vouer.
    La capitale Bujumbura manque d’eau et d’électricité. Le Burundi connaît aujourd’hui une rupture de stock de carburant. Le système éducatif est devenu le plus médiocre du monde depuis que vous êtes au pouvoir ! Et vous souhaitez rempiler pour un troisième mandat ! Pour offrir quoi aux Burundais ? Du populisme pur jus ?
    Le Burundi a besoin d’urgence d’un véritable Leader charismatique, mûr politiquement et capable intellectuellement. Le Burundi a besoin d’un Président ayant une intelligence et la sagesse de donner une direction et un sens à toutes les réformes possibles et imaginables. Le Burundi a besoin d’un leadership capable de redonner de la dignité et de la grandeur au Burundi qui en perd de plus en plus ; de contribuer à asseoir une démocratie véritable, faire du Burundi un Etat de droit dans lequel tous les citoyens ont un mot à dire, dans lequel les droits et libertés sont respectés et la dignité du pays est défendue aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur ; de mettre fin aux crimes et assassinats, de mettre fin à l’impunité et défendre le pays contre toutes sortes de menaces qui risquent de l’affaiblir et contre lesquelles il n’est pas défendu pour le moment : détournements, corruptions, violation des libertés et des droits, pillages, braderie, divisions, appauvrissement, maladies, famine, chômage des jeunes, manipulation des juges, une insécurité entretenue et permanente. Le pays a besoin de relancer son économie, de restaurer la confiance des bailleurs et de réconcilier les Burundais en paroles et en actes, etc.
    Pour toutes ces raisons évoquées ci-dessus, Excellence Monsieur le Président, nous vous demandons de toute urgence d’adresser un message à la Nation pour rassurer tous les Burundais et les pays amis que vous vous retirez de la course aux élections présidentielles. Nous vous invitons, pour le salut de la Patrie que vous aimez tant, de vous faire violence et mettre en avant l’intérêt suprême de la Nation que vous avez juré en prêtant serment à deux reprises, de vous comporter en Homme d’Etat en décidant unilatéralement sans consulter votre parti politique et sans recourir à la cours constitutionnelle de ne pas briguer un autre mandat. Les termes et l’esprit de l’Accord d’Arusha sont sacrés pour les Burundais et une partie significative de la communauté internationale. Le Président tanzanien et président en exercice de la Communauté est-africaine, son Excellence Jakaya Mrisho Kikwete vient d’ailleurs de vous le rappeler en ces termes : « Celui qui se porte candidat aux élections présidentielles, il en va de soi qu’il comprenne que le respect de la Constitution, du Code électoral et des Accords d’Arusha sont sans équivoque ».
    Le temps qui vous reste à la tête du Burundi, nous vous demandons de mettre de l’ordre dans le pays, de libérer tous les prisonniers politiques et d’organiser le plus correctement possible les élections. Il n’y aura pas des élections libres, transparentes, démocratiques et inclusives sans la correction du fichier électoral, sans liberté publique et politique des partis d’opposition. La sagesse recommande une transition négociée avec tous les partenaires politiques, la société civile dans son ensemble avec l’appui des pays amis. C’est la seule voie d’éviter des violences, un bain de sang et d’asseoir une véritable démocratie. C’est la seule voie de donner la chance à l’alternance démocratique, à la paix, à la réconciliation nationale et au développement du Burundi. Vous aurez ainsi rendu un grand service à tous les Burundais et à toute l’Afrique. Une alternance historique au Burundi sera un message fort adressé aux Burundais et à la communauté internationale. Nous retrousserons les manches et plaiderons pour un plan Marshall dont le Burundi a tant besoin, pour sa reconstruction et son développement.
    Par contre, si vous vous entêtez à briguer le troisième mandat pour rester au pouvoir pendant 5 années de plus, les Burundais ne l’accepteront pas et se retrouveront dans une situation très difficile, peu confortable et la Nation Burundaise en subira des conséquences dramatiques dont vous serez seul responsable devant l’histoire. Ceux qui vous poussent ou vous conseillent de briguer d’autres mandats veulent bien en tirer leur propre profit au grand mépris de l’intérêt général.
    Au nom des patriotes burundais, épris de liberté, nous vous exhortons, Excellence, d’être sensible aux cris du peuple, de la société civile, de l’Eglise Catholique, des Nations Unies, de l’Europe, des Etats-Unis et d’autres pays amis de surseoir votre forcing pour un troisième mandat, de vous retirer de la course aux élections présidentielles de 2015 sans consulter votre parti et de mettre de l’ordre dans le pays avant que le pire n’arrive et que le sang des innocents ne soit versé.
    En attente de votre geste et message fort à la Nation, nous vous prions d’agréer, Excellence Monsieur le Président de la République, l’assurance de notre très haute considération.

  5. Mutima

    Voici un meilleur moyen de manifester au monde entier que vous soutenez la paix et que, par conséquent, vous tenez à ce qu’il n’y ait aucune violence :

    – Tous les organisateurs de manifestations qui veulent s’opposer ou soutenir la candidature du Président de la République à un autre mandat, se pré-enregistrent.

    – Pour éviter des collisions entre les deux parties (ceux qui sont pour et ceux qui sont contre), on accorde à chaque groupe, des journées différentes de manifestations, sous forte protection et escorte policière (et militaire s’il le faut).

    – La vrai question est : «Laquelle des deux parties serait prête à accepter cet arrangement?»… Poser cette question, c’est déjà y répondre!…

    – Vous qui lisez ce commentaire (si jamais il est publié!), vous pouvez d’ores et déjà vous placer dans votre groupe en répondant à cette autre question : «Suis-je d’accord?»

    Que la paix (ou la violence) soit avec vous!… Et souvenez-vous de vous rappeler après, que ce sera votre choix (individuel) qui en aura déterminé l’issue, au-delà des accusations mutuelles et autres qualifications et incitations.

    La responsabilité du choix et de ses conséquences est et reste indivoduel

  6. Ble Sans Goude

    Au Bdi nous avons des gens qui tendent a se comporter ou parler comme Mugesera, Ble sans Goode, et d’autres hors la logique, la foi et la loi.
    Je crois voir en Burikukiye et Multiple tetes ce genre d’individus. Ca ne sent pas bon chez ce genre de vas-t’en en guerre. Et les chefs de ces gens ou chefs de guerre en vue se connaissent et sont soupconnes deja d’etre les futurs fouteurs de troubles et responsables de la suite.

    La planette terre est devenue comme un point.
    Ecoutons les conseils de ceux qui nous veulent du bien et arretons de les prendre pour ennemis.

  7. Jugeote

    Aucun gouvernement du Burundi ne pourra égaler les maux et bêtises des gouvernements upronistes du passé mais cela ne devrait non plus servir d’excuses aux suivants vu que les burundais d’aujourd’hui sont plus que jamais décidés de poursuivre le progrès en TOUT! Il n’est donc plus question de les barrer la route par quoi que ce soit. Ndabwira abo baguma bavuga corruption, et je ne sais quoi encore. Muramenya erega ko Nkurunziza abaye umu perezida wa mbere mu Burundi, ata numwe ariko avuza induru ya génocide mu Gihugu entre Hutu et Tutsi. J’aurais préféré que tous les burundais exécutés indignement dans les guerres fratricides croulent sous le poids de la corruption et de détournements dess biens publics que de se faire lyncher comme des ignares. Qu’on regarde dans le présent combat, ce qui urgent et indispensable pour tous, ayandi majambo c’est vraiment c’est de l’hypocrisie mal gérée ou hors contrôle…

    • Ntiwihebure

      Jugeote, j’ignore si vous etes madame ou monsieur, mais comprenne qui pourra. Si vous dites que  » Nkurunziza abaye umu perezida wa mbere mu Burundi, ata numwe ariko avuza induru ya génocide mu Gihugu entre Hutu et Tutsi », vous vous décernez une coupe et vous mettez à danser avant le siflet final pour conclure la victoire. Mais j’ai l’impression que vous n’etes pas le seul à vous tromper. En fait, tous les trois somets du triangle social burundais (majorité, opposition, société civile?) ont bougé chacun de sa place, autour d’un barycentre (le peuple) resté calme, fidèle, sage, attentif, mais fragile. La majorité (ou la mouvance) a fait plusieurs pas en arrière et s’est rebellé contre la constitution. L’opposition, devenue quasiment civile a occupé la place illocalisable de la société civile qui, devenue plus politique veut faire rouler à tout prix l’engen en direction inconnue. Pourquoi doit-on alors invoquer à la fois la constitution (loi supreme du pays) et l’accord d’Arusha sa sage mère? On ne doit pas toujours associer une maman au mariage de sa fille; elle n’est là (si jamais elle est encore là) que pour agrémenter, superviser, savourer et honnorer les cérémonies du mariage de sa fille; mais jamais pour se substituer à elle. Dans le meilleurs des cas, toutes les dispositions intéressant l’organisation du pouvoir se trouvant dans l’accord d’Arusha devaient se retrouver telles quelles dans la constitutions; ce qui n’est pas le cas. Donc l’erreur majeure a été comise par les rédacteurs de la constitution et le législatif de 2003 qui n’a pas mentionné les « mandats » comme étalon de mesure des présidentielles. Si vous estimez que la maman n’a pas bien transmis à sa fille gènes ou éducation qu’il faut, coisissez entre l’approcher seule pour rééduquer sa fille, ou prendre la fille en état et tolerer ses tics.
      Mais qu’à celà ne tienne, chacun doit penser et repenser ces actions en termes de conséquences, eu égard à notre histoire, car sachez-le bien vous etes omptables et responsables de ce qui va arriver; et ce sang que vous voulez verser va non seulement salire votre bourse, mais également il équivaut au votre propre et à celui des votres. Meme si vous vous ditez les avoir déplacés, déjà ou en passe de les les déplacer en lieu sur, sais- en quel pays étranger; le centre de gravité est toujours BUJUMBURA; le foyer de projection se dit vous attendre à Lahaye.
      Pourquoi le président tiendrait-il (il n’a pas encore dit ses prétentions quant au 3ème mandat) à s’accrocher au pouvoir contre les veux démocratiques qu’il prétend avoir arrachés de l’histoire sombre des guerres fratricides entre lui (rebelle) et les anciens pouvoirs autoritaires, exclusionnistes et corrompus dont il veut encore se substituer des racines au feuillage? L’opposition ne fait qu’afficher des faux pas irresponsables; au moment où la société (in)civile intéressée force tout, entrainant le pays et le peuple au bord d’une falaise.
      A tous, faisons attention! Le chémin est irréversible, jugeons quel pas faire sachant bien sur quel chemein et où il

  8. MINANI

    Il serait prudent que cette société civile face moins de tapage, car, s’il arrive que NKURUNZIZA se représente et qu’il ne se passe rien, la société civile burundaise risque de perdre toute sa crédibilité, devant la population et la communauté internationale. Il faut être prudent dans les déclarations. D’ailleurs c’est histoire de klaxons montre une certaine peur qui se lit sur le visage de ces gens. Vous allez voir que personne n’endossera cette responsabilité d’appeler le peuple à descendre dans la rue. Laissons on verra d’ici peu.

    • Gilles Bukuru

      Vous avez raison, Minani, par ailleurs, cette société « civil » fait honte au regard de leur projet nuisible d’appeler les gens dans la rue, malheuresement il ne precisent pas ce qu’ils feront dans la rue, fort heureusement ,je reste convencu que leur appel sera sans suite.

    • Aray

      Soutenons toujours des activistes de justice, paix et demcratie. C’est notre seule valeur fondamentale qui pourra nous unir comme citoyens et enfants de la même nation! Tout parti politique ou homme politique ne mettant pas en valeur et execution ces 3 choses merite de faire la place aux autres. Le fanatisme et sympathie bases sur des tribus, regions et religions ne contribuera qu’à la corruption continuelle et le manque de developpement total. Voilà pourquoi la majorite des peuples africains vivant en Afrique ne goûtent jamais des fruits du travail politique dans leurs pays. Nkurunziza Pierre n’a pas ete mis au pouvoir pour representer ses ex-combattants de CNN-FDD seulement; il y a des millions des Burundais que le Chef d’Etat represente, et c’est à tous les citoyens que le President devra rendre ses comptes. Tous les citoyens burundais ont la responsabilite de soutenir les activistes de la justice, paix et democratie pour tous, et quant à ces anciens combattants j’assume que leur travail fût cloture à partir des Accords de paix avec Buyoya et Ndayizeye. Qu’ils n’intimident personne! On les reconnaît au même pieds d’egalite comme les autres citoyens aujourd’hui. Ne soyez pas intimides chers co-citoyens. Continuez la bataille pour la democratie, si ces ex-combattants Imbonerakure vous tuent pour cela, le monde les observe, un jour où l’autre ne seront-ils pas mis sur la liste des terroristes tout comme les autres organisations terroristes?! Battez-vous pour la justice, paix et democratie reelle, ne lachez pas!

    • BUKEYENEZA Amédée

      WEWE NDUMVA URACARI MUKWAHA KWABADASHAKA IHINDUKA DYIZA VIBUZIMU UJIBUTU WIFATANYE NATWE NAYAHANDI WWE UKIMEZUKO NTAKAZOZA KEZA NDAKUBONAKO KUKO HAGUTANGURA GUHIGWA WOPFUMA UBIHERUKIRA.

      • Aray

        NIMUHANURANE BIBAVUYE K’UMUTIMA. IBIRINGO BIBIRI NGIVYO BIRAHEZE. ABARUNDI BAKENEYE UWUNDI MUTEGETSI ATOWE N’ABANYAGIHUGU AZA ABAZANIYE UBUHINGA BUSHASHA BWO GUKURA UBURUNDI MUR’IYO MANGA YIZIZIWE N’ITERABWOBA RY’ABIYITA NGO N’ABAHOZE ARI ABANYESHAMBA BA CNDD-FDD. TWIPFUZA KO ABARUNDI BAMENYA KO IVYO VY’UBURWANYI VYAHERANYE N’AMASEZERANO YA ARUSHA. UBU ABAZWI MU BURUNDI N’ABANYA POLITIQUE BAKORERA INYUNGU Z’ABARUNDI BOSE ATA MWANA N’IKINONO. ABOVA IBUZIMU BAKAJA IBUNTU, N’ABO BOSE BAGISHIGIKIYE IYO NTWARO YIGANZIWE N’ABATERABWOBA BISHIMIRIZA KO BACIYE MW’ISHAMBA, KO ATA N’UMWE WUNDI MU BURUNDI ASHOBORA KUBARYOGORANA. IVYO UBURUNDI BWARABIRENGANYE, AMAKUNGU AHANZE AMASO UBURUNDI, ABARUNDI B’UMUTIMA UBWABO BAHAGAZE BWUMA. SHIGIKIRA NYABUNA AYO MASHIRAHAMWE AHARANIRA AGATEKA KA BENE BURUNDI MWIRINDI IZO NTWARO ATAKINDI ZIBAZANIRA ATARI AMARUSHWA N’AMAGUME Y’IMYAKA IDASHIRA!

  9. nkuba

    Guys, It’s unbelievable, This website has started publishing only whatever sounds good for them. Is this the Democracy and freedom of speech that you’re requesting for??
    Freedom of speech for publishing deliberately only one’s campaign??? Guys I don’t understand where you’re going to if you’ve stared discriminating opinions! I’m still awaiting to see if my comments will definitely be published.

    • Vuvuzela

      Vuga mu kirundi ncuti. Twokwumva kurusha! Mbonye imiriro kandi ndi sur ko ntari jenyene. Ikirundi caragiye? Pole sana.

      • Baobab

        @Vuvuzela
        « Vuga mu kirundi ncuti. »
        Mureke yivugire mu kimworohera! Erega abarundi baransanzariye kw’isi yose kuva igihugu gitangura kwihekura kikangaza abantu bakicwa n’abobakijije! Kandi nk’umuntu amaze imyaka 40 atumva ico ku muzi, abandanya ahembera kimwe yakuyeyo gusa cashaje, naco nyene ugasamga kivangagiranye n’ibindi birimi bagiye barahurira aho aca! Tugira Imana twararonse Google translate (ndabagirire pub!); ubu n’iyo mpuye n’agakuru mu gifurama ndagasoma!

  10. Jean

    Keep standing for what you believe is true. We are many to support you. Your struggle won’t go in vain. You will absolutely
    achieve it and be proud of your hard work. We, burundians thirst of peace are grateful of your shining actions. Keep it up
    Thank you, thank you.

  11. nkuba

    Iwacu, ni kubera iki mwanse gushirako comment yanje???? vous voulez caricature les autres ariko mwebwe mukanka. I’m waiting for your reply please!!!

  12. Ngenzebuhoro

    Abanyagihugu nihagera amatora bazoja gutora kuko ari itegeko, kandi Nkurunziza yitoje bazomutora naburya bazoba batoye umukandida aciye ukubiri n’Ibwirizwa shingiro. Vyoba vyiza rero kubavunira urugohe hakoreshejwe ivyanditse mw’Ibwirizwa shingiro hamwe n’ivyapfundikiwe i Arusha kuko gushika ubu, atakintu na kimwe Nkurunziza arashikiriza mu nyandiko canke mu mvugo kijanye n’iyo mandat yiwe igira gatatu. Abanyagihugu booose bategerezwa gutahura neza inyigisho canke sensibilisation ijanye no kwiyamiriza ibiringo birenga 2 vy’uwutwara Uburundi n’abarundi, pour le moment Nkurunziza, kuko guca ukubiri navyo ari nko kugarukana intambara y’amaraso mu Burundi. Rero ntibisaba kuba waraciye mw’ishure honyene ngo utegere neza ko 1 + 1 = 2 et non 1 + 1 = 3. Iyo ni notion de base connu de tous mu biharuro. Genda ku mashure yose mu Burundi, uje ku masoko hose mu Burundi, ubaze ati, 1 + 1 = ?, bose bazosubiza co kimwe ko 1 +1 = 2. Rero duhane isango aho hose bidukundira twitwaje des pancartes sur lesquels est écrit 1 + 1 = ? et d’autres avec 1 + 1 = 2. Uwudafise pancarte aduze amaboko abiri hejuru canke ibipfunsi 2 hejuru, emwe n’intoke 2 za Peace&Love zotanga bishemeye iyo nsiguro y’ibiringo 2. Ni vyinshi umuntu yokoresha muri mobolisation ou manifestation contre tout mandat présidentiel dépassant les 2 conforment à la Constitution nationale et Accords d’Arusha. Et c’est notre devoir aujourd’hui de le réaliser en tant que nouvelle génération branchée, pour nous d’abord et pour les générations à venir également. Rero, iyo mandat igira gatatu ya Nkurunziza tuyigwanye twivuye inyuma, dukoresha ivyiyumviro bitomoye, hanyuma Cndd-Fdd iheze imenye ko atawuriko arayirwanya, ahubwo ko ibikogwa vyayo vyogutembagaza « démocratie » abanyagihugu bitoreye batagomba kuyizimanganya. Ubumenyi turabufise, akaranga turakagendera, hasigaye ko dutsimbataza démocratie n’amahoro durables mu Burundi bwatwibarutse. Alors, si nous voulons y arriver et surtout jouir de nos pleins droits et liberté citoyenne, dusenyere k’umugozi umwe et le reste ira de soi. Tutipanze neza na Communauté internationale ntizodufasha. Haguruka barundi, rwaruka, mukozi wa Leta, bakenguzamateka namwe bashingamateka dufashanye kurwanya ikibi, amabi, ububi n’ababi, bituma Uburundi n’abarundi bidaterimbere. Twubake Uburundi tuniyubuka tureke kwisenyerako!

    • Kayoya

      Ico kintu ca 1 + 1 = 2 tugishigikire kabisa, ababishoboye booose tumanike pancartes canke twandikishe agakaramu canke irangi, 1 + 1 = 2 , aho hantu hooose dushoboye guhamvya nko ku mpome z’amasoko, amabarabara, ambassades, amasengero, amashure, centre de négoces, parkings z’imiduga, aho bafatira taxis moto, voiture ou vélo, mu ma carrefours des jeunes, bref aho hantu hose twovuga ko hahurira imiduga canke abantu, kuburyo iyo stratégie igira impact significatif partout en Afrique n’aba journalistes étrangers bakaza kuvyirabira mu Gihugu. Ico kintu kirakomeye cane kandi cofasha, en lieu et place des casseroles et assiettes dans les rues. Mbega nk’iyo safuriya canke ayo masahani bayagutwaye woca ugira gute hashitse guteka no gufunfura?
      Barya batanga conférence de presse nibanyarutse baze baramanika désormais 1 + 1 = 2 sur place. Iyo mesure ni pacifique, juste et surtout intelligible. Abazobigwanya bazoba berekanye aho bahagaze d’ici Juin 2015. Kandi uwuzobifata nk’umucafu azomenye ko aho kubona amaraso y’abantu kuri place publique wopfuma ubona 1 + 1 = 2 partout! Multiplions des bouts de papiers à distribuer sur lesquels c’est écrit 1 + 1 = 2 , Nkurunziza azoheza aduhe inyishu nawe itomoye kuri ivyo biharuro, canke atubarire uwamwigishije ko 1 + 1 = 3 !

      • Kabaza

        Oya ba Nyabenda, Willy Nyamitwe n’abandi bavuga ngo 1+1=1

  13. Citoyen2

    « Quand ils sont venus chercher les FNL, je n’ai rien dit parce que je n’étais pas membre du FNL. Quand ils sont venus chercher « les bandits » armés, je n’ai rien dit, je n’étais pas un. Quand ils sont venus chercher les propriétaires des radios privées, je n’ai rien dit, j’en avais pas une. Quand ils sont venus chercher les membres de la société civile, je n’ai rien dit parce que je n’en faisais pas partie, …. » dirait le brillant pasteur Martin Niemoillier s’il était encore vivant, et s’il etait burundais.

    Qu’est ce qu’il faut se rappeler a propos d’un dictateur?

    1) Un dictateur n’a pas d’ethnie, ni de région ou de religion. Sa force réside dans la faiblesse de ses supporteurs, qui le soutiennent sur des bases ethniques, religieuses ou régionales.
    2) Il parvient a vous convaincre de la nécessité de faire du mal, même de tuer votre frère/ votre voisin(e) pour « vous protéger ».
    3) La seule raison pour laquelle un dictateur ne vous tue pas, ou ne vous emprisonne pas, ou vous laisse parler, c’est tout simplement parce que vous accepter d’être l’esclave de sa vision, de sa pensée et de sa volonté. Vous accepter de manger dans sa main. Le jour ou vous serez dans son chemin, il vous fera ce qu’il fait aux autres.
    4) Dans un système de dictature, chacun a « son tour chez le coiffeur ». Quand vous soutenez un dictateur, vous ne soutenez pas un individu. Vous soutenez un système lequel, une fois dans les mains de quelqu’un d’autre, sera utilisé contre vous. Dites-vous donc que si vous soutenez la dictature et l’injustice, votre tour viendra et la dictature vous rattrapera.
    5) Un régime dictatorial hypothèque l’avenir de ceux- la pour qui il prétend défendre les intérêts ou protéger.
    6) Un dictateur est la pour ses intérêts et non ceux de la nation qui sont le développement, la paix, la justice pour tous, et la sécurité. Il est donc important de se poser les questions suivantes: combien de membre de l’opposition en prison nous faut-il pour développer le pays? Combien de têtes des membres de l’opposition faut-il couper pour construire une école dans mon village, une route qui mène vers mon village? Faut-il emprisonner les membres de l’opposition pour avoir un centre hospitalier chez moi? Y-t-il une relation directe entre tuer/emprisonner votre frère ou votre voisin(e) et le développement de votre commune?
    7) Pour ceux ou celles qui cherchent les postes, remarquer ceci: le nombre de postes disponibles dans un gouvernement dictatorial est proportionnellement égal a celui de postes disponibles dans un gouvernement de démocratie.

    Après Alphonse Marie Kadege, Hussein Radjabu, Manasse Nzobonimpa, Leonidas Hatungimana, Onesime Nduwimana, ……qui sera le prochain?

    • Jean

      J’aime ce commentaire de Citoyen 2. Irakebura

    • Ndimuruvugo

      Chapeau à vous Citoyen λ !!!!
      Mais, tu n’avais pas besoin d’énumérer les noms au point #7, car c’est tous les burundais qui sont aujourd’hui emprisonnés, et qui ont besoin d’être libérés des Cndd-Fdd antidémocrates vu que ce parti compte encore de véritables bagumyabanga qui se reconnaissent aujourd’hui dans les agissements cruels en cours de Nkurunziza et sa clique !!! Abapfukamye Uburundi mu nda babikore bibuka que Dieu veille en tout temps sur les innocents et ne pardonne jamais à ceux qui maltraitent son Peuple voire ses enfants.

    • Ndikumana Roger

      @citoyen2
      J’aime bien ta manière simple d’expliquer les choses.

  14. Kirinyota

    J’ai pitié pour ces gens qui s’accrochent toujours sur ce monsieur déjà sur le point de départ. Du moins s’il part dignement. Si vous pensez que il est votre sauveur, mumuzeyeko uburaro n’uburamuko! eh bien mes chers amis; vous êtes foutus. Mu bagiye arimwo. Izo nda mwazaguye mubona. Dans la vie, il faut être honnête et rester digne. None muzoja he ga yemwe ko ata n’igihugu kizobakira muri ino si y’Imana. Un clin d’œil, je vous conseillerai de commencer à chercher un autre candidat sinon vous perdez du temps à s’accrocher! Je sais que parmi vous il y’en a qui n’ont rien à craindre: « ntaco bacera ». Si c’est comme ça, vraiment vous êtes cuits. Commencez à préparer votre avenir autrement. Le pays n’est pas une propriété privée d’un président.

  15. Burundi

    Ce message est clair et necessaire. Mais je pense que Mbonimpa l’exprime bien « Si par impossible M. Nkurunziza se représentait, cela serait interprété comme un coup d’Etat. Si le putschiste réussit, c’est sa chance .S’il échoue, il en subit les conséquences ».Je vois pas ce qu’il peut foutre si il est au sénat d’ailleurs.

  16. tom

    On dirait que ces gens n’ont pas encore vu la guerre. Oui on peut penser que la majorite de ces leaders de la societe civile n’ont pas ete touchés par les guerres qui ont endueillé le Burundi. Ils peuvent donc s’amuser avec la guerre. Ceux qui les teleguident ne cherchent que leurs propres interets et non celui des Burundais. Qui ne sait plus que le probleme n’est pas le 3eme, 4eme ou 5eme mandat?

    Certains ne cachent plus leurs ambitions egoistes et au depens du peuple burundais. Non DUBOIS, le Burundais n’a pas changé et ne changera peut-etre jamais quand on voit ce qui se fait dans ce pays.

    Ne souhaitons, surtout pas la guerre a notre chere patrie.

  17. Jereve

    Nkurunziza ne présentera pas sa 3ème candidature à la présidence. Ce n’est, à mon humble avis, ni une question d’Accords d’Arusha, ni une question de Constitution; c’est tout simplement une question d’honneur. Quand la contestation fuse de partout, qu’elle enfle au fur et à mesure jusqu’à contaminer le cercle intime du président, l’honneur recommande de tirer sa révérence. Aucun président ne pourrait régner avec honneur dans tout ce vacarme.

  18. pathetic

    Les gens de la societe civile en arrivent a etre ridicules. Ne fut ce que a Bujumbura, combien de personnes possedent de voitures??? Dans un pays ou la plupart des gens vivent au jour le jour , ou ils doivent se tuer a la tache afin de pouvoir manger, qui aura le temps de prendre une casserole et d’ y taper dessus pendant 10 minutes.?? Ce genre de mesures se prennent en europe, pas ici. Arretez de copier de facon debile et prenez des mesures adaptees a notre pays. Si vous croyez que Peter en a cirer que Bujumbura soit bruyant a tue tete vous revez!!! Mbega hoho Bujumbura ayibamwo kangahe???? Ko aba yibereye muri propagande ruguru??? Vous lui rendez bien service en prenant de telles mesures…

    • mandela

      je trouve cette facon de faire de la societe civile enfantin et ridicule. le claxons………appelez les gens pour descendre dans la rue c »est tout! utwo tundinatwo mbona umengo ni udukino twabana.c’est vraiement petit.

    • RUGAMBA RUTAGANZWA

      @pathetic,
      Je crois que c’est plutôt vous qui êtes ridicule!!! Savez-vous en réalité combien de véhicules circulent par jour dans Bujumbura? Plus de 10.0000!!! Alors, si vous soutenez le 3ème mandat de ce gouvernement-là incompétent, corrompu et violent, trouvez d’autres arguments, ceux que vous donnez ne tiennent pas la route..! En plus vous utilisez un langage ordurier dans ce forum censé être celui de débats contradictoires dans le respect mutuel des uns et des autres et non d’insultes..! Cela se voit que vous êtes nerveux, que vous perdez les pédales…! Calmez-vous, le pire est devant vous pour NKURUNZIZA car il peut nous défier nous Burundais mais il ne pourra pas défier le Président OBAMA, il ne pourra défier la sous-région, il ne pourra pas défier l’Union Européenne et j’en passe..! Ce Monsieur-là qui termine bientôt son mandat a intérêt à se calmer à ne pas provoquer des troubles car s’il tue ne fût-ce que 1 seul manifestant, il ouvrira un grand boulevard qui le mènera direct à La Haye..! Croyez-moi ou pas, mais à mon humble avis, les grandes puissances, la sous-région, l’Union Africaine suivent au quotidien ses manœuvres dilatoires pour ne pas partir alors que son mandat est terminé..! Il devient vraiment un peu plus ridicule chaque jour !! Tous les troubles qui auront lieu dans ce pays seront à sa charge et ne vous étonnez pas si un jour lui, Mr NSHIMIRIMANA et certains de leurs Imbonerakure en chef sont embarqués à La Haye..! Chaque jour qui passe sans qu’il annonce qu’il n’est candidat à rien est un jour de trop. Sur le plan personnel humain, il se ridiculise aux yeux du monde, sur le plan politique non seulement il affaiblit et déshonore l’institution présidentielle mais il affaiblit et détruit aussi son parti politique etc… Non, ce Monsieur-là, cet ancien enseignant d’éducation phyisique qui pense qu’il n y a que lui ou alors le chaos à la tête de l’Etat burundais, a non seulment été un des pires Présidents que ce pays ait jamais connu, mais il est aussi dangereux… !

      • GAKWIKWI

        @RUGAMBA RUTAGANZWA
        10.0000 ???
        Andikira vuba ababijejwe ko uhejeje gutora ikintu gishasha atawundi yari bwagikore. Urabona ko nivyo wanditse bihagarikiwe nico gitigiri tutaramenya. Kurota ni vyiza iyo usinziriye; ariko iyo bibaye uriko urandika uba ukeneye umuganga…nka Christian Butoyi

      • pathetic

        Mr Rugamba Rutaganzwa, je ne suis pas du tout nerveux, c’est plutot vous! et je me demandes pourquoi…. Quand bien meme je soutenerais Peter cela serait mon droit le plus absolu et j’ aurais le droit de l’ exprimer comme vous exprimez le votre sans probleme… Mais la question n’est pas la. Le probleme est que la maniere utilisee par la societe civile afin d’expliquer pourquoi Peter ne devrait pas se representer n’est pas du tout la meilleure. Elle doit plutot jouer son role de mediateur en essayant de montrer les dangers d’un troisieme mandat de Peter pour le Burundi et les Burundais , conciliant les deux parties en conflit et non pas en appellant a la revolte generale. Ce genre de discours est normalement celui de l’opposition. Et lorsque il est tenu ainsi et que le parti au pouvoir tient absolument a rester au pouvoir, la societe civile doit jouer son role d’ ubushingantahe en cherchant tous les moyens de trouver une solution en evitant le chaos au pays… Ariko quand Pacifique et consort tient un discours du genre: » Tuzoja mw’ i barabara, tuzobagwanya, dushake dusese amaraso yacu… » ce n’est pas du tout la meilleure facon d’ agir …
        Le Burundi , est parmi les pays les plus pauvres de la planete… qu’est ce qui va se passer si on se lance dans une autre guerre??? Bien sur Peter doit y penser en premier mais comme il ne l’ a pas encore fait, la societe civile doit le faire comme un pere de famille doit reflechir a long terme afin de preserver sa famille.
        Hama le fait que Peter n’ a pas encore annonce sa candidature, tant que le calendrier electoral le lui permet , c’est son droit le plus absolu..
        Ne laissez pas vos sentiments vous submerger, reflechissez a une meilleure facon de deloger Peter de Kiriri, parceque a force d’ agir par pulsion vous risquez de produire l’effet contraire…
        gabanya agashavu!!!!

      • Baobab

        @RUGAMBA RUTAGANZWA
        « Non, ce Monsieur-là, cet ancien enseignant d’éducation phyisique qui pense qu’il n y a que lui ou alors le chaos à la tête de l’Etat burundais, a non seulment été un des pires Présidents que ce pays ait jamais connu, mais il est aussi dangereux… ! »
        Ce président n’a jamais été ma tasse de thé!
        Mais affirmer qu’il va être le pire président de notre histoire, c’est prévoir qu’il va provoquer plus de 500.000 morts et plus d’1 million d’exilés! Comme je me dis que ce bilan n’est pas encore atteint depuis qu’il dirige, je me dis que vous anticipez sur les semaines et les mois qui viennent! Quel optimisme!!!

  19. MINANI

    ça c’est une perte de temps pour des gens qui ont du mal à mobiliser la population pour aller votre le changement par les urnes plutôt que par la rue. Je commence à croire moi aussi que ces gens qui se disent de la société civile sont des politiciens comme tout le monde, sauf qu’ils sont médiocres. Leur médiocrité réside dans le fait qu’ils ont induit les opposants en erreur, en leur mentant qu’ils seront capables d’empêcher NKURUNZIZA a se représenter aux présidentielles de 2015. Ceci a eu pour conséquence l’impossibilité de l’opposition à former un seul bloc, chaque opposant nourrissant les ambitions de gagner les présidentielles si Nkurunziza était mis hors jeu en 2015.
    Pour l’instant, seul celui qui est atteint d’une cécité congénitale de réflexion peut croire encore que Peter ne sera pas candidat en 2015. Qui l’en empêcherait? Après avoir constaté qu’il n’y a pas d’opposition au Burundi, mais plutôt des hommes avides de postes politiques, incapables de s’entendre et de s’organiser, même ce que vous appelez communauté internationale s’est dé-saisie de l’affaire des mandats. Tout montre qu’après la validation de la candidature de Peter par la Cour Constitutionnelle et la Ceni, personne ne parlera plus de la question des mandats. Celui qui veut appeler les populations à descendre dans la rue pourra le faire, mais ça sera à ses risques car à ce moment, ça sera de l’insubordination contre la loi. Pas si évident que cette communauté internationale va le soutenir.
    Si ces gens n’étaient le symbole de la médiocrité politique, ils devraient plutôt:
    1. Aider les opposants (sous forme de médiation: rôle reconnu à la société civile) à unir leurs forces dans un seul bloc;
    2. A préparer profondément la campagne électorale;
    Le reste n’est que du tapage médiatique qui risque de coûter cher à la population, certains risquant d’y laisser leur vie ou de terminer leur parcours à Mpimba comme cette jeune fille étudiante d’Université et membre du MSD qui croupit à Mpimba après les débordements du 08 mars 2014 au moment où Sinduhije et sa famille se la coulent douce en Europe.
    Par ailleurs, des propos commencent à émerger selon quoi il faudrait une période de transition dirigée par un membre de la société civile (Cf. Nyangoma et autres ). Dans cette mesure, on est en droit de présumer que certains ténors de la société civile sont plus intéressés par cette transition que par des élections.
    Quoi qu’il en soit, Nkurunziza ne mérite pas de se représenter car son pouvoir a ruiné l’économie du pays (pouvoir d’achat, éducation, …). Par ailleurs, même s’il gagne les élections, à l’absence des aides de l’étranger, il pourrait être contraint que quitter le pouvoir, ou d’organiser une transition suite à des troubles sociaux. Cependant, la question des mandats n’a pas de valeur car aucun pays au monde n’est régie par deux lois. Aucune loi, ne fusse des Accords, n’est au dessus, ni même en parallèle à la Constitution. Il y a eu erreur et les gens devraient l’accepter comme tel. Le plus important pour le moment c’est de préserver la paix. Que ceux qui veulent faire de la politique le fassent intelligemment et s’organisent pour vaincre le fameux Peter et ce n’est pas impossible: Si Minani s’était uni avec Léonce, Rwasa et Jacques, pour ensuite se coaliser avec le Msd et l’Upd, pensez-vous NKURUNZIZA pouvait les battre? Presque impossible. Même s’il gagnait, il ne pourrait pas avoir une majorité absolue. Or, si la situation évolue à l’état actuel, les gens vont être étonnés.
    Enfin, si la société civile persiste dans la même médiocrité que l’opposition, elle va enterrer à jamais l’espoir de démocratie en poussant l’opposition au suicide collectif: Descente dans la rue = troubles qui conduiraient à certains de se retirer de la course électorale = victoire écrasante des DD = Assemblée nationale et Sénat monocolores = Révision de la Constitution= Mandat à vie pour Nkurunzira =Dictature ou Guerre civile. En quoi cette société « civile » nous aura t-elle rendu service?

    • mandela

      QUI SE SOUVIENDRAIT DE L’HISTOIRE DE CEUCESCU?

    • mandela

      Te souviendrais -tu d’une histoire d’un certain Ceucescou? J’ai l’impression que la scene risque d’etre pareille!

  20. Rutebuka

    Murumva ayo mazina ga ntu! Ewe wa kidaji we!!!! Ahubwo bwira shobuja yihende arisongore avuge ko azitoza maze akayagwa kayagwe. Iryo terabwoba rya mwenawe n’abandi n’abandi, mbega harya ngo aba démobilisés ba CNDDFDD ngo ndw’iki? Nta bandi ba démobilisés bariho burya? N’abandi n’abandi! Murarukarishe turabona kandi turumva…

  21. rita

    Nyakwubahwa Petero Nkurunziza akaramuka atangaje ko azohiganirwa ikibanza c’umukuru w’igihugu c’Uburundi (2015-2020), umugabo Petero Nkurunziza azoba ataye igihugu mu kaga kandi nawe nyene adasigaye inyuma ! Ni ngombwa ko hazoca haba abantu bahasiga ubuzima,kandi amatora ntazoba akibaye nkuko yateguwe ! Situation ishobora kuzogora gusubiza mu buryo, kandi amafaranga y’amatora ntazoba akije nkuko vyitezwe. Umuti wihuta,ushoboka, nuko Parlement+Sénat boca bakorana, bakazomurabira umuti ujanye na haute trahison,kuko azoba adohotse ku ndahiro ! Umukuru wa Parlement yoca arongora igihugu vy’imfata kibanza, akagarukana icuka ciza mu gihugu, akabona gutunganya amatora arimwo ituuze, mu kiringo gishobora kungana n’umwaka. Ivyo vya kidaji navyo nibaza ko vyari ivyo mu myaka iheze, aho n’amakungu yaguma abona ko hoba hariho ubwoko bucinyije ubundi ! ubu rero siko biri, amakungu yahagurukiye rimwe, naho Tonto avuga ko bapfa kuvuga batazi n’iyo Uburundi butumbereye ! Kananira abagabo ntiyimye nyakwubahwa Petero Nkurunziza ! Barirwe wumve !

    • Gilles Bukuru

      Ayo mabi yose murotera uburundi, ndabarahiye nazoshika namba. Abarundi ubu barazi aho bavuye ,ayo magorwa ntazoshika ,shira umutima munda CNDD-FDD ibandanye ibatwara, na nkurunziza uko mumurwanya niko mimukomeza. Ayo mabarabara nayo abashaka barayajamwo ariko umengo abarundi iyo ngendo ntibayimenyereye kanatsinda umwotsi w’ama pneus wo mumyaka ya 1994 mumabarabara yo mugisagara ca bujumbura ntibayibagiye.

  22. PCE

    Je pense que Nkurunziza devrait ouvrir ses oreilles pour entendre ceux qui ne pensent pas comme lui . Avoir une opinion contraire à ce que l’on pense ne veut pas dire que l’on devient ennemi. J’espère que Mr Nkurunziza aura le courage d’écouter la voix de la raison et non celle de sa cour dont les membres se comptent sur les doigts de la main. S’il ose se présenter une fois de plus à la magistrature suprême , il sera considéré comme un hors-la-loi, est donc illégal . Nous considérerons toutes ses décisions comme nulles et non avenues. J’espère que les ambassadeurs représentant le Burundi à l’étranger comprendront qu’ils ne peuvent plus représenter Mr Nkurunziza , on les priera alors de plier bagages.

    • nkuba

      Nyumviririza abo bantu yemwe. hagutegura imikenyuro, propagande ya ma legislatives nyandi matora akurikira biteguriye kuja kuvuza amasorori n’amasafuriya mwibarabara. kurundi ruhande nariko banigana abaja nkuntonde zo kwitoza, baja mu banyagihugu buri wa gatandatu, bubaka inyubako bakora propagande. Hama ngo namwe muzobatsindisha amasafuriya. ivyo bigabo nibibe gito vyaherewe ntawundi mukenyuro basigaranye. Ariko ga basha iconyereka Mutama PC ningene ndanwubaha afata isafuriya mwibarabara ngo pwa!!!, pwa!!!, pwa!!!, pwa!!!. Yo mutama PC vinyuma yabo bana bariko baraguhumisha. Asorori mwibarabara ngo twa!!! Twa!!! Twa!!!! Le ridicule ne tue pas!!!

  23. Kidaji

    « Les chiens aboient mais la carvane passé »: Uyo niwo mugani nocira Vital nabo bari kumwe. Ahubwo nibareke gusamaza opposition yitegurire guhiganwa na Nkurunziza ubundibwo muzoguma muvuza amaruru ukonyene nawe ariko aripanga mubeneguhugu

    • Rekuriyomandat

      Uri kidaji nyn kwli t’as cherché le nom qu’il te faut: »vide »!Tu crois que toutes ses voix contre le 3è mandat inconstitutionnel sont lancées par des ignorants comme toi?

    • Ntazizana

      Kidaji, uwarikwise yari yakwitegereje!

  24. kindros

    je suis contre ces tapages, nimwitegure plutôt kuko hasigaye imisi mikeyi urugamba rutangure!

    • DUBOIS

      Pourquoi les hommes politiques Barundi attendent des catastrophes pour se ressaisir depuis l’indépendance ? Le citoyen a changé depuis 1960 mais l’homme politique non. Qu’ils pensent à ces millions d’individus pauvres, certains subissant des conséquences des faits dont ils ignorent les tenants et les aboutissants !!! Si l’enfer existe, il y aura un bon groupe de nos hommes politiques là-dedans !

Publicité