http://www.iwacu-burundi.org/wp-content/uploads/2017/10/ICCO-COOPERATION-17-OCT-TDRs-pour-recrutement-dun-Consultant-en-Microfinance.pdf
Sécurité

Carnage à Kamanyola : 36 demandeurs d’asile burundais tués et plus de 150 autres blessés

16-09-2017

C’est la désolation après la mort de 31 personnes et 183 blessés dans l’après-midi de ce vendredi 16 septembre à Kamanyola, une localité située à 72 km au sud de Bukavu, à l’est de la RDC et à 30 km seulement de Rugombo en province de Cibitoke, au nord-ouest du Burundi.

Kamanyola, ce samedi matin, la désolation

Parmi ces personnes tuées, il y a 5 enfants et 8 femmes. Tous ces demandeurs d’asile vivaient dans des quartiers de cette cité de Kamanyola.

Des sources sur place indiquent qu’il s’agirait pour la plupart des adeptes de la prophétesse Zebiya (Eusébie Ngendakumana). Ils sont partis en juin 2013 rejoindre leur idole à l’est de la RDC après l’interdiction de leur culte à Businde en province de Kayanza, au nord du Burundi.

Le bilan s’est alourdi ce samedi matin : 5 personnes ont succombé à leurs blessures. Tous les 183 blessés ont été évacués à l’hôpital de Kamanyola. Une dizaine parmi eux est dans un état grave.

Tout a commencé ce vendredi vers 12 heures quand un groupe de jeunes burundais se sont rendus aux bureaux de l’ANR, les services secrets congolais, pour réclamer la libération de leur concitoyens arrêtés. Ils craignaient qu’ils ne soient déjà extradés vers le Burundi.

La situation a dégénéré quand des agents de l’ANR ont intimé l’ordre à la police de chasser ce groupe de ’’jeunes manifestants’’. Il y a eu jet de pierres et un agent de même que le commandant de police ont été blessés. C’est au moment où d’autres sources parlent d’un militaire tué.

Sans sommation, ces policiers ont ouvert le feu. Ces tirs ont fait 5 morts sur-le-champ. Selon des sources contactées, les rescapés ont tenu à évacuer les corps des leurs, sous les tirs.

Horreur

Mais le pire était encore à venir et c’était dans les quartiers où des crépitements d’armes se faisaient entendre. Des sources concordantes indiquent que ’’des hommes en uniforme des FARDC, l’armée congolaise, parlant kirundi intimaient l’ordre à tous les ressortissants burundais de sortir de leurs maisons’’.

Selon ces mêmes sources, ’’ces hommes armés tiraient sur tous ceux qui sortaient de leurs domiciles, mais il y a ceux qui ont été tués à l’arme blanche’’.

Des rescapés

Quelques minutes auparavant, révèlent des sources sur place, ’’ce groupe armé semblait procéder au repérage et à l’identification des maisons abritant des ressortissants burundais dans la cité de Kamanyola avant d’ouvrir le feu’’.

Selon des sources sur place, il y a eu toute la nuit des scènes de panique, la tension était palpable : des slogans et des chansons hostiles aux Burundais ponctués de coups de sifflets ont été entendus dans cette localité.

Les rescapés burundais habitant dans les quartiers de Rugenge et Kashenyi se sont réfugiés dans la base des casques bleus pakistanais de la Monusco à Kamanyola.

Ces militaires ont dû sortir leurs véhicules blindés pour protéger ces ressortissants burundais. La police congolaise a également donné un coup de main pour évacuer ces Burundais vers cette base.

Et ce samedi matin, des jeunes burundais aidés par quelques congolais ont évacués tous les corps sans vie et les ont déposés en face de la base tenue par ces casques bleus.

Interrogé, Bertin Bisimwa, chef de poste à Kamanyola se dit attristé par la mort de ces ressortissants burundais vivant dans les quartiers de cette cité. «On vivait en parfaite harmonie».

Dans une série de tweets, le chef de la diplomatie burundaise, Alain-Aimé Nyamitwe demande des explications au gouvernement congolais, à la Monusco et au HCR sur ces incidents malheureux.

  35   Vos commentaires
  1. KARIKUMUTIMA JEAN

    Tantôt ANR,tantôt la police RDC,…….comment encore Imbonerakure?

  2. Muma

    C’est regrettable que les vies de nos chers compatriotes soient totalement décimées par l’armée congolaise en toute tranquilité alors que leur protection incombait au gouvernement congolais et le Haut Commissariat pour les Réfugiés en RDC.

    Toutefois, je condamne avec fermeté le comportement de certains burundais qui trouvent dans ce carnage une occasion illicitement afflictive en le récupérant politiquement. Le seul argument que ces militaires en uniforme des FARDC parlaient du Kirundi ne peut pas prouver que c’étaient des Imbonerakure et des militaires burundais. Par ailleurs, je crois bien que ces justifications frappent un grand coup aux réscapés de ce massacre qui savent bien les bourreaux des leurs. Laissons la place aux enquêtes si au moins il y’en aura et l’avenir nous en dira plus.

    Toutes mes condoléances aux familles des victimes et à toute la communauté des burundais partout où ils se trouvent… Que Dieu accueillent ces victimes dans son royaume!

  3. juju

    Quel Dieu prient ces millions de gens qui se balladent avec la bible et bondent les Eglises et les stades, priant parfois pendant une semaine sans interruption?

    • Gacece

      @juju
      Votre question contient sa réponse. Il n’y a qu’un seul Dieu!… après vérification.

      • juju

        Donc, le Dieu original d’apres vous; celui d’avant la colonisation? Si on a un seul Dieu, d’apres vous toujours, j’en deduis que celui des colons et le meme que le notre avant leur arrivee. Si c’est ca tu sembles contester seulement son appellation.
        Appelle-le donc comme tu veux et dis-moi ce que les gens de chez moi lui demandent pendant leur priere. Du bien ou du mal? Il paraitrait qu’il donne tout ce qui lui est demande en le croyant. Ou bien il lui est demande de mauvaises choses pour le Burundi, ou de bonnes choses sans le croire.
        Aidez-moi a comprendre.

    • Kwizera

      Ils prient celui que l’on leur a importé dans les 1900. Nous avons perdu contact avec notre sens du divin.

      • Gacece

        @Kwizera
        Enfin quelqu’un qui pense comme moi! Le Burundi d’antan avait son « Imâna », mais les colonisateurs l’ont substitué par leur « Imana » (Dieu) à eux. Ils ont gardé le nom, mais ils ont quand même remplacé celui qu’il désignait.

        Quand on veut briser un peuple, on lui fait perdre tous ses repères spirtuels (ce qui nous relie les uns aux autres) et on les (les repères) remplace par d’autres taillés sur mesure, dans le but d’asservir. Ainsi, ils ont transformé nos classes sociétales en ethnies et ont remplacé notre Imâna. Tout ce qui a suivi n’a été que de la culpabilisation et de la diabolisation de tous ceux qui osaient « ne pas croire » au nouveau Imâna.

        C’est ainsi que tous ceux qui ont continué de pratiquer l’ancienne religion ont été traités de sorciers, de charlatans ou d’adeptes du diable. Et c’est ce que continuent de faire ceux qui croient en Dieu : la culpabilisation.

        Actuellement je me surprends de fois en tain de me demander ce qui serait arrivé s’il n’y a avait pas eu de colonisateurs, ou tout simplement s’ils n’avaient pas imposé leur religion.

        • l hoe sensé

          si tu étais celui que tu crois être tu serais en train de parler ta langue maternelle
          donc tu te contredis toi meme,uracambara impuzu zibiti p etre,,,,,,,,Ce que je vais dire par la,ronderera ikibazo aho kiri ureke kuzana des idees stupide

          • Gacece

            @l hoe sensé
            La langue aussi a été importée, mais « ils étaient aussi obligés de nous imposer leur religion »? Non. Parce que voyez-vous, le Kirundi est encore là! Donc une langue est un outil de communication, mais la religion peut être utilisée comme instrument de domination est d’asservissement.

            Et je parie qu’il y a plein de gens qui parlent plusieurs langues sans toutefois appartenir à toutes les religions dominantes des pays d’origine de ces langues.

            Au Burundi on parle Kiswahili. Pourtant ce n’est pas une langue qui nous a été imposée. La religion si!

            Et désolé de te décevoir, mais une grande part des vêtements, c’est du coton. Ziracâri impǔzu z’ibíti. Alors… Ēyêgó ndacâzāmbara! N’íkirǔndi urabóna kó nkicǐbuka.

            Pour la religion, je crois qu’il est trop tard pour y changer quoi que ce soit de significatif… quoique… avec le temps, les croyances tombent… Zeus n’est plus vénéré par les Grecs! Je vous propose de nous retrouver dans 10 000 ans. Le christianisme et d’autres religions auront été remplacés. Mais d’ici-là, on peut se contenter de ce qu’on a.

            Pour les divisions ethniques (qui nous ont été imposées elles aussi), il suffit de les rejeter et de rééduquer les enfants sur la vrai histoire des clans et des classes.

            Le seul moyen qui soit pour résoudre un chaos est d’identifier et de retourner à l’origine de ce qui l’a provoqué. Et nous savons tous ce que c’est. À nous de corriger.

            Je ne cherche pas des problèmes, je trouve des solutions. Bienvenue dans mes idées intelligeamment stupides… ou stupidement intelligentes!… si je ne me trompe passeulement.

  4. Fofo

    @SENYAMWIZA Jean-Claude
    C’est vraiment horrible. Je condamne personnellement cet acte ignoble. Toutefois, nous devons apprendre à ne pas précipiter les jugements. Quel rapport y-a-t-il entre les réfugiés de 2013 et ce fameux 3eme mandat ?

  5. Karabona

    Cherchez le mobile, toujours, cherchez le mobile de ces meurtres pour un jour, peut-être rendre justice pour ces vies gâchées.

  6. Mados

    Le Burundi et la RDC sont aujourd’hui des Etats faillis et rien d’autre. Attendre d’eux qu’ils protegent des refugies ou leurs propres citoyens est illusoire. Et soyez certains que cela va durer tres longtrmps encore. Une guerre de liberation veritable est impensable avec des elites corrompues et laches.

  7. Satanique

    Il doit être comblé le commanditaire de cet ignoble acte « civique »!
    Que ces innocents reposent en paix.

  8. Satanique

    Il doit être comblé le commanditaire de cet ignoble acte « patriotique »!
    Que ces innocents reposent en paix.

  9. Masabo

    FARDC est une armée très indisciplinée, la pure au monde. Incapable de sécuriser leur pays, une armée très corrompue et très feneillante. Leur association et collaboration avec les Imbonerakures ne peut engendrer que des horreurs qu’on a vu à Kamanyola.

  10. Source du Nil

    Les policiens congolais ont la gâchette facile comme la police burundaise.Reposez -vous en paix mes pauvres!

  11. Mahuragiza

    Très attristé, que les âmes de ces martyrs
    se reposent en paix! Nta si idahamba!

  12. AGRICOM

    Seigneur, qu’est ce qui se passe pour mon peuple ?. Aie pitié Seigneur de mon peuple !

    • DUCK

      Nyakwubawa ndakunezerewe cane kandi ndakwubashye cane. Nukuri urakoze cane.

  13. SENYAMWIZA Jean-Claude

    En politique quand on commence une aventure personnelle en dépit de tous les conseils qui veulent vous en dissuader, vous ne pouvez jamais savoir où est-ce que cela va vous mener et surtout mener le pays que vous êtes sensés servir. Les conséquences d’un 3ème mandat du forcing commencent à peser lourd sur l’avenir de toute une nation. On s’en souviendra pour toujours mais le pire est encore devant nous. Que les martyrs de Kamanyola reposent en paix et que la terre de nos ancêtres (si du moins on arrive à rapatrier les corps ce qui m’étonnerait) leur soit légère.

  14. Meurlsaut

    « …des hommes en uniforme des FARDC parlant kirundi intimaient l’ordre à tous les ressortissants burundais de sortir de leurs maisons. » Tout est dit,Nkurunziza est prêt à tout pour imposer sa simulacre de paix en exigeant le retour des réfugiés de force(même par la brutalité et la violence).Il n’y a pas longtemps(dans les camps de réfugiés en Tanzanie) les maisons de ceux qui n’étaient pas candidats au retour étaient brûlées par les inconnus.Bientôt les « fanboys » du régime nous parleront encore d’un complot occidental contre le Burundi!

    • Gacece

      @Meurlsaut
      Pure récupération politique. Le Burundi ne peut cas être tenu responsable de ce qui se passe en dehors de son territoire, sauf s’il y a une guerre. La MONUSCO vient de sortir un communiqué accusant les FARDC d’être responsables de ce carnage. Allez donc demander vos comptes au gouvernement congolais.

      • Meurlsaut

        @Gacece
        Si la MONUSCO a sorti un communiqué pointant du doigt les FARDC,elle ne dit pas qu’elle a fait une enquête exhaustive pour connaître les vrais(ou tous) les commanditaires de ce crime.Elle parle plutôt d’une équipe envoyée sur place pour une investigation complète.
        J’ai repris dans mon commentaire les mots du journaliste d’IWACU qui montrent et disent qu’après les tirs des agents de police de la RDC sur les réfugiés la suite de la traque des réfugiés se faisait par les éléments parlant kirundi en uniforme des FARDC!! L’armée comme la police au Congo parle lingala et un peu du swahili mais généralement le lingala.Veux-tu m’expliquer comment une armée parlant lingala et constituée d’une multitude des tribus ne connaissant pas le kirundi s’est-elle choisie le Kirundi comme lanque de communication pour traquer les réfugiés??
        L’altercation entre les agents de police et les réfugiés(dit-on) résulte de l’arrestation de quatre burundais qu’on devait conduire à la frontière et remettre aux autorités burundaises.comment les agents de la police congolaise ont-ils su reconnaître les individus recherchés par le pouvoir burundais sans l’aval de Bujumbura?
        C’est un secret de polichinelle qu’à cause de la corruption endémique de l’administration congolaise,les imbonerakure,les agents du SNR burundais ainsi les membres de l’armée burundaise tous en uniforme des FARDC circulent librement pour traquer les opposants au régime de Bujumbura de l’autre côté de la Rusizi(à l’Est du congo).Finalement, je crains qu’à la fin de l’enquête(si enquête il y aura) la spéculation politique dont tu m’accuses ne te revienne!

        • Gacece

          @Meurlsaut
          Je ne sais pas comment sont gérés les camps de réfugiés en RDC, mais quand on est réfugié, on ne sort pas du camp sans avoir la permission.

          Il paraît que ces quatre personnes arrêtées ne faisaient pas non plus une promenade de plaisir. Et on les a interceptées en dehors du camp. Ça, c’est la version des autorités congolaises.

          Tout comme je sais qu’ils peuvent déclarer n’importe quoi pour se disculper, je sais aussi que les réfugiés peuvent également mentir… pour eux aussi rejeter la faute à l’autre camp, en écorchant le Burundi au passage.

          Laissons les enquêtes se conclure et on s’en reparlera après. D’ici-là, on arrête les surenchères. Il y a des vies qui ont été fauchées et je crois que le mieux que l’on peut faire, c’est de vivre ensemble ce deuil. Avec leurs familles.

          • Meurlsaut

            @Gacece
            Il n’existe pas de camp de réfugiés à Kamanyola.Les réfugiés occupent de petites maisons de fortune et d’autres sont logés par les pauvres villageois congolais.Et puis (même s’il y avait un camp de réfugiés) rien ne dit que sortir du camp constitue un délit inacceptable pour être arrêté et conduit à la frontière pour être livré à l’administration burundaise dont on a fui. Quelle était l’infraction?? D’autres sources disent que les réfugiés ont été arrêtés dans leurs maisons pendant la nuit.Ta réaction est PURE spéculation.

    • ls

      voilà pourquoi les étrangers devraient rester en dehors de nos affaires !

      Si celui-ci était de la région, il aurait su que les congolais qui parlent kirundi a l’est sont nombreux, tout comme ceux qui parlent kinyarwanda.

      Fort de cette connaissance, il se serait abstenu de son commentaire ridicule qui mélange les chèvres et les choux

      • Meurlsaut

        @IS
        Tu ne sais ni qui je suis ni d’où je viens pour me traiter d’étranger à la région.Laisses-moi te dire que je connais mieux que toi l’Est du congo:de Fizi en passant par Uvira puis Kamanyola,Bukavu,Goma et même la région de Kisangani.Tu ne m’apportes rien de nouveau.Les populations dites de souche burundaise ou rwandaise se servent du swahili dans leur communication avec les autres.Aussi dans l’armée comme la police(à l’Est comme l’Ouest) la langue utilisée est le lingala et très peu du swahili.Quel intérêt aurait la police ou l’armée congolaise hétérogène(composée de toutes les tribus) à se servir du Kirundi comme moyen de communication alors que c’est une langue qui n’est jamais utilisée dans ses rangs?? Et puis l’origine du conflit entre réfugiés et les agents de l’ANR « congolais » dit-on c’est l’arrestation de trois burundais remis à l’administration burundaise.D’où les agents de l’ARN au Congo tirent-ils l’information des gens recherchés par le Burundi parmi les réfugiés s’il n’y a pas une main de Bujumbura ou des infiltrés envoyés par le pouvoir « divin » du Burundi pour traquer les indésirables du pouvoir?? Nous ne sommes pas à la première incursion de l’armée burundaise et imbonerakure en uniforme de l’armée congolaise! Pour dire enfin qu’en traitant mon commentaire de ridicule ta réaction aussi délirante n’est pas moins burlesque et moins loufoque.

        • Gacece

          @Meurlsaut
          Résumons-nous si vous voulez. On se trouve au Congo. Il y a des réfugiés burundais. Parmi eux, il n’est pas impossible qu’il y en ait qui ne parlent aucune autre langue que le Kirundi. Dans l’armée congolaise, il se pourrait qu’il y en ait qui parlent Kirundi ou Kinyarwanda. Quelle langue pensez-vous qu’ils vont choisir pour avoir plus de chance d’être entendus. Est-ce toujours impossible comme vous le prétendez? Ça, c’était de un.

          Deuxièmement, l’armée congolaise a eu le temps d’aller de faire appel aux militaires burundais pour les rejoindre et participer dans ce carnage pendant le court laps de temps que les affrontements ont durés?

          Come on! Arrêtez de chercher le mal là où il ne se trouve pas! La responsabilité de ce massacre incombe aux militaires congolais, c’est aux autorités congolaises de mener des enquêtes, de se justifier et de sévir contre les responsables.

          • Meurlsaut

            @Gacece et Is
            Vos imbonerakure et militaires burundais ont fait des mois à kiliba ONDS pour leur entrainment paramilitaire sans être inquiétés.Il n’est pas impossible aujourd’hui qu’ils se soient encore infiltrés en muselant les autorités congolaises par des moyens financiers et en cachant leur présence par le port de la tenue des FARDC.

        • ls

          D’accord, d’accord.on ne se fâche pas pour si peu ! Tu connais donc cette partie de l’Afrique. mieux que mois, pas si sûr.

          pour le reste, si on prend pour vrai le fait que les congolais qui parle Kirundi utilisent le swahili, il ne t’est donc pas venu à l’idée qu’ils pourraient utiliser le kirundi pour s’adresser aux burundais ? donc pour vous la seule possibilité est que les soldats burundais aient revêtu l’uniforme des FARDC ?

  15. Didi

    C’est regrettable qu’au siecle actuel, des dizaines de gens non armes se soient fusilles et decimes comme des mouches!ces gens sont tout d’abord des refugies et leur securite revient a l’Etat congolais.L’ANR,a ‘instar du SNR est un service du gouvernement,le gouvernement congolais donc est d’un coup tenu responsable du meurtre de ces gens,leur familles devraient s’allier et chercher justice la ou elle est!Je crois qu’ils n’ont pas ete tires dessus simplement pour leur reclamation mais plutot leur presence agace le maitre de Mukaza et de Kinshasa,un duo qui brule la maison et ne supporte pas les yeux qui voient la fumee qui s’en degage!
    Salut……

    • Bagona

      Ces gens sont sous la protection du HCR.Leur sécurité doit être renforcée.

  16. Mafero

    Est-ce que celui qui avait chassé ces adeptes de Zebila de Businde jusqu’à ce qu’ils aillent se faire liquider sur le sol congolais sent une certaine fierté?

    • Mafero

      Erratum: Zebiya

      • Lambert

        @didi
        tu n’es pas sans savoir qu’il y a eu Kiliba Ondes.
        Qui ont suivis les entrainements à cet endroit là?
        Congolais ou imbonerakure?
        La responsabilité revient à l’État congolais à cause de son péché originel d’être naturellement corrompu ce qui a été importé par CNDD-FDD.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.
Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Publicité