Mardi 27 septembre 2022

Politique

|Urgent|117 personnes appréhendées hier présentées devant le parquet

18/04/2015 6

La police présente devant le Parquet de la République en Mairie de Bujumbura les 117 personnes appréhendées dans la marche manifestation d’hier (Affaire à suivre).

Forum des lecteurs d'Iwacu

6 réactions
  1. Gilles Nininahazwe

    Libérer ces innocents!
    C’est plutôt cette police indisciplinée, cette police du parti au pouvoir qui matraque les gens qui font une manifestation paisible, qui lance des gaz lacrymogène, qui utilise les moyens de l’ État pour semer le désordre qui devrait être derrière les verrous.

  2. songambere

    La pauvreté ne se combat pas dans la rue travailler vous aurez mais le mensonge ne va pas vous enrichir Léonce et les frondeurs vous trompent mukumbuye abaja mû ma pneus les temps sont révolus P Nkuru a faits pas mal de choses ce n’est pas un secret de polichinelle même l’Occident le sait.Demandez à nos amis de l’autre côté comment on les a lynchés en Somalie .?

  3. Est-ce que NKURUNZIZA sait ce que signifie le Burundi? Il se croit comme qui? Cette boulimie du pouvoir on en a assez!! Il veut contraindre les gens à prendre les armes!! Izo mbonerakure ziwe ko atazipfunga? En tout cas, il accélère sa chute et il en boira la sauce!! Les siens ont la liberté d’unsulter meme les passants au moment où les autres sont dans les véroues!! Iki gihugu ni ic’abagesera gusa? Abarimiro, abaragane, abamoso n’abandi ntaco tukigabako? Ntare yabagize abantu none muriko mwisubiza i bukoko?

    • nkuba

      @We ntakakurenga.
      Tubwire ibikorwa wewe washitseko, tubwire ico wamariye Uburundi,tubwire ico wamatiye commune yawe. Abantu nka mwebwe mwishinga murtyoza kugira murtyoze usanga atanico mumariye imiryangi yanyu. Mwidoga ngo amafaranga ni make ariko mukayamarira mu bubare muhira mugatanga intore. Kandii après sa chute, S.E. Pierre ne te demande pas de l’aider àboire sa sauce. Nkoko umengo wewe uri umu extra terrestre nturi igikoko. Mu bigira intama kandi ari amabingira nawe urimwo. Mvako Mvako.

      • Ico womenya co nararahiye kujakarira uwundi mugabo nk’ukobesnhi mubigira mukirirwa inyuma yabo mutora agakorotse kandi bariko barya ivyo babivye!

      • ukuri kuzostinda

        Henshi vyarabye, les dictateurs qui ont tente de se maintenir au pouvoir par force ont utilise la police pour reprimer les gens. Ils avaient des partisans beaucoup meme qui soutiennent l’illegalite. On est temoin ce qui s’est passe apres. Cette police connu pour leur brutalite au lieu de saisir l’occasion pour demontrer le contraire et renforcee la loi est en train de renforcer la division entre les burundains en protegeant les uns et en malmenant les autres sachant bien que ces derniers ont le droit absolu d’exprimer librement leurs opinions. Dans une situation comme celle du Burundi, reprimer les gens n’a jamais ete une solution sage, ca attise plutot le feu et ne change en rien une population en colere. Pourquoi cette police n’apprend rien des pays civilises ou la police montre son profesionalism en protegeant tout le monde qui s’exprime librement dans la rue ? Ils peuvent utiliser ces armes, ces gaz et autres que ces reprimes leur ont achete, mais leurs efforts sont voues a l’echec devant une population qui defend leurs droits. Et ceux-la ne les honorent pas.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une décision qui replace le droit à l’honneur

La décision gêne, dérange, embarrasse. La Cour de Justice de la Communauté Est-Africaine (EAC) a, dans sa chambre d’appel, conclu que la décision de la Cour constitutionnelle du 5 mai 2015 autorisant le candidat du parti au pouvoir d’alors à (…)

Online Users

Total 2 014 users online