Lundi 08 août 2022

Politique

Manif contre le troisième mandat : 65 personnes inculpées sans bénéficier de l’assistance des avocats

Le parquet de la République en mairie de Bujumbura vient de mettre en détention préventive 65 des 106 suspects arrêtés (des jeunes pour la plupart) lors des manifestations de ce vendredi.

Une foule de gens venus soutenir les 106 personnes arrêtées vendredi ©Iwacu
Une foule de gens venus soutenir les 106 personnes arrêtées vendredi ©Iwacu

Ils sont tous poursuivis pour trois chefs d’accusation : participation à un mouvement insurrectionnel, lésions corporelles volontaires et, enfin, outrage et résistance envers les dépositaires de l’autorité ou de la force publique.

Selon le code pénal, pour la première infraction, ils encourent une peine de deux à vingt ans de prison (articles 597 et 598). Dans le pire des cas, ils peuvent écoper de la perpétuité (article 299).
L’infraction de lésions corporelle volontaire et punie de deux mois à deux ans de prison (art. 219). La peine peut être portée à vingt ans au cas où il y aurait un policier qui succombe à ses blessures (art.223).

L’’infraction d’outrage et résistance envers les dépositaires de l’autorité ou de la force publique n’existe pas dans le code pénal. Mais la résistance avec violence envers les dépositaires de l’autorité ou de la force publique est appelé « rébellion ». Dans ce cas, l’inculpé encoure de six mois (art. 372) à dix ans, au pire des cas (art.374).

Si le parquet veut signifier outrage et violence envers les dépositaires de l’autorité ou de la force publique, les inculpés peuvent être poursuivis selon l’article 382. Il prévoit un an à trois ans de prison ou, au pire des cas, une peine de trente ans de servitude pénale (s’il y a par exemple décès de policier).

Les 65 inculpés seront présentés devant le Tribunal de grande Instance pour confirmation de leur détention dans un délai ne dépassant pas sept jours.

Signalons que les inculpés n’ont pas bénéficié d’assistance d’avocats. Les mineurs ont été assistés par les défenseurs des droits de l’homme.

Selon le procureur, tous les inculpés seront écroués à Muramvya. Mais ils ont passé cette nuit à la prison de Mpimba.

Forum des lecteurs d'Iwacu

10 réactions
  1. nkuba

    Mwese mwagize ayo ma commentaires ntanumwe yagige muri manifestation??? Muri ababeshi bwabundi ntimukunda abandi barundi ahubwo nkuko babivuga dans le jargon universitaire (rumuri) murasukana pour vos interest. Mur’ibito ntabagabo murimwo, muri indryarya. Jewe nzobemera mugiye mwibarabara, ntimureke kwikoroza amososzi mudafise (larmes de crocodile).

    • Nzobandora

      Wewe baje gutora mu ma fuso kwi noti ya bitanu kugira wirirwe kuzuba uvga ngo TUZOBAMESA ni wewe uri umugabo.
      Hahahaha……la depression vyovugwa mugabo ubujuju ntibikunda mugenzi

  2. Jereve

    Le spectacle que nous sommes en train de présenter au monde est vraiment minable. Personne ne peut en être fier. Cela fait naître en chacun de nous un sentiment clair et net que la situation ne doit pas continuer comme cela, et surtout pas pendant cinq ans encore.

  3. Nzobandora

    Il ne faut pas être un grand intellectuel pour savoir qui inculpé entre celui qui manifeste pacifiquement et ceux qui scandent des slogans ridicules comme TUZOBAMESA.
    Ce qui est évident la suite des événements prouvera que cette injustice ne fera qu’accroitre le mécontentement de la population au lieu de décourager les manifestants légalement.

  4. peopleburundi Otawa

    Nkurunziza Pierre est entré d’enregistrer sa propre humiliation. A la chute de son régime au lendemain de l’annonce de sa candidature, tous ces prisonniers d’opinion du Burundi qui vit au 21è siècle seront libéré et constitueront une preuve suffisante prouvant la dictature de ce pouvoir qui se comporte tel un enfant gaté dans une famille pauvre.

  5. Ibigambo

    Quand ce sont les opposants qui se mettent en infraction, on applique les principes du droit; mais, lorque le président viole la constitution et les accords d’Arusha, la justice brille par son absence assourdissant. Nkurunziza est sur le point d’être un président aussi pire que Micombero. Je n’ai jamais douté une seule seconde de l’incompétence notoire de l’actuel président. En effet, il est aussi léger qu’une vielle (… ) le mot a été censuré

    • peopleburundi Otawa

      Le Burundi n’avait jamais vu un pouvoir aussi aveugle.

  6. Ibara mugihugu

    Iryo n’iterabwoba, nibabe baragura impimba, les opposantsau 3eme mandant sont nombreux. Kubarekura c’est une quetion de temps.
    Bashaka ko ejo nibabika ngo niwe candidat ntihagire uwuvuga ngo bodufunga,ngo baratwica. Ihibambewe, ivyo biduha inguvu nyinshi
    kandi bikwega amashavu menshi n’ ivyo muriko murarwanya. Twiyumvire ingene twofata mumu mugongo izo nzira karengane, ari kubaraba, no kubavugira, kubaremesha, harageze aho twitura k’ubundi butungane atari ubwo bwa CNDD. Haguruka nyabuna twikuremu buja, ngo wanka kwiruka ukagwishwa n’ubusa.

  7. kindros

    dans le cas actuel Ayo ma articles ni bayihoze, Nkurunziza aragenda arahumba, abo bose bazofungurwa vuba ntangorane
    Wait and se, urugamba ruratanguye kandi ntirusubira inyuma!

  8. Quand on a été engagé parce qu’on a donné des pots de vin, c’est qu’on doit toujours trancher en faveur du gouvernement; on devient un renégat sans esprit.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Pénurie du carburant. La voie lacustre serait un soulagement

Les pénuries épisodiques de carburant n’ont rien de nouveau au Burundi. Mais celle que nous vivons se distingue des précédentes par sa longueur et sa gravité qui compliquent encore davantage le quotidien de la population. Devant des stations-services, à sec (…)

Online Users

Total 1 614 users online