Vendredi 09 décembre 2022

Politique

Sommet de l’EAC : focus sur la déclaration de Mkapa

10/09/2016 Commentaires fermés sur Sommet de l’EAC : focus sur la déclaration de Mkapa

L’ancien président tanzanien et facilitateur dans le dialogue inter-burundais Benjamin William Mkapa a relevé huit points de divergence entre partie en conflit. Il a émis six propositions.

Benjamin Mkapa : «Ceux qui ne sont pas venus auraient pu apporter une contribution positive au processus»Comme points de désaccord entre parties, le facilitateur a d’abord relevé l’état et l’application de « l’Accord d’Arusha et la réconciliation pour le Burundi de 2000 ». Il a après évoqué le débat sur la légalité et la constitutionalité du « troisième » mandat avant de parler de la politisation des organes de sécurité comme l’armée, la police, le service national des renseignements.

L’ancien président Mkapa est revenu sur la question de l’espace politique de l’opposition dans l’exercice de la démocratie. Il n’a pas oublié les divergences d’opinions sur la question de l’économie, les relations entre le Burundi et le Rwanda, les droits de l’Homme et d’autres questions humanitaires. Il a terminé en évoquant les divergences de vue sur la sécurité.

Parer au plus pressé

Comme propositions, le facilitateur souligne l’impérative nécessité pour les chefs d’Etat de s’engager personnellement pour amener les parties en conflit à s’engager eux-mêmes pour un sérieux dialogue inclusif sans aucune précondition. Bien plus, selon Mkapa, au regard de la situation qui prévaut au Burundi, il y a nécessité d’une conclusion rapide de ce processus afin que le pays puisse aller de l’avant. Il parle aussi de la nécessité pour les partenaires internationaux de donner un plein soutien et sans équivoque en vue de la réussite de ce processus mené par l’EAC.

L’ancien président tanzanien note que financièrement, la facilitation a presque entièrement dépendu de la générosité de l’Union européenne ou de la Chine. Il suggère alors aux chefs d’Etats de fournir des moyens consistants, du moment que la facilitation va entrer dans la phase de médiation.

Du reste, au regard des récents développements, il recommande au sommet de l’EAC de se prononcer en appelant toute partie en conflit à renoncer à faire des déclarations incendiaires.

Dernière proposition : « Le sommet devrait analyser les voies et moyens pour apaiser toute tension à la frontière qui ne favorise pas le processus de la médiation. »

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Le citoyen invisible

« Au Burundi, le temps de bâtir une nation définitivement réconciliée est arrivé », a annoncé Albert Shingiro, ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération au Développement, lors du briefing au corps diplomatique accrédité à Bujumbura, mardi 6 décembre. « (…)

Online Users

Total 914 users online