Samedi 18 septembre 2021

Économie

Semaine de la diaspora :Des Burundais de l’étranger expriment leur lassitude

30/07/2021 2
Semaine de la diaspora :Des Burundais de l’étranger expriment leur lassitude
Des membres de la diaspora burundaise présents lors de la deuxième journée de la semaine de la diaspora.

Là où les représentants proclamés de la diaspora burundaise évoquent un bilan largement positif en termes d’apport de la diaspora à l’occasion de l’ouverture de cette semaine, des Burundais établis à l’étranger accusent le pouvoir de Gitega d’étouffer dans l’œuf les initiatives de développement de la part de la diaspora.

Dans son discours tenu ce mercredi 28 juillet pour le deuxième jour de la semaine de la diaspora prévu du 27 au 30 juillet, le président de la République, Evariste Ndayishimiye, a demandé aux membres de la diaspora de s’organiser en associations et coopératives pour pouvoir contribuer aux projets et programmes de l’Etat du Burundi.

Le chef de l’Etat a aussi exhorté les membres de la diaspora à accompagner l’Etat burundais dans sa vision de la lutte contre la pauvreté « afin que chacun ait de quoi se mettre sous la dent et puisse disposer d’un niveau de vie décent ».
Dans leurs diverses interventions par la suite, les membres de la communauté burundaise établie à l’étranger présents à cette semaine se sont engagés à redorer l’image du Burundi dans le concert des nations, promettant d’être des ambassadeurs du Burundi, d’y investir et d’inciter les étrangers à y installer des entreprises.

La veille, à l’occasion de la première journée de la semaine de la diaspora, Japhet Legentil Ndayishimiye, président proclamé de la diaspora burundaise, s’est félicité des actions accomplies par des membres de la communauté burundaise établie à l’étranger au premier rang desquelles la mise en place de la Radio communautaire Cibitoke Diaspora Network (CDN) par des ressortissants de cette province et la création de l’hôpital de référence de Kigutu (province Bururi).
« Les fonds envoyés au Burundi par la diaspora ont augmenté de 3% depuis 2012 », a précisé le président de la diaspora burundaise. Et de demander que la dimension diaspora soit intégrée dans l’intitulé du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération au Développement.

Japhet Legentil Ndayishimiye : « Les fonds envoyés au Burundi par la diaspora ont augmenté de 3% depuis 2012. »

De son côté, Albert Shingiro, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération au Développement a fait savoir que son ministère a facilité aux membres de la diaspora les procédures administratives dans la mise en place de projets de développement. Le ministre a profité de cette occasion pour préciser que cette semaine de la diaspora abordera le développement du secteur de l’agriculture et l’élevage, une nouvelle orientation du domaine de l’éducation, le plan national de santé publique, la justice équitable pour tous, etc.
« Une nouvelle politique de la diaspora sera bientôt mise en place après celle qui date de 2016 et ayant pris fin cette année », a annoncé le ministre Shingiro.

Enfin, le vice-président de la République, Prosper Bazombanza, a appelé aux membres de la diaspora présents « à forger leur propre vision sur la réalité de la paix et la sécurité au Burundi ». M. Bazombanza a, en outre, affirmé que le Burundi est dans un processus d’ouverture « totale » et de coopération gagnant-gagnant avec ses partenaires tant bilatéraux que multilatéraux.

Des Burundais de la diaspora désabusés

P.Z. est un Burundais établi en Afrique du sud. Désabusé, il tient d’abord à nous raconter les divisions qui minent la diaspora burundaise dans la nation arc-en-ciel. « Nous avions créé l’ABUSSA ‘’Association for Burundian Solidarity in South Africa’’ en 2004. Avec le temps, certains Burundais vivant ici ont voulu en faire un satellite du parti Cndd-Fdd ».

Toujours remonté contre cette situation, P.Z. raconte qu’avant ces divisions, l’ABUSSA avait notamment accueilli l’équipe féminine des Intamba mu Rugamba. « Quand les joueuses étaient venues à Soweto, nous les avons accueillies à l’aéroport, les avons aidées à passer un agréable séjour. Tout cela a coûté pas moins de 1000 dollars à l’association ». Ce membre de la diaspora burundaise au pays de Nelson Mandela s’empresse d’ajouter que l’ambassade burundaise n’a contribué en rien quant à l’accompagnement des joueuses Intamba.

Les divisions au sein de cette diaspora, un frein aux initiatives en direction du Burundi ? C’est ce que défend P.Z. « Pour que nous ayons un impact dans notre pays natal, il faudrait que nous ayons une structure d’action solide et unie. Avec les divisions sur base politique qui règnent entre nous, nous sommes loin du compte ».

Et de témoigner que cet état de fait a découragé beaucoup de Burundais qui vivent en Afrique du sud. « En fait, certains voudraient que tous les Burundais vivant à l’étranger soient adhérents du parti au pouvoir. Or c’est chose impossible ».
D’un point de vue individuel, d’après P.Z., les Burundais qui ont des initiatives rencontrent des obstacles insurmontables. « J’ai connu un Burundais vivant dans un pays limitrophe du Burundi qui voulait mettre en place un projet médical. C’était en 2008. Une fois les pouvoirs publics mis au courant, il lui a été demandé de débourser 10.000 dollars américains au ministère des Finances pour que son projet soit validé. Choqué face à cette corruption déguisée, mon ami a jeté l’éponge et s’en est retourné amer dans son pays d’adoption. Aujourd’hui, il occupe de hautes fonctions au sein de l’armée de ce pays. Quelle perte pour notre patrie ! », regrette P.Z.

Et de s’indigner, à partir de là, de la corruption qui gangrène les institutions burundaises et qui, selon lui, explique les réticences de nombreux Burundais de l’étranger prêts à investir dans leur pays natal.

« Les Burundais de l’étranger doivent s'organiser dans leur pays d'accueil indépendamment du pouvoir de Gitega »

Pour Libérat Ntibashirakandi, président fondateur de la diaspora burundaise de Belgique et de Burundi Solidarity International (BSI), les Burundais de l’étranger doivent s'organiser « de façon démocratique » dans leur pays d'accueil et ce, indépendamment du pouvoir de Gitega. « Cela nous permettra de mieux venir en aide à notre mère-patrie dans les différents secteurs aujourd'hui complètement délabrés ».

Le professeur-mathématicien revient, indigné, sur l’épisode des Burundais binationaux qui, après un séjour au pays l’année dernière, se sont vus refuser de prendre l’avion : « Certains étudiants en stage au Burundi ont perdu toute une année académique et d'autres ont eu des soucis avec leurs employeurs. J'espère que ceux qui participent dans cette semaine de la diaspora auront l'occasion de le dénoncer et exiger que ce comportement honteux ne se reproduise plus.»

M. Ntibashirakandi revient aussi sur un des projets phare de la première session de la diaspora en 2014 : « Quid du projet de considérer la Diaspora comme la 18e province ? Ce fut une des recommandations de la première session de 2014. Quel bilan après 7 ans ? »

Pour lui, il faudrait évaluer si les recommandations et les idées émises par les participants de la session de 2014 et les sessions suivantes ont été concrétisées ou pas. « Sinon, s'il faut se rencontrer, débattre pour débattre en attendant l'année suivante pour recommencer les mêmes échanges stériles, cela n'honore pas du tout la diaspora », souligne le belgo-burundais qui en profite pour mentionner qu’Albert Shingiro, le ministre actuel en charge des Affaires étrangères, connaît bien les conclusions de la session de 2014, étant à l’époque, secrétaire permanent auprès du ministre chargé des Affaires étrangères de l’époque, Laurent Kavakure.

« La priorité des priorités, c'est bien la paix et la sécurité pour tous les Burundais sans distinction aucune. C'est le respect strict des droits humains. C'est une justice au service des citoyens. Sans ces préalables, l'image du Burundi ne sera pas améliorée ». Libérat Ntibashirakandi précise que sans ces piliers et principes, la diaspora burundaise « ne fera pas des miracles ».

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Benit

    Merci Liberat de mensionner le comportement indigne de nos autorites d’empecher les membres de la diasporats de quitter le territoire burundais et de laisser passer les blancs passer, ils voulaient juste montrer qu’ils sont fort en humuliant leurs copmpatriotes, or ce qu’ils oublient est que face a ce comportement maladroit de nos autorites une parti de la diasporat peut aussi se rebeler et abandonner de venir au Burundi et aller ailleurs en Afrique, moi parexemple depuis ce jours j’ai decide de faire mes vacances en Tanzanie et aller a Kigoma pour me jouir du lac Tanganyika.
    Parmis nos compatriotes qui etaient au Burundi, il y avait d’autres qui avaient des rendez vous des dialyses a l’hopital qui n’ont pas pu passer leurs dialyses ou d’autres obligations.

  2. Jambo

    Je dois souligner que cette initiative est louable.
    Mais , mesdames messieurs les membres de la diaspora. Expliquez à nos dirigeants qui sont nos frères ce qui fait la force des démocraties aho twahungiye. Un Etat de droit caractérisé par la bonne gouvernance.
    Babwire ko ata ba généraux , abari mu mugambwe utegeka qui sont au dessus des lois. C’est cette base qui a fait que de petits pays comme la suisse ou le Danemark, etc… sont devenus des géants.
    Note très positive, j’ai aimé, admiré que notre président ait mis l’agriculture au coeur du problème.
    Vous les gens de la diaspora. Uwutava ruguru, abavyeyi biwe bava ruguru.
    Engageons nous d’être des flambeaux.
    1) Etre des points focaux pour la multiplication des semences sélectionnées. Cultiver 1 ou 2 ha de variétés améliorées (Riz, maïs, blé, pomme de terre, etc…). Mwoba mufashije. Les paysans des environs peuvent alors acheter ces semences près de chez eux. Le ministère de l’agriculture vous aiderait
    2) Acheter et entretenir un taurillon de vaches laitières . Les gens des environs bakabangurira kwa gusa. 10 mille ou 20 mille par saillie est une somme énorme pour un pauvre paysan.
    3) Contribuer pour l’installation d’une petite porcherie de 5 unités avec un verrat de race améliorée pour aider les voisins ahobobangurira kwa gusa.

    Ivyo ntivyosaba fortunes, rien que l’engagenent.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Encadré

Selon l’Agence nationale de la statistique et de la démographie du Sénégal, la diaspora sénégalaise a envoyé un montant d’argent équivalent à 2,22 milliards de dollars américains en 2017, soit 13% du PIB du pays de la Teranga. Pour le cas du Maroc, ce n’est pas moins de 7 milliards de dollars américains qui furent envoyés par les Marocains résidant à l’étranger pour l’année 2019, soit environ 7% du PIB du royaume chérifien (Selon le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger).

Interrogé ce lundi 26 juillet sur les montants des fonds transférés par les Burundais de l’étranger, Domitien Ndihokubwayo, ministre en charge des Finances, a expliqué qu’il n’existe pas d’étude sur le sujet tout en parlant de « sommes considérables » envoyées par les membres de la diaspora à leurs familles et proches au Burundi. Le ministre a promis, toutefois, que de telles études seront produites à l’avenir.

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Benit

    Merci Liberat de mensionner le comportement indigne de nos autorites d’empecher les membres de la diasporats de quitter le territoire burundais et de laisser passer les blancs passer, ils voulaient juste montrer qu’ils sont fort en humuliant leurs copmpatriotes, or ce qu’ils oublient est que face a ce comportement maladroit de nos autorites une parti de la diasporat peut aussi se rebeler et abandonner de venir au Burundi et aller ailleurs en Afrique, moi parexemple depuis ce jours j’ai decide de faire mes vacances en Tanzanie et aller a Kigoma pour me jouir du lac Tanganyika.
    Parmis nos compatriotes qui etaient au Burundi, il y avait d’autres qui avaient des rendez vous des dialyses a l’hopital qui n’ont pas pu passer leurs dialyses ou d’autres obligations.

  2. Jambo

    Je dois souligner que cette initiative est louable.
    Mais , mesdames messieurs les membres de la diaspora. Expliquez à nos dirigeants qui sont nos frères ce qui fait la force des démocraties aho twahungiye. Un Etat de droit caractérisé par la bonne gouvernance.
    Babwire ko ata ba généraux , abari mu mugambwe utegeka qui sont au dessus des lois. C’est cette base qui a fait que de petits pays comme la suisse ou le Danemark, etc… sont devenus des géants.
    Note très positive, j’ai aimé, admiré que notre président ait mis l’agriculture au coeur du problème.
    Vous les gens de la diaspora. Uwutava ruguru, abavyeyi biwe bava ruguru.
    Engageons nous d’être des flambeaux.
    1) Etre des points focaux pour la multiplication des semences sélectionnées. Cultiver 1 ou 2 ha de variétés améliorées (Riz, maïs, blé, pomme de terre, etc…). Mwoba mufashije. Les paysans des environs peuvent alors acheter ces semences près de chez eux. Le ministère de l’agriculture vous aiderait
    2) Acheter et entretenir un taurillon de vaches laitières . Les gens des environs bakabangurira kwa gusa. 10 mille ou 20 mille par saillie est une somme énorme pour un pauvre paysan.
    3) Contribuer pour l’installation d’une petite porcherie de 5 unités avec un verrat de race améliorée pour aider les voisins ahobobangurira kwa gusa.

    Ivyo ntivyosaba fortunes, rien que l’engagenent.

Editorial de la semaine

Covid-19, faut-il en rire ou en pleurer ?

”Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés’’… La Covid-19 (puisqu’il faut l’appeler par son nom) continue de peupler nos hôpitaux-mouroirs, ces lieux de transit pour Mpanda et autres Ruziba, nos dernières demeures. Et nous continuons d’y accompagner, en (…)

Online Users

Total 1 462 users online