Samedi 20 juillet 2024

Politique

Rutana : des Imbonerakure agressent une députée

Godeberthe Hatungimana de la coalition Amizero y’ Abarundi dit qu’elle a été agressée à Jomati à Rutana par une bande des jeunes du parti Cndd-Fdd. Les responsables de ce parti et l’administration évitent de se prononcer sur ce cas.

Godeberthe Hatungimana : « Il me sera difficile de croire que nos membres et sympathisants vivent tranquillement sur leurs collines.

D’après la députée, tout a commencé samedi 21 octobre quand, avec ses amis, ils reviennent d’une visite familiale à Jomati, commune Rutana. Selon ses propos, un certain Désiré Nduwimana (leader communal des jeunes du parti au pouvoir) accompagné par une dizaine des Imbonerakure, leur intime l’ordre de s’asseoir par terre et s’expliquer pourquoi ils sont sur les lieux. Elle a décliné en vain son identité. Visiblement le groupe de Désiré Nduwimana, serait très en colère. Les jeunes s’en sont pris à la députée et à ses compagnons. Ils leur ont dit qu’ils ne sont pas autorisés à tenir des réunions et qu’ils se préparent à perturber la sécurité. « Ils m’ont même empêchée d’approcher ma voiture. Quand j’ai essayé d’ouvrir la portière, ils ont tout de suite commencé à frapper mes compagnons. Ils ont même ligoté un membre de la famille à qui nous venions rendre visite.»

Terrorisée, elle aurait contacté l’administrateur communal et la police pour sauver sa peau. Cependant, l’arrivée de l’administrateur n’a pas changé la situation. Selon des témoins, ces jeunes étaient sur le point d’en découdre avec ces habitants de Jomati qui avaient l’audace d’accueillir la députée chez eux sans les aviser. Les coups pleuvaient sur ses amis.

« En un clin d’œil, ils avaient déjà ligoté un parmi nous et voulaient nous embarquer dans la camionnette de l’administrateur. » Pour camoufler, poursuit-elle, l’administrateur a fait semblant de négocier avec le chef de la bande. C’est ainsi qu’il a évacué la députée et ses amis au chef-lieu de la province.

Silence chez les officiels

Contactés, dans la plus grande discrétion, certains membres du parti Cndd-Fdd à Rutana, ont dénoncé l’agression verbale et l’obstruction physique dont a été victime la députée. « C’est honteux et déshonorant pour notre province .Je comprends mal comment on s’attaque à une femme en plein jour devant ses amis, en plus une députée », s’indigne un quadragénaire qui affirme avoir honte de certains dirigeants communaux des Imbonerakure. Et à Caroline (un nom d’emprunt pour sa sécurité) de déplorer pourquoi il n’y a pas eu des mesures disciplinaires ou des punitions pour ces agresseurs.

« Si cette affaire passe inaperçue dans notre parti, personne n’aura plus d’autorité sur nos jeunes. »
Pour les autorités provinciales, c’est le silence. Ni l’administrateur communal de Rutana, que la députée accuse d’être de mèche avec ceux qui l’ont attaquée, ni le secrétaire provincial du Cndd-Fdd, personne n’a voulu s’exprimer. Ils ont tous indiqué qu’ils étaient en déplacement. Quant au gouverneur, il a refusé trois fois en l’espace de deux jours. Deux réponses : « Je n’ai pas assez d’informations. J’ai un calendrier très chargé. »

Forum des lecteurs d'Iwacu

8 réactions
  1. Rurihose

    Pauvre Burundi de mon coeur.
    Il paraît qu’ils désarment même les militaires.
    Tontons macoutes ou Interahamwe.
    Both unfortunately

  2. zegenyuka

    ha haha ! imbones zarenze ihaniro basha none dukore gute ?

  3. roger crettol

    Pourquoi en faire toute une histoire ?

    C’est simplement que la campagne électorale a déjà commencé, et que, pendant la campagne électorale, la liberté de réunion est suspendue. Suspendue au bon vouloir de la jeunesse d’un parti, ou de l’administrateur communal, qui ne manquera pas de vous renseigner.

    Faut-il maintenant que je signe de mon nom, ou de celui de mon pseudo, JerryCan ? Cette folle et navrante histoire mérite mieux, une signature plus en adéquation avec mon irritation. Je signe donc,

    Têtes-à-gifles, votre dévoué serviteur.

    • Ndayicariye P Claver

      Vous avez raison Monsieur Roger.
      Je confirme que la revision du fichier electoral est deja avancee.

      • Karanga

        @ Ndayicariye P.Claver
        S’agit il vraiment de vous ? Le Ndayicariye du CENI ? Alors si c’est vous je vous crache dessus. J’accepte qu’on me juge

        • Barasukana Gacece Jackson

          Iyaba Prosper vyari gupfuma?

  4. James

    Madame la Députée, je ne peux que regretter que le Burundi soit devenu une jungle mais c’est le prix à payer quand vous occupez des sièges non mérités. On vous a trompé en vous donnant des sièges alors que vous n’avez pas participé aux élections. Qu’est-ce que vous croyiez? C’était purement et simplement votre mort politique.

  5. Prophète

    Ivyabaye irwanda muri 94 birashoboka muburundi
    Ces paysans batuba umushinga mateka bazokuba umunyagihugu

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 2 285 users online