Mardi 18 juin 2024

Société

Région Centre/Gitega : Plus de quarante compteurs d’eau volés dans quatre mois

20/05/2024 Commentaires fermés sur Région Centre/Gitega : Plus de quarante compteurs d’eau volés dans quatre mois
Région Centre/Gitega : Plus de quarante compteurs d’eau volés dans quatre mois
Un compteur d’eau dans un ménage de Yoba

Les ménages clients de la Regideso de Gitega ne dorment plus sur leurs lauriers pendant la nuit. Ils doivent veiller sur les compteurs d’eau qui sont devenus une cible privilégiée des voleurs de nuit. La population s’interroge sur la destination de ces instruments de comptage.

Les compteurs d’eau installés à l’extérieur de la maison attirent de plus en plus la convoitise des malfaiteurs qui les démontent en quelques minutes et repartent ni vus ni connus. Pour la population, il faut prendre des précautions qui s’imposent car acheter de nouveau les compteurs s’avère de plus en plus difficile dans la mesure où cela exige beaucoup de documents, du temps et de l’argent.

« Si c’était possible, il fallait mettre le compteur d’eau à l’intérieur de la maison mais la Regideso ne l’accepte pas », regrette le prénommé François de Gahera qui explique avoir empêché à la dernière minute les voleurs qui commençaient à démonter son compteur. Il raconte qu’il a eu la chance d’avoir installé son compteur tout près de sa chambre à coucher. Sinon, il aurait subi le même sort que les autres victimes qui sont réveillées par de forts écoulements d’eau.

« Quand j’ai entendu parler des cas de vols des compteurs de la Regideso pour la première fois, je croyais que c’étaient des rumeurs mais j’ai failli l’apprendre à mes dépens. Il faut que la Regideso utilise d’autres méthodes de protection des compteurs », suggère-t-il. Cet habitant de Gahera n’est pas le seul à avoir été visité par les voleurs des compteurs. Le prénommé Léopold s’est lui aussi retrouvé nez à nez avec ces cambrioleurs aux environs d’1h du matin. Il n’a pas eu le temps d’alerter les voisins car ces malfaiteurs lui ont intimé l’ordre de se taire et de retourner dans la maison s’il ne cherchait pas la mort.

« Deux avaient des machettes et un autre un gourdin. Comme j’étais seul, je n’ai pas voulu mettre ma vie en danger. J’ai préféré aller acheter un autre compteur mais j’ai constaté que la technique qu’ils utilisent pour voler les compteurs est bien rodée. A un certain moment, je me suis demandé si ce ne sont pas des techniciens de la Regideso ou des personnes qui s’y connaissent en plomberie car ils viennent avec tout le matériel approprié », témoigne-t-il.

Où vont ces compteurs ?

Chez les nombreuses victimes interrogées, les avis sur la destination des compteurs volés divergent. Selon les uns, ces compteurs seraient vendus dans l’un des pays limitrophes du Burundi puisque la Regideso ne pourrait pas accepter d’installer un compteur volé surtout que chaque compteur a son numéro d’identification.

« J’ai des informations selon lesquelles les voleurs les vendent en République démocratique du Congo. Arrivé là, un seul compteur d’eau peut coûter autour d’un million de nos francs », raconte le prénommé Hussein de Yoba. Il indique en outre que la fraude est monnaie courante dans l’obtention de l’eau propre au Congo. Le prénommé Diomède fait la même observation. Il souligne en effet que la compagnie de distribution d’eau dans ce pays voisin n’est pas très vigilante. Il fait savoir que ces voleurs doivent avoir un client de Bujumbura ou d’ailleurs qui collecte les compteurs volés en vue de les expédier de l’autre côté de la Rusizi.

Une autre catégorie de personnes dit que ce matériel de la Regideso volé est utilisé au Burundi. La prénommée Louise pointe du doigt notamment des propriétaires de maisons qui installent des compteurs supplémentaires dans leurs ménages pour mesurer la consommation d’eau des locataires.

Le nommé Bukuru accuse plutôt des bricoleurs incarcérés dans les prisons qui transforment ces objets en des médailles, des alliances ou des chaînettes car la plupart des compteurs d’eau sont en laiton ou en cuivre.

A la Regideso Gitega, ils ne nient pas ces informations mais plutôt ils conseillent leurs clients de veiller sur ce matériel comme ils le font pour tout ce qu’ils possèdent chez eux. Ils font savoir que dans quatre mois seulement, plus de quarante compteurs d’eau ont été volés. Certains malfaiteurs ont été appréhendés et sont emprisonnés. Les enquêtes continuent pour savoir exactement les complices et la destination de ces compteurs volés, précisent-ils. En attendant, la victime doit débourser 170 000 FBu pour remplacer son compteur volé.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Séance terminée, on rentre à pied !

Bon gré mal gré, la pénurie de carburant s’invite à l’hémicycle de Kigobe. Une courte vidéo fait actuellement le buzz sur les réseaux sociaux. En pleine séance, un député a rappelé à ses collègues de penser à ceux qui rentrent (…)

Online Users

Total 2 454 users online