Jeudi 30 mai 2024

Société

Route Astrida : La construction du pont suspendue, la population s’inquiète

05/07/2023 3
Route Astrida : La construction du pont suspendue, la population s’inquiète
Les murs de soutènement du pont inachevés sur la route dite « Astrida » présentent des fissures

La route dite « Astrida » reliant le quartier Kiriri de la ville de Bujumbura à la colline Muyira en commune de Kanyosha, dans la province Bujumbura est presque bloquée depuis ces derniers mois. Pour cause, un pont inachevé sur la rivière Rubanza qui présente des fissures. Craignant son affaissement, les usagers en appellent à la construction d’un pont solide.

Selon les usagers de cette route « Astrida », les activités de construction du pont sur la rivière Rubanza ont été suspendues depuis avril dernier. A côté de ce pont au bord de la route, une banderole de l’Agence routière du Burundi (ARB) est brandie sur la porte d’une maison fermée. Tout près de cette maison, du matériel dont du fer à béton entamé par la rouille semble à l’abandon.

Des fissures s’observent sur les murs de soutènement et au-dessus de ce pont inachevé. Un tas de pierres a été laissé au milieu de la route au-dessus du même pont, ce qui gêne la circulation. La population de cette localité déplore la suspension des activités de construction de ce pont.

« La route est presque impraticable. Ce n’est plus facile d’amener mes marchandises dans cette localité depuis la ville de Bujumbura. Certains commerçants ont fermé leurs boutiques », confie Aline Ntakirutimana, commerçante et propriétaire d’une boutique près de ce pont.

Selon elle, les conducteurs n’acceptent plus d’emprunter cette route de peur des accidents : « Le manque à gagner est énorme. Lorsque les chauffeurs acceptent de venir ici, ils exigent un ticket de transport exorbitant, ce qui affecte notre commerce ».

Cette boutiquière estime que la promesse de l’Etat de réhabiliter cette route et y mettre du goudron risque de ne pas se concrétiser : « Lorsqu’ils ont commencé les activités de construction de ce pont, c’était un ouf de soulagement pour tous les usagers de cette route. Mais actuellement, c’est une déception totale, car rien n’avance ».

Pour elle, l’équipe déployée par l’ARB pour construire ce pont n’avait pas d’expertise requise : « Dès le début, on a constaté que ce pont ne sera pas solide. Cette équipe avait tout le matériel, mais son expertise était vraiment douteuse ». Et de demander la reprise urgente des activités de construction de ce pont.

Même constat avec Claver, un autre habitant de Muyira. Selon lui, les murs de soutènement de ce pont ont été construits comme des murs d’une simple maison : « Il n’y a pas de chaînage ni de colonnes pour solidifier ces murs de soutènement. C’était vraiment prévisible qu’ils pourraient s’affaisser à tout moment ».

Lui aussi appelle à la reprise urgente des activités avant la prochaine saison pluvieuse pour éviter l’arrêt total de la circulation sur cette route. Et de demander à l’ARB d’y déployer une autre équipe : « Pour construire un pont solide, on devra d’abord détruire tout ce qui a été construit. Avec ces fissures, j’ai peur que ce pont s’écroule brusquement et cause des accidents ».

Interrogé sur ce cas en avril dernier, le directeur général de l’ARB, Sylvestre Nsanzerugeze, a indiqué qu’il avait constaté une négligence du responsable des travaux et l’avait destitué et remplacé. « Pour remédier à cette situation, j’ai ordonné que ces travaux soient achevés d’ici deux semaines », avait-il précisé. Iwacu l’a contacté cette fois-ci, en vain.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Gacece

    Est-ce que tous les ponts construits récemment ont été construits de la même manière? Une enquête s’impose parce qu’il me semble qu’il s’agit d’un problème chronique. On se souviendra sans doute du pont Mirago en-dessous duquel on avait installé des conteneurs supposément pour soutenir le pont, sans se rendre compte que ces conteneurs bloqueraient le débit de la rivière advenant des crues dues aux averses de plus ou aux glissements de terrain :

    https://www.iwacu-burundi.org/bubanza-le-pont-de-secours-de-murago-sest-affaisse-les-usagers-deboussoles/

    Chers ingénieurs, veuillez garder en tête que la taille du ou des passages en-dessous d’un pont doit toujours être supérieur à la taille du lit (largeur et hauteur) de la rivière pour laisser passer plus que le débit le plus élevé de la rivière. Il ne faut pas construire des ponts comme s’il s’agissait de barrages hydroélectriques… si ce ne sont pas des barrages hydroélectriques.

    Pour les sceptiques, vous pouvez cherche dans Google les images « dessin artistique d’un pont » et vous comprendrez.

  2. Gacece

    J’ai envoyé mon premier commentaire avant de regarder la video ci-dessus. En fait c’est le pont lui-même qui est le mur de soutènement?!…

    M. Le Président! M. Le Ministre! M. Le Directeur!… Ils ont construit un mur dans le lit d’une rivière!! Et l’eau, par où elle va passer s’il y a des crues? Par le petit trou en-dessous?

    Soyons clairs : un mur de soutènement, c’est pour empêcher que les bords de la rivière s’érodent et tombent… dans la rivière! Pas pour empêcher la rivière de couler.

    Pour être sûr que quelqu’un va le comprendre de la bonne façon, je le répète : Les murs de soutènement SONT les bords de la rivière!

    Est-ce que le bannissement et l’exil existent encore comme punition? C’est ce qu’ils méritent!

    Voyez-vous sur la photo ci-dessus, le terrain avec de petites herbes sur le coin inférieur gauche? C’est cela la forme d’un mur de soutènement.

  3. Gacece

    Un mur de soutènement, pour un pont, n’est pas supposé être construit aussi verticalement droit des 2 côtés du même mur.! Pas surprenant qu’on voit apparaître ces fissures.

    La base doit être plus large que le sommet. C’est-à-dire que si on choisit que la façade visible du mur sera droit, il faut que la parie enf*ouie soit oblique. Imaginez tout simplement la forme d’un trapèze isocèle.

    Il est d’usage que pour un pont, un canal ou un caniveau, les deux façades sont construites de telle sorte que les façades sont toutes 2 obliques et construites avec du béton armé ou d’autres matériaux combinés avec de l’acier d’armature.

    Très important également, les murs de soutènement « doivent » avoir une fondation, justement pour renforcer sa solidité et son immuabilité.

    Un ingénieur ne doit pas juste prendre une idée et l’appliquer aveuglement sans un minimum de renseignements. J’imagine qu’on a pris de simples maçons ou des amateurs pour ce pont.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La Crédibilité de la Ceni en Jeu

Le train des élections de 2025 (communales et législatives) et de 2027 (présidentielles) est déjà en marche. La Commission Électorale Nationale Indépendante (Ceni) se dit à l’œuvre. Depuis février, elle a déjà mené plusieurs activités. Le nouveau Code Électoral a (…)

Online Users

Total 2 129 users online