Mardi 27 septembre 2022

Société

Réhabiliter le pont pour éviter des accidents

07/09/2022 0
Réhabiliter le pont pour éviter des accidents
Le pont de la rivière Kamenge en piteux état

Le pont reliant Gisandema et Gihosha, les quartiers de la zone de Gihosha au nord de la ville de Bujumbura est sur le point de s’effondrer. Les habitants demandent sa réhabilitation.

Mardi, le 06 septembre, c’est 9h 40 à Gisandema. L’état du pont sur la rivière Kamenge est pitoyable. Une grande partie du pont est dans l’eau. « Le pont s’est effondré suite à des pluies fortes qui se sont abattues dans cette localité l’année dernière. Le pont n’est pas encore réhabilité depuis ce jour » indique Albert Misigaro, un menuisier de Gisandema.

D’après lui, ce pont est de plus en plus emprunté par des habitants des deux quartiers. « Des accidents sont très fréquents, un taxi-moto a déjà cogné un enfant et il s’est cassé le bras. Lorsque les motards se croisent sur le pont, ils se percutent et se précipitent dans la rivière Kamenge. Des altercations se produisent » confie ce menuisier.

Pour Alice Butoyi, une habitante de ces environs, si rien n’est fait, des accidents mortels pourront survenir. Elle souligne que l’écroulement du pont se répercute sur la circulation des biens et des personnes.

Selon Juma Gashatsi, un commerçant de Gihosha, des voitures ou Bajaj n’arrivent pas de part et d’autre de ce pont. « Quand nous venons d’acheter en gros à Gitega ou à Ngozi, nous sommes obligés de faire des détours en passant au Lycée du saint Esprit afin d’arriver à destination » témoigne ce commerçant.

La population s’inquiète pour les élèves qui vont bientôt commencer l’école. « Les accidents vont se multiplier avec la rentrée scolaire, car les enfants ne font pas beaucoup attention ». Elle suggère qu’il faut un panneau indiquant que la voie est traversée par des élèves.

La population appelle l’Etat et les organisations non-gouvernementales à réhabiliter le pont pour le bien de la population.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une décision qui replace le droit à l’honneur

La décision gêne, dérange, embarrasse. La Cour de Justice de la Communauté Est-Africaine (EAC) a, dans sa chambre d’appel, conclu que la décision de la Cour constitutionnelle du 5 mai 2015 autorisant le candidat du parti au pouvoir d’alors à (…)

Online Users

Total 1 182 users online