Vendredi 01 mars 2024

Sécurité

Mukaza : Des femmes victimes des vols perpétrés par des motocyclistes

12/05/2023 2
Mukaza : Des femmes victimes des vols perpétrés par des motocyclistes
Des femmes portant des sacs à main visées par des voleurs dans différents quartiers de la commune Mukaza

Des femmes habitant dans différents quartiers de la commune urbaine de Mukaza disent être victimes des vols menés par des hommes conduisant des motos pendant la nuit. Des sacs à main, téléphones et bijoux sont les plus visés. Elles appellent la police à veiller sur la circulation des motos sans plaque d’immatriculation.

« Je rentrais du centre-ville à 19 heures ce lundi 8 mai. Arrivée à l’avenue Muyinga, une moto est venue derrière moi. Le motocycliste a freiné devant moi, m’a poussé, a arraché mon sac à main et s’est enfui. J’ai pris un taxi pour le suivre, mais il avait déjà disparu », raconte avec amertume une habitante de la zone urbaine de Nyakabiga.

Le sac à main contenait son smartphone, un petit téléphone, plus de 100 mille BIF, une carte d’identité et des bijoux.

Selon elle, le voleur conduisait une moto TVS et portait un gilet des motards. Et de se demander pourquoi ces motos circulent facilement dans les quartiers se trouvant dans l’espace interdit aux deux-roues et tricycles : « Si l’administration a permis quelques motos de circuler dans la zone interdite, il faut qu’elle fasse un suivi pour voir si ce ne sont pas les mêmes utilisées par ces voleurs ».

Aline, habitante de la zone urbaine de Bwiza, a été aussi victime du même vol. Son sac à main et téléphone ont été volés par deux hommes qui étaient sur une moto mercredi 3 mai : « Ils ont brusquement freiné devant moi. Le chauffeur a arraché mon sac à main, l’autre a pris mon téléphone que je portai dans la main. Alors que je criais au secours, ils ont pris le large à une très grande vitesse ».

Elle se rappelle que cette moto n’avait pas de plaque d’immatriculation. Elle appelle la police à traquer ces motos sans plaques qui circulent dans les quartiers pendant la nuit.

E.M. a échappé au même vol ce samedi 6 mai alors qu’elle rejoignait ses amis dans un bar au quartier asiatique à 18 heures. Comme ces deux autres femmes, elle a été surprise par deux hommes conduisant une moto sans plaque d’immatriculation. Elle a été sauvée par des habitants de ce quartier alors que ces bandits voulaient prendre son sac à main et sa chaînette.

Rappelons que la mesure délimitant l’espace interdit aux deux-roues et tricycles en mairie de Bujumbura est en vigueur depuis le 21 mars 2022. Presque tous les quartiers de la commune Mukaza font partie de la zone interdite à la circulation des motos, vélos et tuk-tuk.

vol

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Blanche Muco

    ce n’est pas seulement à Mukaza , même à Ntahangwa c’est pareil, un voleur m’a arraché mon sac a main et a couru vers une moto le 1er Mai à Gihosha, y’a plusieurs cas ici à Gihosha et Mutanga Nord et d’autres quartiers du Nord !!

  2. Bite

    À vérifier s’il n’y pas de complicité ou d’implication de la police ou administration à la base. Parce que c’est incompréhensible que les motos circulent le soir dans des zones interdites et que les autorités ne réagissent pas. Nous demandons aux journalistes de demander cette question aux responsables administratifs de Mukaza ou da la Mairie.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Écoute dans le vent… de Buringa… de Vugizo…

Combien de sanglots doit-on entendre lors des funérailles des nôtres emportés dans des tueries, avant que les pleurs n’emplissent toute la Nation, dans toutes ses sphères, et ne brisent toutes les murailles et autres tours d’ivoire ou palais ? Combien (…)

Online Users

Total 1 579 users online