Jeudi 18 juillet 2024

Société

Région Ouest/Cibitoke : Les « marchés modernes » sans sanitaires

22/08/2023 Commentaires fermés sur Région Ouest/Cibitoke : Les « marchés modernes » sans sanitaires
Région Ouest/Cibitoke : Les « marchés modernes » sans sanitaires
Ceux qui travaillent près du marché moderne de Cibitoke craignent les maladies des mains sales

A travers tous les centres de négoce, les toilettes manquent cruellement. Les habitants craignent le choléra et la dysenterie. Les autorités sanitaires et administratives menacent de fermer certains bars et restaurants autour des marchés qui ne respectent pas le minimum des normes d’hygiène.

Une odeur nauséabonde accueille toute personne qui passe tout près de tous les marchés « modernes » récemment construits dans les 6 communes que compte cette province de l’Ouest du pays. A titre illustratif, l’hygiène laisse à désirer au centre de négoce situé au chef-lieu de la province.

Une multitude de bars et restaurants entourent ce marché et les usagers se soulagent non loin de ses 4 entrées. « Sous l’état d’ivresse et tout au long de la journée, certaines personnes se soulagent dans les parcelles proches du marché », déplore une jeune femme commerçante.

D’après elle, petit et grand besoins se font à quelques mètres du marché. Même situation au marché de Mugina à une trentaine de mètres du bureau provincial. Le centre de négoce ne dispose pas d’installation sanitaire. Les informations reçues sur place indiquent que les gens se sont habitués à se soulager sur place et le font au vu et au su de tout le monde.

Même à travers les autres marchés, les règles d’hygiène ne sont pas respectées. Partout, tous ces centres de négoce, pourtant dits modernes et construits très récemment, les murs laissent voir des traces de la matière fécale et les mouches circulent librement. Devant une telle situation, il y a le risque d’attraper les maladies des mains sales.

Grogne des populations

Par peur d’être contaminés par la dysenterie et le choléra, des voix s’élèvent pour exiger des toilettes. Comme on a pu le constater sur place, des doléances allant dans ce sens ont été déjà adressées à maintes reprises aux autorités administratives et sanitaires, mais rien n’a été fait.

« C’est embarrassant de fréquenter des bistrots, des restaurants et des marchés qui ne disposent pas de sanitaires. De ma part, j’ai préféré ne plus me rendre à ces endroits », explique avec colère un fonctionnaire qui avait l’habitude de se rendre dans l’un des bars situés tout proche du marché moderne de Mabayi.

Un voyageur rencontré à Buganda a dressé un tableau noir. « J’ai dû carrément arrêter d’aller manger dans le restaurant situé tout près du marché faute de partager la nourriture avec les mouches qui viennent s’approvisionner dans les déchets humains », regrette le jeune homme en direction de la RD Congo.

L’administration communale dit connaître cet état de fait. Par le biais de l’un des administratifs de la commune de Murwi, des initiatives sont en cours pour sensibiliser les détenteurs des bistrots et des restaurants en vue d’installer des sanitaires.

L’autre initiative, d’après un administratif rencontré dans la commune de Bukinanyana, va dans le sens de construire des toilettes au niveau du marché et de les entretenir. « Chaque marché doit disposer un sanitaire et un robinet à l’eau propre pour les usagers ».

Du côté de l’administration provinciale et des autorités sanitaires, les contrevenants courent le risque des sanctions conformément à la loi. « La santé doit être une priorité surtout dans les endroits à forte concentration humaine comme les marchés », précise un des techniciens provinciaux d’hygiène et assainissement.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Dépités par nos députés

En décembre dernier, une députée a revendiqué, lors d’une séance de questions au ministre de l’Énergie, une station-service réservée uniquement aux élus, se plaignant d’être méprisée lorsqu’elle devait faire la queue. Ces propos ont profondément choqué l’opinion publique et ont (…)

Online Users

Total 2 159 users online