Jeudi 06 octobre 2022

Société

Prestation de serment des notables collinaires : L’impartialité exigée

Prestation de serment des notables collinaires : L’impartialité exigée
Les notables collinaires élus dans la zone urbaine de Nyakabiga ont prêté serment ce 22 septembre

Elus ce 12 septembre, les notables collinaires dans la zone urbaine de Nyakabiga ont prêté serment, ce 22 septembre, devant le Tribunal de Résidence de Nyakabiga en présence de l’administrateur de la commune Mukaza. Ce dernier les appelle à être impartiaux.

Main droite levée et la main gauche tenant le drapeau national et celui de l’unité, les notables collinaires se sont engagés à promouvoir la vérité et la justice pour tous, servir la population avec impartialité sans exiger aucune récompense et garder le secret même lorsqu’ils ne seront plus notables. Après la prestation du serment, chaque notable devrait signer dans un registre du tribunal pour réception de son serment.

Marie-Claire Kubwayo, notable élue dans le quartier Nyakabiga I se dit prêt à servir la population :« Je suis heureuse d’être dans une position de servir la population. Cela exige beaucoup d’efforts pour réussir dans cette noble mission, mais je réussirai ». Elle promet d’éviter le favoritisme ou népotisme dans sa mission de régler les conflits dans la société.

En ce qui est de l’accomplissement des tâches lui assignées, cette quadragénaire se veut rassurante : « Cela fait 25 ans que j’habite dans cette zone, je connais des problèmes auxquels fait face notre quartier. Je suis aussi suffisamment mûre pour défendre la vérité et promouvoir la justice ».
Un « Mushingantahe » investi depuis 2012, Dismas Hatungimana, jure promouvoir l’impartialité dans ses devoirs de notable collinaire.

Il confie qu’il usera de son intégrité et de sa conviction d’Ubushingantahe pour mieux servir la population à travers le conseil des notables : « La population sait bien que je suis impartial et ne demande pas de pots-de-vin. J’habite dans le quartier Nyakabiga I depuis 35 ans. Je connais, donc, la population avec qui j’ai affaire ».

Elu dans le quartier Kigwati, Egide Bivakumana, 36 ans, indique qu’il apprendra beaucoup de choses de la part des notables plus âgés pour mieux servir la population : « Nous allons régler les conflits ou litiges dans le quartier. En cas de force majeur, nous ferons recours aux forces de l’ordre pour nous aider ».

Pour certains habitants de la zone de Nyakabiga, il est trop tôt pour juger ces notables collinaires : « Il faut leur donner du temps. Nous les jugerons de leurs actes ».

L’administrateur de la commune Mukaza, Rénovat Sindayihebura, appelle ces notables collinaires à être impartiaux et justes. « Vous devez servir la population sans tenir compte de leurs régions d’origine, leurs ethnies ou des relations que vous entretenez avec les parties en conflit ».
Selon lui, on doit s’attendre à une diminution considérable des dossiers judiciaires dans les tribunaux de résidence, avec le travail des notables collinaires.

A Ngagara, “la vérité et la justice avant tout”

Etant sur leur 31, 120 notables collinaires de la zone de Ngagara, dans la commune de Ntahangwa, en mairie de Bujumbura ont preté serment ce jeudi 22 septembre.

Devant la présidente du Tribunal de Résidence de Ngagara et les autres juges, ils ont juré devant Dieu et devant le peuple burundais qu’ils se donneront corps et âme pour garantir la vérité et la justice. C’était en présence de l’administrateur de la commune de Ntahangwa et le chef de zone de Ngagara.

Visiblement, la majorité des notables collinaires de Ngagara ont plus de 60 ans. Ce sont pour la plupart des retraités.

Pour toute la zone, seules 31 femmes ont élues. Pas plus de 5 femmes dans chaque quartier sauf le quartier 7 qui compte plus de huit.
Après le serment, c’était la signature de chaque notable pour affirmer son engagement.

D’après le ministère de l’ Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique, dès que les notables collinaires pretent serment, les fonctions de l’institution des Bashingantahe cesseront.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Mafero

    Quelle hypocrisie? On jure sur l’Ubushingantahe alors qu’il ya a peine une semaine qu’on a interdit les Bashingantahe de celebrer!
    It’s hard to believe (if you are not a strong believer.)

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Université du Burundi, le flambeau risque de s’éteindre

« Il a été blessé grièvement au niveau du visage et du cou autour de la gorge. Il a aussi subi des coups dans le dos ». Un étudiant décrit la torture vécue par son camarade de classe. Emile Nduwimana (…)

Online Users

Total 1 795 users online