EN

Économie

Pénurie du sucre : spéculation ou exportation?

11/05/2017 Parfait Gahama 4

Malgré son importation, le sucre se fait toujours rare. Il s’observe depuis quelques mois dans la capitale une pénurie du sucre. Pelate Niyonkuru, ministre du commerce, de l’industrie et du tourisme renvoie la responsabilité de ce manque aux commerçants.

Pénurie du sucre ou spéculation ?
stock du sucre de la Sosumo en 2016

«Pour appuyer la production de la SOSUMO (société sucrière du moso), le pays a fait recours à l’importation de 7 000 tonnes du sucre», a déclaré Pelate Niyonkuru, mardi 26 avril à l’Assemblée Nationale.

Le ministre du commerce explique qu’en moyenne la SOSUMO produit entre 20 000 et 24 000 tonnes du sucre par an depuis sa création en 1988. Pour la campagne 2016-2017, il y avait un écart de 3 000 tonnes entre l’offre de la SOSUMO et la demande intérieure. L’objectif premier de son ministère, poursuit-elle, est de rendre ce produit disponible sur le marché.

Elle justifie cette pénurie du sucre par la spéculation de certains commerçants : «ces derniers rationnent le sucre et le vendent à un prix très élevé.» Et de les mettre en garde contre la spéculation: «La loi sera appliquée contre les commerçants spéculateurs.»

Mme Pelate rappelle aux commerçants que la marge bénéficiaire légale est 2 500 Fbu par sac de 50kg pour les grossistes et 3 000 Fbu pour les détaillants. Elle reconnait que son ministère ne peut pas à lui seul empêcher l’exportation du sucre. Et de recommander à tous les consommateurs de dénoncer tout cas de fraude.

Où est le sucre burundais?

«Nous pouvons même passer deux mois sans être approvisionné» témoigne Damien Manirakiza, employé à l’alimentation fidodido, vendredi 28 avril. Il indique qu’un kg du Sucre se vend à 2 400 Fbu. Par manque du sucre, ajoute-t-il, nous perdons notre clientèle.

«Nous donnons du sucre à celui qui achète un autre article» affirme Anaclet Gahungu, travaillant à l’alimentation «internationale» située au siège de KCB Bank. Il indique qu’un kg du sucre se vend à 2 340 Fbu. Les clients interrogés sur place affirment qu’un kg s’achète plutôt à 2 600 Fbu. Il ajoute qu’en principe l’alimentation reçoit une tonne du sucre par mois. Et des fois, poursuit-il, trois mois peuvent se passer sans être approvisionné.

«Nous vendons un kg du sucre à 3 200 Fbu» affirme Jean Claude Gahungu, boutiquier au quartier Carama. Il explique ce prix par le coût de revient qui s’élève à 150 000 Fbu par sac de 50 kg. Et des fois, poursuit–il, nos clients nous traitent de voleurs.

«Le sucre c’est pour les enfants», témoigne Janvière Nahimana, une dame rencontrée devant l’alimentation du midi située sur la chaussée Prince Louis Rwagasore, ce mardi 02 mai. Elle déplore l’accueil réservé aux clients du sucre: « ca fait plus de 45 minutes que je suis ici et je rentre bredouille.» Et de recommander au gérant de cette alimentation de servir tous les clients.

«Nous sommes fatigués» se plaint Mathieu Kwizera, un homme rencontré à l’alimentation «Au bon prix» située sur le bouvard du 28 Novembre ce mardi 02 mai. Il nous donne des rendez- vous : «c’est la cinquième fois que me présente et rentre sans le moindre gramme du sucre.» A défaut du sucre, poursuit-il, nous utilisons du miel. Une caissière de cette alimentation précise que l’on sert du sucre entre 10 heures et 11 heures du lundi à vendredi: «lorsque la quantité mise en sachet s’épuise, les clients non servis doivent attendre le lendemain».

Forum des lecteurs d'Iwacu

4 réactions
  1. Rurihose

    I heard recently that bnde and Bancobu banks invested hue amounts in a sugar can plant owned by the new oligarchy.
    When are we expecting the first kg?

  2. KABADUGARITSE

    War’ubitoye ariko n’uko atawuzi ko mu ba cadres ba SOSUMO atabarimwo bafise izo boutiques spéculatrices ou alimentations zigurisha ku biciro vy’umurengera!

  3. bwejo

    bonne suggestion

  4. Gacece

    Il n’y a qu une seule, viable et fiable façon de couper l’herbe sous le pied de cesspeculateurs. C’est que la SOSUMO ouvre des agences dans les quartiers pour vendre directement ce sucre à la population… au kilogramme et pas en gros.

    Cela créerait des emplois pour les jeunes, même si cela prendrait des préparatifs coûteux. Et il en va de même pour la ventedu carburant.

    Il faut régler une fois pour toute la question de ces empêcheurs de tourner en rond.Le coût de ces spéculations est bien trop élevé pour laisser de telles situations perdurer.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Le parti de l’aigle, quel renouvellement ?

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Le parti de l’aigle, quel renouvellement ?

Dès l’élection d’Evariste Ndayishimiye à la tête de la République, la question sur son successeur au secrétariat général du parti a surgi. Mais selon plusieurs sources, au CNDD-FDD, c’est le Conseil des Sages qui détient le vrai pouvoir. En fait, (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 114 users online