Samedi 16 octobre 2021

Culture

Ntahangwa : « Plus de salles de cinéma et de studios au-delà de 18 heures »

05/10/2021 2
Ntahangwa : « Plus de salles de cinéma et de studios au-delà de 18 heures »
Un studio et une salle de cinéma se trouvant à Kamenge

Ce 30 septembre, l’administrateur de la commune Ntahangwa a sorti un communiqué interdisant aux propriétaires des studios et salles de cinéma d’exercer leurs activités au-delà de 18 heures. Une mesure décriée.

« C’est vers 18 heures que nos clients quittent leurs boulots et peuvent venir avec leurs clés USB pour qu’ils puissent avoir leurs séries préférées et les chansons de leur choix. Et voilà, il nous est interdit de travailler. Comment allons-nous faire alors ? C’est notre gagne-pain », déplore un propriétaire d’un studio.

Malgré ces lamentations, l’administrateur de la commune Ntahangwa a interdit, à partir de jeudi 30 septembre, aux propriétaires des salles de cinéma et des studios de vaquer à leurs activités au-delà de 18 heures.
Kamenge est l’un des quartiers de la commune Ntahangwa, au nord de la capitale économique Bujumbura où foisonnent des salles de cinéma et des studios fournissant notamment des chansons à la mode et des films.

Sur une seule avenue, à chaque 5 ou 10 mètres, se trouve une salle de cinéma ou un studio. Chaque studio diffuse une chanson de son choix pour attirer la clientèle créant une cacophonie. « Toute personne qui veut créer son propre business dans ce quartier, son premier choix, c’est une salle de cinéma ou un studio », lâche un habitant du quartier de Kamenge.

Ce business rapporte pas mal d’argent, selon les propriétaires. Ils gagnent 10.000 à 15.000 francs burundais par jour : « Souvent, nos clients veulent des séries télénovelas mexicaines ou des Philippines. On doit être à jour. Si une nouvelle série ou un nouvel épisode sort, on télécharge. Pour 30 épisodes, c’est 500 francs burundais. Et nos clients viennent souvent le soir », explique un autre propriétaire d’un studio à la 6ème avenue.
Même son de cloche pour les propriétaires des salles de cinéma. Leurs propriétaires grognent. Pour trois films, ils peuvent gagner 500 francs par personne.

Mais ils gagnent beaucoup lors des compétitions internationales de football : « C’est pendant les matches de la Champions League et autres championnats internationaux qu’on gagne beaucoup d’argent, c’est 1.000 francs burundais et plus et ces matchs se passent souvent le soir. On ne sait pas ce que nous allons faire. On ne peut pas se contenter de ces 500 francs seulement des films. Il faut qu’on ait plus d’argent afin de payer le loyer et l’électricité », insiste un propriétaire d’une salle de cinéma à Kinama.

D’après Ernest Niyonzima l’administrateur de ladite commune, cette mesure a été prise pour permettre aux élèves de réviser tranquillement leurs cours à la maison et aussi d’éviter le tapage nocturne. Une décision qui a été saluée par les uns et contestée par les autres.

Ils lui demandent de revoir cette mesure : « Nous ne pouvons pas refuser les décisions prises par nos dirigeants, mais nous demandons que celle-ci soit revue. Nous limiter à 18 heures, cela n’est pas la solution ».

Forum des lecteurs d'Iwacu

2 réactions
  1. Nkunzumwami

    Je lis:”« Toute personne qui veut créer son propre business dans ce quartier, son premier choix, c’est une salle de cinéma ou un studio ».
    Comme vous le préconise notre Chef d’état, créez une Coopérative ou une Société et ouvrir une , deux grandes salles de cinéma ou de studio est la solution idéale. Votre plainte est irrecevable. Hagarika akajagari.

  2. Mbwiriza

    Ne tuez pas l’emploi !!! Construire des studios isolés phoniquement seraient bénéfiques. Faire appel à l’expertise nationale des architectes et ingénieurs nationaux.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Garder un œil, un seul, sur le Burundi

Malgré ses rapports sur les violations des droits de l’Homme au Burundi qu’une certaine opinion trouvait ’’pertinents, fouillés, documentés’’, au moment où une autre classe les qualifiait de ’’biaisés, de politiquement orientés, de nuls et de nuls effets’’, la Commission (…)

Online Users

Total 869 users online