Vendredi 03 décembre 2021

Culture

Le secteur touristique, face à mille et un défis

08/10/2021 Commentaires fermés sur Le secteur touristique, face à mille et un défis
Le secteur touristique, face à mille et un défis
Déo Ngendahayo : « Il faut rendre les produits touristiques plus attractifs, plus vendables et plus rentables »

Absence d’un cadre légal, des produits touristiques qui ne sont pas mis en valeur, un budget insuffisant, une mauvaise communication sur l’image du Burundi. Tels sont les quelques défis qui handicapent le développement du tourisme au Burundi.

La Chambre sectorielle de l’Hôtellerie et du Tourisme du Burundi, appuyée par Trade Mark East Africa, a organisé un atelier de deux jours à Bujumbura, un atelier sur le cadre légal du tourisme au Burundi. Ce forum s’est clôturé ce jeudi 7 octobre. Participants et consultants ont épinglé quelques défis qui hantent ce secteur qui peine à décoller.
Selon Georges Nikiza, un des consultants, l’absence d’une loi sur le tourisme freine ce dernier pour qu’il devienne une véritable industrie au Burundi.

D’où, fait-il observer, une mauvaise gestion de ce secteur. Et de renchérir : « Un cadre légal viendrait corriger certains déficits notamment la protection des investisseurs, des touristes, des Burundais eux-mêmes et du personnel œuvrant dans ce secteur ».

M. Nibizi fait savoir que le Burundi regorge de beaucoup potentialités touristiques. «Nous avons plus de 120 lieux touristiques déjà connus. A cela s’ajoutent la situation géographique du Burundi, son relief, sa faune et sa flore ».

Une mauvaise communication

De son côté, Déo Ngendahayo, ancien directeur général de l’Office du tourisme au Burundi et actuellement consultant privé, fustige le manque de communication sur l’image du Burundi.
Selon lui, les Burundais ne savent pas se vendre. A l’extérieur, fait-il remarquer, le Burundi est perçu comme un pays instable et pourtant, quand les gens arrivent ici, ils constatent le contraire de ce qui se raconte.

Par ailleurs, fait-il savoir, les produits touristiques du Burundi ne sont pas mis en valeur. Et de proposer quelques solutions. « Il faut une campagne de promotion de la vraie image du Burundi à l’extérieur. Il faut rendre les produits touristiques plus attractifs, plus vendables et plus rentables ». Il invite aussi le secteur privé d’investir dans le tourisme.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’entrée de la RDC dans l’EAC, quelles opportunités ?

Depuis son investiture, le 24 janvier 2019, le président Félix Tshisekedi s’est donné comme priorité d’axer sa politique régionale sur la coopération et l’intégration. Il s’est aussi engagé à travailler étroitement avec ses pairs afin de rétablir la paix et (…)

Online Users

Total 4 616 users online