Vendredi 19 août 2022

Culture

Le Festicab au service du développement

28/03/2018 1
Le Festicab au service du développement
Francine Munyana : «L’aboutissement d’un bon film donne du travail à plus de 88 personnes»

«La 10ème édition du Festival international du cinéma et de l’audio-visuel du Burundi (Festicab) aura lieu du 4 au 11 mai. Au total, 69 films seront projetés». Telle est la déclaration de Francine Munyana, directrice de ce festival. C’était ce mardi 27 mars lors d’une conférence de presse sur l’état de préparation de l’édition de cette année.

Elle fait savoir que ce festival profite beaucoup au Burundi. Elle exporte son image : «Un film est projeté non seulement au Burundi mais aussi à l’étranger. C’est une occasion de faire connaître le pays».

En outre, le Festicab crée de l’emploi : «L’aboutissement d’un bon film donne du travail à plus de 88 personnes.» Elle évoque une combinaison de 88 métiers.

M. Munyana tient à souligner également que ce festival est à l’origine de la performance des Burundais dans le 7ème art. Au lancement du Festicab en 2009, il n’y avait pas de cinéastes au vrai sens du terme au Burundi. «Les projections n’étaient alors que des clips musicaux».

Au fil des années, poursuit-elle, un bon nombre de jeunes s’est lancé dans la production des films. Ils avaient compris que le Festicab est une vitrine de leurs œuvres. «Il assure la diffusion et ainsi la visibilité de leurs producteurs, etc ».

Avant de confier que 8 films burundais sont sur le programme de cette 10ème édition. Celle-ci met l’accent sur l’entrepreneuriat, en témoigne le thème : «jeunesse, entrepreneuriat et leadership».
Signalons que la marraine sera l’Ivoirienne Nastou Traoré.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. gacece droits d'auteurs

    le fantôme de Monia rode au dessus du festicab,le crime ne paie pas

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Entre espoir et résilience

En attendant la manne pétrolière promise aux Burundais par le Sieur Methussela Nikobamye, alias Pasteur Habimana, un ancien rebelle reconverti en importateur de produits pétroliers avec sa compagnie « Gasen Petroleum Group Africa Limited Burundi SA », – comme lui, prononcez « ça » (…)

Online Users

Total 1 107 users online