Samedi 31 juillet 2021

Société

Mutakura : « Il faut que nos autorités veillent à la bonne exécution des ordres… »

23/06/2021 5
Mutakura : « Il faut que nos autorités veillent à la bonne exécution des ordres… »
Une des maisons en cours de démolition se trouvant sur les câbles électriques de la Regideso à 17 mètres de la RN9 à Mutakura

Certains habitants du quartier Mutakura, au nord de la mairie de Bujumbura, dénoncent l’exécution de la mesure de démolition des constructions qualifiées d’anarchiques par l’administration, une opération qui concerne tous les quartiers de la municipalité de Bujumbura. Ils parlent de cas d’injustice.

Quartier Mutakura, il est 10 heures du matin. Des décombres de maisons, de kiosques démolis de part et d’autre des rues et des gens en train de récupérer des tôles ou de chercher au milieu de ces débris quelques objets métalliques comme le fer à béton. Telle est la scène sur l’axe principal de ce quartier.

Certains habitants de cette zone interrogés ne cachent pas leur indignation. « Cet acte est aussi injuste que partial ». Selon ces derniers, les jeunes probablement affiliés au parti au pouvoir accompagnés du chef de quartier sont venus jeudi et ont troué leurs maisons et leurs tôles à l’aide des objets contondants pointus et de barres à mine.

Ils disent ne pas comprendre pourquoi une mesure annoncée mercredi peut être effective jeudi. « On ne nous a pas avertis pour aller chercher d’autres maisons ailleurs. Maintenant, on est dans la rue. On ne sait pas comment s’en sortir ».

De la 10ème à la 16èmeavenue, les poteaux de la Regideso se trouvent à 17 mètres de la RN9. Selon les habitants de la 12ème avenue interrogés, ceux-ci servent de repère lors de la démolition d’une maison.

«Toute maison construite sous les câbles conducteurs d’électricité de la Regideso est sujet de destruction », fait savoir un sexagénaire rencontré à la 12ème avenue. « Moi, je vais perdre deux maisons ».

Un boutiquier interrogé n’y va pas par quatre-chemins. « Il faut que nos autorités veillent à la bonne exécution des ordres. Je ne crois pas que le chef de quartier et ses hommes exagèrent».

Selon lui, c’est absurde de démolir une maison située à 17 mètres de la route sous prétexte qu’il est érigée sous les câbles électriques de la Regideso. «Regardez cette belle maison. N’est-elle pas une honte de voir un bâtiment pareil démoli, renversé ? »

Contacté, Adelin Ndikumasabo, le chef de quartier Mutakura, rejette en bloc toutes les allégations formulées à son égard. Selon lui, l’Etat a indemnisé les propriétaires de parcelles situées sur la ligne des poteaux métalliques de Regideso en 1982. Il conseille aux concernés de respecter la mesure de la mairie sans la moindre restriction.

Dans une conférence qu’il a lui-même animée le jeudi du 17 juin, Jimmy Hatungimana, maire de la ville, a rappelé aux propriétaires de constructions anarchiques que le délai de les démolir est largement dépassé.

Forum des lecteurs d'Iwacu

5 réactions
  1. Stan Siyomana

    1. «Regardez cette belle maison. N’est-elle pas une honte de voir un bâtiment pareil démoli, renversé ? »
    2. Mon commentaire
    A). Tout d’abord la Régideso dit avoir indemnisé les propriétaires des parcelles.
    B). “Le Centre international de recherche contre le cancer (Circ), l’agence spécialisée de l’OMS pour la recherche sur le cancer, a classé en 2002 les champs magnétiques d’extrêmement basses fréquences – ceux émis par les installations électriques et les dispositifs de transport de l’électricité – comme cancérogènes « possibles » pour l’homme…”
    https://www.lepoint.fr/sante/lignes-a-haute-tension-un-risque-possible-pour-la-sante-des-enfants-21-06-2019-2320289_40.php

  2. Stan Siyomana

    1. Mbega uwo munyagisagara w’i Mutakura vyamugendeye gute kugira ngo aze kwanika iyo myumbati mbona HAGATI MW’IBARABARA kandi hongeyeko n’iryo vumbi ryizo nyubakwa ziriko zirasamburwa?
    2. Ejo narumiwe mukubona video y’abarundi (racing cyclists?) bigira abahinga muri aérodynamique, bakaja guhambira ibitoke nka 6 ku makinga yabo, hanyuma bakava i Bugarama bamanuka i Bujumbura (kw’ibarabara rikuru ry’igihugu RN 1, s’il vous plait!) KU MUVUDUKO MUNINI, KANDI BO NYENE BIYEMERERA KO BADASHOBORA GUKORESHA FREIN.
    https://www.youtube.com/watch?v=C_gQiOoUwfk&t=467s

  3. Jereve

    La question impossible à répondre pour moi est : pourquoi l’autorité a-t-elle laissé proliférer ces constructions anarchiques? Mieux vaut prévenir que guérir, dit-on. On pouvait éviter toutes ces destructions, pertes et lamentations simplement en empêchant les gens de construire où il ne faut pas.

    • Kahn Buhire

      Jereve,depuis 1987 on a passé tout le temps dans les Commissions ici et là(Unité nationale,Kigobe,Arusha…) sans penser à toutes les questions de planification économique et voilà le résultat….l’aménagement urbain anarchique n’est qu’un épiphénomène.

    • Stan Siyomana

      @Jereve
      L’un des points importants est que (apparemment?) ces gens ont construit SUR UN TERRAIN QUI NE LEUR APPARTENAIT PLUS.
      “…l’Etat a indemnisé les propriétaires de parcelles situées sur la ligne des poteaux métalliques de Regideso en 1982…”

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Diaspora bla-bla

J’ai envie d’emprunter quelques mots à feu président tanzanien, Pombe Magufuli : « Acha maneno ! Hapa kazi tu ! » (Trêve de paroles, il faut joindre l’acte à la parole.) C’est ce que j’ai envie de dire à nos (…)

Online Users

Total 1 283 users online