Mercredi 29 mai 2024

Environnement

Tragédie à Gasekebuye : un glissement de terrain emporte une vie

15/05/2024 1
Tragédie à Gasekebuye : un glissement de terrain emporte une vie
Des maisons sous une menace d’écroulement.

Un évènement dévastateur s’est produit dans le quartier Gasekebuye, cellule Gikoto, commune Muha en Mairie de Bujumbura. Un glissement de terrain a causé la destruction d’habitations et une perte en vie humaine. Les dégâts sont considérables.

Le Burundi fait face aux terribles conséquences des changements climatiques, notamment des inondations et des glissements de terrain. Dans la cellule Gikoto, un glissement de terrain survenu en janvier a entraîné la mort d’un homme et a grièvement blessé une autre personne. Les habitations menacent de s’effondrer.

« Pascal Nsegiyumva, originaire de la commune de Ntega dans la province de Kirundo, a tragiquement perdu la vie suite aux blessures causées par l’effondrement de sa maison le 10 avril 2024. Sa famille et ses voisins sont profondément bouleversés par sa disparition.» Raconte la cheffe de quartier de Gasekebuye, Kigeme Viviane. Elle a précisé que Consolate Ndayishimiye, gravement blessée le mercredi 8 avril 2024, se bat pour sa survie à l’hôpital dans un état critique.

La cheffe de quartier Gasekebuye indique qu’elle a déjà alerté les autorités compétentes sur cette situation critique. Elle appelle à une action rapide pour protéger les habitants de son quartier, toujours sous la menace de ce glissement de terrain, afin d’éviter d’autres pertes tragiques.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Jean Pierre Hakizimana

    Chaque fois qu’il y a un article concernant ces glissements de terrain, on a une photo avec des maisons. De temps en temps, de maison qui me semblent un peu de bonne qualité. Ceci pour dire des maisons qui devraient appartenir aux gens bien riches relativement a la moyenne Burundaise. Ex, observe les maisons sur la photo de cette article.

    Je sais que rarement un terrain glisse subitement, c’est un processus qui commence lentement avec, pas tjrs mais souvent, des actions humaines comme cause, telles que la destruction des plantes (arbres, etc…) l’exploitation de commerce des cailloux ou sables en amont ou aval du point en question, etc… . Alors ma question est celle ci: Pourquoi les gens ,dont les terrains sur lesquelles ils ont posés leur maisons, ne font rien pour arrêter ces catastrophes? Ils devraient savoir que le gouvernement, même si il le voulait, il n’a pas les moyens de venir en aide à toutes les situations.

    Je pense que le Burundais devrait commencer a prendre sa responsabilité personnelle dans la situation dans laquelle le pays se trouve. On se plaint tous les jours que le gouvernement Burundais est hyper corrompu mais, il ne faut pas oublier que souvent ces gens(les gouvernants) ne sont pas très loin du peuple qui les laissent au pouvoir!

    Je ne suis pas entrain de blamer les victimes, car je suis certains qu’il y en a qui sont affectés par des situations qu’ils ne pouvaient pas contrôler. Mais si j’étais le propriétaire de l’immeuble sur cette photos, je commencerai vite a réunir tous mes voisins pour essayer d’arrêter l’avancement de cette érosion avant qu’il soit trop tard. Peut être commencer un mouvement de protection de son environnement.

    Peut être qu’il y a des actions pareilles. S’il en existe, s’il vous plait Iwacu, commence a publier les histoires de ces braves Burundais pour inspirer les autres citoyens. Après tout, un tel act, multiplié a une grande échelle peut créer, fort probablement donnerait, un stock de bons citoyens.

    En général la dernière chose que l’on veut dans sa vie, c’est avoir un membre du gouvernement toquer sur ta porte pour te dire qu’il/elle la pour t’aider. Ce dernier pointe son nez tjrs quand il est trop tard. Ceci est vrai partout , dmême dans les pays riches.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La Crédibilité de la Ceni en Jeu

Le train des élections de 2025 (communales et législatives) et de 2027 (présidentielles) est déjà en marche. La Commission Électorale Nationale Indépendante (Ceni) se dit à l’œuvre. Depuis février, elle a déjà mené plusieurs activités. Le nouveau Code Électoral a (…)

Online Users

Total 3 186 users online