Dimanche 20 juin 2021

Environnement

Mukaza : l’avenue de France et l’avenue de Luxembourg en piteux état

05/05/2021 1
Mukaza : l’avenue de France et l’avenue de Luxembourg en piteux état
Des eaux stagnantes et des nids-de-poule sur l’avenue de France

Deux avenues qui se trouvent au centre-ville en mairie de Bujumbura, zone Rohero sont dans un état déplorable. Les usagers de ces avenues se lamentent.

A partir du restaurant Café Gourmand jusqu’à quelques mètres sur l’avenue de France, la route est réhabilitée. Mais après ce petit tronçon, à partir du bar connu sous de Mutima Bar jusqu’aux bureaux de l’Agence de régulation et de contrôle des télécommunications (ARCT), la route est presque impraticable.

Elle est caractérisée par de gros nids-de-poule et des eaux stagnantes. La situation s’empire pendant la saison pluvieuse, cette route devient boueuse : « C’est vraiment difficile de se rendre au boulot en étant propre quand il pleut. Il faut faire des acrobaties pour passe à cause des nids-de-poule, on est obligé de sautiller, faire des enjambées. Et c’est sans oublier les éclaboussures des voitures qui ne facilite pas la tâche aux piétons », fait savoir H.Y.

C’est juste une partie qui n’est pas pavé. De l’ARCT jusqu’à l’ambassade de la France, la route est réhabilitée. Et ce pavage ne date pas de très longtemps. L’administrateur de la commune Mukaza, Rénovat Sindayihebura explique que c’est cette ambassade qui s’est occupée des travaux sur cette partie.

A la jonction de cette avenue, il y en a une autre qui se trouve dans un même état. Boueuse, elle aussi est pavée mais c’est une seule partie. C’est également à partir de l’ARCT jusqu’en face de la banque Finbank. Cette partie n’est pas pavée.

Les usagers se demandent pourquoi, seule une partie de cet axe est pavée: « C’est honteux de voir des routes pareilles au centre-ville. Ce qui est étonnant est que, c’est une petite partie de ces avenues qui n’est pas pavée. Cette situation date de très longtemps, on ne comprend pas pourquoi mettre des pavés sur une partie d’une avenue et en oublier ou laisser une autre », se demande une personne ayant un bureau donnant sur cette avenue.

L’administrateur de la commune Mukaza Rénovat Sindayihebura indique qu’il est au courant de la situation mais que les fonds manquent par la réhabilitation des autres parties de ces avenues.

Tous les usagers de ces deux avenues interrogés sont unanimes : « Il faut que la mairie ou tout autre service habilité se mobilise pour la réhabilitation de ces avenues.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Jean de dieu

    Il faut contacter les pays concernes ici qu’ils payent l’entretient puisqu’on a donne nos avenues , routes ,.. les noms des pays occidentaux 😀😀 akabi gatwengwa nkakeza .

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19. Lever l’équivoque

En vue de faire face à la propagation de la Covid-19 par des gens en provenance de l’extérieur, le gouvernement avait fermé des frontières terrestres et maritimes, même si certaines sont restées poreuses. Une quarantaine obligatoire de quatre jours pour (…)

Online Users

Total 1 253 users online