Dimanche 20 juin 2021

Environnement

Inondation à Gatumba : les Ecofo Mushasha et Kinyinya menacées d’effondrement

07/05/2021 Commentaires fermés sur Inondation à Gatumba : les Ecofo Mushasha et Kinyinya menacées d’effondrement
Inondation à Gatumba : les Ecofo Mushasha et Kinyinya menacées d’effondrement
L’école fondamentale Mushasha I inondée

Suite à la montée des eaux du lac Tanganyika et les fortes pluies de ces derniers jours, les écoles fondamentales Mushasha et Kinyinya sont inondées. Les enseignants et les écoliers vivent un calvaire.

« Notre établissement est au milieu des eaux, d’un moment à l’autre il peut s’affaisser et causer des dégâts », craint un élève de l’Ecofo Mushasha I interrogé.

Ces infrastructures publiques ne sont pas à l’abri. Les Ecoles fondamentales de Mushasha et Kinyinya sont inondées. Les cours continuent, même si les eaux du lac sont devant les portes, ils doivent patauger pour y accéder.

Les élevés de l’Ecofo Mushasha II ont déjà quitté les lieux. Toutes les salles de classes sont remplies d’eau. Aujourd’hui c’est une école privée appelée Caritas qui les a prêtés une salle pour pouvoir étudier : « Ceux de l’école Caritas étudient les avant-midis et nous de l’Ecofo Mushasha II, les après-midis », explique un élève de l’Ecofo Mushasha II.

L’Ecofo Mushasha I se trouve juste en face de celui de Mushasha II et elle est toujours fonctionnelle. Mais rien n’est moins sûr, l’eau a déjà envahi la cour.

Pour accéder aux salles de classe, une passerelle a été aménagée à l’aide des sacs remplis de sables : « S’il continue de pleuvoir nous aussi nous serons obligés de quitter cet établissement. Les eaux ont envahi la cour de récréation et les latrines. Pour se soulager on doit se déplacer et utiliser celles des maisons se trouvant tout près de l’établissement, les élèves étudient dans des mauvaises conditions », fait savoir Juma Mugozi, maître responsable de l’Ecofo Mushasha I.

Celui de l’Ecofo Kinyinya II baigne dans les eaux noirâtres. Et quelques animaux aquatiques se sont déjà invités. Cette situation vient de durer toute une année. Et rien n’est encore fait.

Suite aux fortes pluies, l’eau ne cesse de monter : « L’eau a commencé à surgir de nulle part, et à cause de cette pluie l’eau est montée jusqu’à envahir 3 salles de classes et la salle de direction, pour le moment, je me demande où on en sera les jours qui viennent, parce que l’eau n’arrête pas de monter», demande la maîtresse responsable de Kinyinya II.

Les deux responsables demandent aux personnes habilitées de canaliser ces eaux et de trouver la solution à ce problème d’inondation.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19. Lever l’équivoque

En vue de faire face à la propagation de la Covid-19 par des gens en provenance de l’extérieur, le gouvernement avait fermé des frontières terrestres et maritimes, même si certaines sont restées poreuses. Une quarantaine obligatoire de quatre jours pour (…)

Online Users

Total 1 229 users online