Mercredi 12 mai 2021

Environnement

Interview exclusive avec le Pr Jean-Marie Sabushimike :« L’ouverture des zones urbaines sur le littoral ne tient pas compte du risque potentiel »

04/05/2021 3
Interview exclusive avec le Pr Jean-Marie Sabushimike :« L’ouverture des zones urbaines sur le littoral ne tient pas compte du risque potentiel »

Des éboulements, des maisons qui s’effondrent dans les Mirwa, les eaux du lac Tanganyika qui poursuivent leur montée… Le géographe Jean-Marie Sabushimike fait le point. Il propose des solutions pour la protection de Bujumbura.

A Kabezi, plus de 100 sans-abris suite à l’éboulement des montagnes. Pourquoi ce phénomène ?

C’est très inquiétant. Sur les escarpements des failles des Mirwa, on observe un système de ravinement qui prolifère de l’amont à l’aval. Ces cisaillements des sols s’expriment à la suite de fortes pluies entraînant des infiltrations massives dans des zones déjà fissurées. Lorsque l’eau s’y accumule, cela aboutit à la rupture d’équilibre naturel de ces sols qui ouvre la voie à la fracturation et au ravinement généralisé.

Et la part de l’homme ?

Les sols des Mirwa ne sont plus protégés, suite à l’occupation humaine. Ainsi, ils deviennent fragiles surtout quand cela se fait dans une région avec des pentes fortes et longues. Et c’est vers l’aval que va se créer des ravins sous forme de ce que l’on appelle l’érosion progressive. Les ravins qui évoluent vers le lac.

Que faire ?

La solution, c’est d’agir à temps. Beaucoup de petits ravins deviennent grands, alors que si l’action de leur correction était intervenue à temps, on aurait maîtrisé leur dynamique. Si rien ne change, le coût de l’inaction restera très important. Idem sur le littoral du lac.

Quelles sont les causes de cette montée inquiétante du lac ?

Les changements climatiques constituent le facteur déclenchant. Mais il existe des facteurs aggravants comme ces aménagements du territoire non respectueux de l’environnement. Les zones tampons ont été systématiquement détruites pour y construire des plages, des hôtels, etc. Il y a aussi le non-respect des lois et règlements en vigueur. Si les 150 m recommandés par le code de l’eau étaient respectés, il y aurait moins de dégâts. Ajoutons l’absence de la culture du risque.

Qu’est-ce qui le prouve ?

Les zones inondées aujourd’hui avaient connu des inondations plus graves en 1961, 1962, 1963 et 1964, quand le lac avait atteint 777, 82m. Les inondations de Kajaga en 1991. Mais, cela n’a pas empêché les gens de continuer à s’y installer. Les noms de certains coins, comme Kajaga, Kibenga sont aussi révélateurs. On devrait s’interroger avant d’y aménager des lotissements urbains. En substance, l’ouverture des zones urbaines sur le littoral ne tient pas compte du risque potentiel.

Qui devrait faire respecter ces lois, ces zones tampons ?

Les pouvoirs publics sont les premiers responsables. Ce sont eux qui les ont mises en place. Nous avons observé comment ils ont interdit formellement certaines constructions. Ce qui n’a pas empêché qu’elles reprennent comme si ces propriétaires étaient plus puissants que l’Etat.
Les textes actuels devraient être complétés par des lois supplémentaires, notamment la loi sur la prévention des risques et la gestion des catastrophes.

Quelle différence entre ‘’changements climatiques’’ et ‘’réchauffement climatique’’ ?

Certains confondent les deux concepts. Le réchauffement ou dérèglement climatique est tout simplement l’augmentation de la moyenne de la température à la surface du globe terrestre.

Quant aux changements climatiques, c’est beaucoup plus en termes de manifestations spatiales des faits réels : sécheresses, inondations, glissements de terrain, etc. Les deux vont de pair, sauf que le premier provoque le deuxième.

Aujourd’hui, on voit l’étalement de la ville surtout vers les montagnes…

Il faut faire attention sur cette croissance vers les hauteurs des Mirwa. Sur ces montagnes, ce sont des rochers fragiles à cause de leur fracturation à l’échelle des terrains. Ils s’altèrent très rapidement et forment des horizons pédologiques sur des profondeurs très remarquables. Ce sont ces mêmes rochers qui sont à l’origine de glissements de terrains lorsque la lithologie et la tectonique se combinent pour fragiliser le paysage dans un contexte climatique chaud et humide, comme le nôtre surtout quand il pleut abondamment.

Si vous étiez chargé de la planification urbaine, que proposeriez-vous pour avoir une ville résiliente ?

C’est très simple. Il faut disposer des outils classiques connus de l’urbanisme. Il y a d’abord le schéma directeur d’aménagement du territoire et d’urbanisme. Il est fondamental. Malheureusement, nous n’en avons pas aujourd’hui. Or, c’est un document hautement stratégique. C’est lui qui peut définir les zones constructibles et celles non constructibles. Et il faut l’accompagner par ce qu’on appelle le plan local d’urbanisme. Ce qui sous-entend tenir compte de l’occupation des sols selon les spécificités de telle unité de paysage, avant de parler de l’agglomération urbaine dans son ensemble. Chaque commune urbaine devrait avoir son plan d’urbanisme. Les communes devraient avoir un autre outil d’urbanisme moderne : le plan de prévention des risques (PPR).

C’est-à-dire ?

C’est un document montrant les zones à risques géographiquement et qui sont soumises à des risques soit naturels ou anthropiques : des inondations, des glissements de terrain, etc. Les PPR aident la prévention des risques ou la gestion des catastrophes.

Récemment, vous avez proposé le déménagement forcé des habitants de Gatumba. Aujourd’hui, les eaux les ont retrouvés au même endroit. Pourquoi cette délocalisation n’a pas eu lieu ?

(Rires). Là, c’est trop me demander. Mais, il faut revenir sur les comportements et les attitudes de ces populations actrices et victimes à la fois. Aussi, il y a un problème de moyens financiers et techniques. Le gouvernement peut avoir de bonnes intentions mais être limité par les moyens pour délocaliser et installer durablement les sinistrés ailleurs.

Ce qui signifie que certains ne veulent pas quitter la localité ?

On a menacé l’administrateur quand je lui ai dit qu’il fallait les forcer à vider les lieux. Mais, c’est la seule solution efficace, car on peut connaître des situations beaucoup plus graves avec des pertes matérielles et humaines. Il faut ajouter que ces pollutions ont aussi un impact sur la santé. Le sol, la nappe phréatique et l’air sont pollués. Ce qui fait craindre des risques de choléra, de paludisme, etc.

Faisant référence au lac et aux Mirwa, l’on entend dire souvent que ‘’Bujumbura se trouve entre deux monstres’’. Qu’en pensez-vous ?

Je ne le dirais pas ainsi. Mais, la planification urbaine devrait comprendre les contraintes imposées par les Mirwa d’un côté, et les limites fixées par le lac, de l’autre. Il faut dont protéger sa biodiversité tout en planifiant la ville. Aussi, planifier Bujumbura tout en sachant que les Mirwa constituent des contraintes géologiques, géomorphologiques, hydrologiques et climatiques.

Pour y parvenir, il faut absolument une multidisciplinarité pour l’aménagement durable de la ville tout en tenant compte des trois écosystèmes : Imbo, Tanganyika et les Mirwa.

Propos recueillis par Rénovat Ndabashinze

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Docteur Pierre Charles Bugnon

    Je voudrais trans mettre mes meilleures salutations au Professeur Shabushimike avec qui j’ai eu l’occasion de collaborer sur un projet routier au Burundi, il y a pas mal d’années

  2. Mugisha

    “C’est très simple. Il faut disposer des outils classiques connus de l’urbanisme. Il y a d’abord le schéma directeur d’aménagement du territoire et d’urbanisme. Il est fondamental. Malheureusement, nous n’en avons pas aujourd’hui. Or, c’est un document hautement stratégique. C’est lui qui peut définir les zones constructibles et celles non constructibles. Et il faut l’accompagner par ce qu’on appelle le plan local d’urbanisme. Ce qui sous-entend tenir compte de l’occupation des sols selon les spécificités de telle unité de paysage, avant de parler de l’agglomération urbaine dans son ensemble. Chaque commune urbaine devrait avoir son plan d’urbanisme. Les communes devraient avoir un autre outil d’urbanisme moderne : le plan de prévention des risques (PPR)”.
    Tout est dit !!!! Il suffit de placer les hommes qu’il faut dans les postes qu’il faut !!! Les sachants sont là ! Il suffit de leur confier le boulot !

    • Balame

      “Il est interdit de construire à moins de 150 m du littoral du lac Tanganyika”.
      Des autorités compétentes et habilitées baratanze ces parcelles. Abantu bahubatse barariha impots locatif et foncier.
      Sous manteau, nous savons qu’on a donné igiturire kugira baronke izo parcelles.
      Where is accountability then?
      Les grands patrons de l’urbanisme nous doivent un minimum d’explication.
      Kwari Ukubaza

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La fête et la Covid-19

Au Burundi, le 1er mai, la journée internationale du travail a été célébrée avec faste pour honorer « ceux qui de la nature brute ont taillé et ouvragé toute la splendeur que nous contemplons », pour reprendre les mots de (…)

Online Users

Total 1 989 users online