Mercredi 24 juillet 2024

Sécurité

Région Sud/Bururi : Un regain de criminalité inquiète

15/05/2023 Commentaires fermés sur Région Sud/Bururi : Un regain de criminalité inquiète
Région Sud/Bururi : Un regain de criminalité inquiète
Chef-lieu de la province de Bururi qui fait aujourd’hui face à l’insécurité

Depuis quelques semaines, des personnes sont tuées en cours de chemin souvent à la machette sans que l’on puisse identifier les auteurs et les mobiles. La récente victime est un enseignant du lycée de Bururi tué dans la nuit de samedi 6 mai. Des mesures de renfoncement de la sécurité ont été prises dont l’organisation des rondes de nuit.

Selon les sources administratives à Bururi, Félix Ndikumana, enseignant au lycée de Bururi, a été tué samedi 6 mai vers 20 heures alors qu’il rentrait chez lui dans le quartier des professeurs du lycée de Bururi. Des malfaiteurs l’ont tué à coups de machettes et il a rendu son âme sur le champ. Les présumés auteurs n’ont pas été identifiés ainsi que le mobile de ce meurtre. La police indique avoir ouvert une enquête.

Ce énième cas de meurtre a suscité un mouvement de panique au sein de la population du chef-lieu de la province de Bururi et ses environs. Depuis des semaines, des personnes sont tuées dans les mêmes circonstances mais les auteurs ne sont pas encore identifiés. Ce qui engendre la peur et la colère chez certains habitants du chef-lieu de la province de Bururi et ses environs.

La précédente victime était un cuisinier du lycée de Bururi tué il y a plus d’une semaine à la sous colline Nanira colline Nyavyamo à 5 km du chef-lieu de la province de Bururi lorsqu’il rentrait chez lui.

Léonidas Bandezamaso, gouverneur de la province, a tenu une réunion de sécurité à l’endroit de toute la population du chef-lieu de la province et ses environs au stade de Kabuye, dimanche 7 mai.

L’objet de cette réunion de sécurité était d’arrêter ensemble des stratégies pour endiguer cette criminalité grandissante. Juvent Ndayikeza, chef de cabinet du gouverneur de Bururi indique qu’à l’issue de cette réunion de sécurité certaines mesures ont été prises pour renforcer la sécurité de la population.

Il s’agit des rondes de nuit dans chaque quartier, l’interdiction de se promener avec une machette ou une lance au-delà de 18 heures, l’introduction des cahiers de ménages. Il a annoncé que la police a procédé à des arrestations de plus d’une vingtaine d’irréguliers dans la ville de Bururi pour leur identification. Des patrouilles de la police et des militaires ont été renforcées.

Un présumé empoisonneur par acide arrêté

Le chef de cabinet du gouverneur de Bururi indique qu’il y a plus de deux semaines, un jeune homme du nom d’Elias Niyonemera été arrêté, accusé d’avoir tué des personnes par un acide fort.

Il est pour le moment détenu à la prison de Bururi. Le gouverneur a demandé à la population d’apporter des preuves au parquet de Bururi ou à son cabinet pour charger ce présumé empoisonneur afin qu’il soit condamné. Ce jeune recevrait une somme de trois cents mille francs burundais sur chaque personne tuée.

Le gouverneur a demandé aux ex détenus libérés de la prison de Bururi de regagner leurs provinces respectives car certains d’entre eux sont des sources d’insécurité. La population de la province de Bururi est sous le choc et demande que tous les efforts soient fournis pour venir à bout de cette nouvelle forme de criminalité qui se développe dans la province.

Même son de cloche chez les organisations de défense des droits de l’homme qui demandent que la sécurité soit renforcée car une psychose s’est déjà installée dans la tête de plusieurs qui n’osent plus sortir de chez eux au-delà de 18 heures 30 minutes.

Au moment où nous mettons sous presse cet article, nous apprenons que deux jeunes gens qui voulaient tuer un enseignant ont été appréhendés dans la nuit de ce mardi 9 mai sur la colline de Kavumvu de la zone Muzenga en commune de Bururi.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’interdiction de Sapor fait débat

Le chef est une figure singulière dans notre société. Son autorité est principalement exercée par la parole – Ijambo. Dans notre tradition, la parole est respectée, et celle du chef, en particulier celle du Chef de l’Etat, est presque sacrée. (…)

Online Users

Total 2 531 users online