Dimanche 20 juin 2021

Sécurité

Muha : un cadavre retrouvé à Kanyosha

10/05/2021 Commentaires fermés sur Muha : un cadavre retrouvé à Kanyosha
Muha : un cadavre retrouvé à Kanyosha

C’est dans la matinée de ce lundi 10 mai que les passants ont découvert un corps sans vie d’un jeune homme d’une vingtaine d’années dans un caniveau, tout près de l’église des Témoins de Jéhovah au quartier Kizingwe de la zone de Kanyosha.

Selon des témoins, il a visiblement reçu deux coups de poignard et étranglé par la suite. Il s’appelle Blaise Bangiricenge, il a été retrouvé mort dans un caniveau à quelques mètres de chez lui.

Selon les passants, les ravisseurs l’ont tué ailleurs et seraient venus jeter son cadavre près de chez lui : « Il y a des gardiens ici donc s’il avait été tué ici, ils auraient vu quelques chose. Il était ligoté, et comme il était de grande taille, ses bourreaux lui ont brisé les jambes et les bras pour essayer de l’embarquer».

Selon les personnes proches du défunt, ils ne comprennent pas pourquoi il a été tué alors qu’il vivait en paix avec tout le monde : « Il n’est qu’un simple convoyeur de bus Memento, il n’avait aucun problème avec la société, une chose est sûre, ce ne sont pas des voleurs, parce qu’ils lui ont laissé son téléphone et tout son argent », explique un de ses proches.

Evariste Ndayisaba, le chef du quartier Kizingwe-Bihara affirme que ce crime a été commis ailleurs : « On nous a appelé vers 6 heures du matin, on nous informait qu’il y a un cadavre et que la personne habite dans ce quartier mais nous ne savons pas pourquoi il a été tué et le meurtre a été commis ailleurs, les malfaiteurs ont juste jeté le corps ici », dit-il.

Selon cet administratif à la base, les assassins connaissaient bien Blaise Bangiricenge : « Il se peut que ce soit ses amis parce que vous voyez qu’ils ont laissé le corps tout près de chez lui, ils le connaissaient bien ».

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Covid-19. Lever l’équivoque

En vue de faire face à la propagation de la Covid-19 par des gens en provenance de l’extérieur, le gouvernement avait fermé des frontières terrestres et maritimes, même si certaines sont restées poreuses. Une quarantaine obligatoire de quatre jours pour (…)

Online Users

Total 1 264 users online