Opinions

OPINIONS – La liquidation des cadavres ou le crime parfait

30/08/2020 Antoine Kaburahe Commentaires fermés sur OPINIONS – La liquidation des cadavres ou le crime parfait
OPINIONS – La liquidation des cadavres ou le crime parfait
En juillet 2016, les journalistes d'Iwacu à la recherche de Jean Bigirimana ont découvert dans la Mubarazi un corps décapité.

Par Antoine Kaburahe (4 juillet 2008)

Ce 30 août, le monde commémore la Journée internationale des personnes disparues. J’ai retrouvé dans mes archives, un éditorial écrit en juillet 2008 et commenté par Jean François Bastin dans notre livre « Cinq ans d’éditoriaux & de réflexions(2008-2013) » , une réflexion toujours d’actualité.

 

They’re dancing with the missing
They’re dancing with the dead
They dance with the invisible ones
Sting, “They dance alone” *
* Ils dansent avec les absents
Ils dansent avec les morts
Ils dansent avec les invisibles.
Sting, « Elles dansent seules »

 

 

Eté 2006. Le Burundi baigne encore un peu dans les effluves post-électoraux. On parle du Burundi « post conflit », dirigé par un parti qui a remporté les élections le plus démocratiquement du monde.

C’est alors que l’on découvre des corps torturés, décomposés, flottant dans la Ruvubu, au nord, dans la province de Muyinga. Morts anonymes, cadavres non identifiés… Une pratique hélas courante dans toutes les dictatures : la victime est niée dans la mort elle-même. Elle bascule dans le rien. La victime est littéralement effacée. Le corps de Patrice Lumumba est dissous dans l’acide. En Argentine, durant la dictature, des personnes disparaissent sans laisser aucune trace.

La représentation de la mort permet une forme – certes toujours insatisfaisante – de réparation symbolique. L’effacement des traces s’attaque déjà à ce que Freud appelle le travail de deuil. Ce processus ne s’enclenche pas sans l’épreuve de la réalité. Ne pas voir le cadavre conforte « follement » le déni de la mort. Par cet acte on quitte l’humanité en refusant une inscription (rituel funéraire, récit) à ceux qui basculent ipso facto dans le rien. Mais les crocodiles de la Ruvubu n’ont pas pu parachever ce crime parfait qu’est la liquidation des cadavres.

Les Burundais stupéfaits s’attendaient à une réaction énergique du nouveau pouvoir, des mises en examens, des procès retentissants. Désillusions sur toute la ligne. Le principal suspect, le Colonel Vital Bangirinama, continuera à vaquer à ses fonctions malgré les protestations des associations des Droits de l’Homme nationales ou internationales comme Human Right Watch. Finalement, la pression devenant intense, le colonel prendra la fuite, non sans avoir contacté une station de radio locale ainsi qu’une organisation burundaise de défense des droits humains pour avouer les meurtres et pour affirmer que « sa propre vie était maintenant menacée par ceux qui avaient donné l’ordre de commettre ces crimes. »

Mais nous sommes au Burundi, on laisse les journaux et autres « droits de l’hommistes » s’agiter. Pour la consommation extérieure nous avons un joli refrain bien rôdé qui a fait ses preuves, une belle épitaphe que l’on devrait écrire sur tous nos charniers : « baracabitohoza » (les enquêtes se poursuivent). On mise sur le temps, sur le tassement. Mais désormais nous refusons le silence. A ces morts niés nous redonnons leur identité. Leur vie. C’est le premier pas d’un combat que nous savons long et périlleux.

Antoine Kaburahe, juillet 2008


Jean François Bastin

Glaçant, et beau comme trop souvent le malheur. Le plus long éditorial en 5 ans, comme une plainte infinie, une douleur inextinguible. On comprend qu’Antoine ne désarmera jamais face à la violence. C’est la dimension morale de son engagement. Sa réflexion sur son pays est hantée par le doute : n’y a-t-il pas une forme de consentement à l’inacceptable, ancrée dans une histoire trop sanglante ? Mais lui s’y refuse, il place le respect de la vie au-dessus de tout et il parle clair et net, il dit les faits, il appelle les choses et les gens par leur nom. Il s’engage à redonner une identité à ceux qui ont été niés jusque dans la mort et il tiendra parole. Iwacu, dans des numéros exceptionnels sur les pires moments de l’histoire burundaise, osera prendre des responsabilités que fuient trop de responsables… Iwacu fera siens les beaux mots de vérité et de réconciliation…

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur Les 100 premiers jours d’un immense chantier

Le 25 septembre, le chef de l’Etat anime une conférence publique. La date coïncide avec la période des 100 premiers jours du général-major Evariste Ndayishimiye à la tête du pays des mille et une collines, le Burundi. Très scrutée, cette (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 007 users online