Mercredi 29 mai 2024

Société

Mugamba : des lauréats du lycée communal frustrés, leurs diplômes retenus

11/01/2018 Commentaires fermés sur Mugamba : des lauréats du lycée communal frustrés, leurs diplômes retenus

«Nos bulletins pour l’année scolaire 2015-2016 sont toujours retenus par l’établissement. En plus, nous ne pouvons même pas retirer les certificats de fin des Humanités ni les diplômes d’Etat». Telles sont les lamentations des lauréats du lycée communal de Mugamba, en province Bururi. C’était ce mercredi 10 janvier au sujet du retard de délivrance de leurs documents.

Ils ne comprennent pas pourquoi la direction ne leur donne pas ces documents au moment où la période des inscriptions dans les universités privées approche. Ils les réclament depuis septembre dernier, en vain.

Sous couvert d’anonymat, un d’entre eux conteste les raisons avancées par la direction. D’après eux, le directeur indique que les photos présentées dans les dossiers ont été mal prises.

Elles laissent voir une seule oreille au moment où il veut celles qui laissent apparaître les deux. Et de s’étonner aussitôt : «Comment se fait-il que cela soit de même pour tous les lauréats des deux sections ?»

Un autre lauréat craint d’être touché par la récente mesure du ministre de l’Education. Il dit qu’elle sanctionne par 30 mille Fbu tout retardataire d’une année au retrait du diplôme d’Etat.

«Pour ce qui nous concerne, nous n’y sommes pour rien». Il risque de rater une inscription à l’enseignement supérieur, dit-il, envisagée en février dans les universités privées.

Le directeur de ce lycée assure que ce retard ne dépend pas de leur propre volonté. Il souligne une erreur dans le scellage des diplômes au niveau du ministère : «Ils s’étaient trompés sur l’appellation de l’école». Au lieu de Mugamba, il confie qu’ils avaient cacheté Migamba.

Néanmoins, il rassure que cette erreur a été déjà corrigée. D’ailleurs, tient-il à informer, il y en a un qui a récemment retiré son diplôme.

Au sujet des bulletins et certificats, le directeur a tenu à démentir qu’ils ont été délivrés. Ceux qui n’en ont pas encore, fait-il savoir, sont redevables vis-à-vis de l’établissement. «Pour ceux-là, ils ont été confisqués.» Il exhorte ceux qui sont en ordre à aller retirer leurs diplômes.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La Crédibilité de la Ceni en Jeu

Le train des élections de 2025 (communales et législatives) et de 2027 (présidentielles) est déjà en marche. La Commission Électorale Nationale Indépendante (Ceni) se dit à l’œuvre. Depuis février, elle a déjà mené plusieurs activités. Le nouveau Code Électoral a (…)

Online Users

Total 6 225 users online