Vendredi 12 avril 2024

Société

Motos, vélos et tuk-tuk confinés dans les zones périphériques de la ville de Bujumbura

24/02/2022 9
Motos, vélos et tuk-tuk confinés dans les zones périphériques de la ville de Bujumbura
Gervais Ndirakobuca : « Pas de motos, ni de vélos, encore moins de tuk-tuk dans la zone délimitée »

Désormais et c’est officiel, les motos, les vélos et les tuk-tuk n’auront plus le droit de franchir le pont Kamesa, la zone Musaga et le quartier Gasekebuye. Telle est leur nouvelle délimitation dans le secteur Sud en mairie de Bujumbura adoptée ce 23 février par la mairie.

Dans le secteur Nord, les motos-taxis, les vélos-taxis et les tuk-tuk ne dépasseront pas la rivière Gasenyi, le rond-point dit Chanic et le château d’eau situé à Mutanga-Nord.

Certains administratifs présents lors de la présentation de ce plan de délimitation n’ont pas caché leurs inquiétudes. D’après eux, cette délimitation vient tout simplement chasser ces moyens de transport.
Evelyne Nininahazwe, chef de zone Cibitoke a levé son petit doigt pour demander la parole : « Comme vous l’avez dit, nous sommes des administrateurs responsables, mais si on regarde bien ce plan de délimitation, les motos, les vélos auront un très petit périmètre de travail.

Cet administratif à la base a donné quelques suggestions : « Moi, je proposerais de la rigueur en matière de sécurité, sinon, avec ce plan de délimitation, il n’y aura plus de motos ni de vélos ».

Le ministre burundais de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique, Gervais Ndirakobuca est formel : « Pas de motos, ni de vélos, encore moins de tuk-tuk dans la zone délimitée, sauf les motos de la Police ou celles immatriculées avec des plaques publiques ».

Le Gervais Ndirakobuca semble avoir senti une certaine perplexité : « Pourquoi êtes-vous désespérés ? Dès demain, commencez à faire des sensibilisations, vous avez jusqu’au 10 mars et dès le 11 mars, ça sera un certain jeudi, on ne veut plus voir ces moyens de transport et même ceux des sociétés privées. Celui qui osera violer cette mesure qu’il sache qu’il aura franchi la ligne rouge », a-t-il averti.

D’après le maire de la ville de Bujumbura, Jimmy Hatungimana, ces moyens de transport sont l’une des causes de l’insécurité en mairie de Bujumbura.

D’après la police de la protection civile, de janvier 2021 à janvier 2022, les accidents de la route répertoriés ont fait 130 morts et 1.970 blessés. L’implication des motos, des vélos et des tuk-tuk n’est pas précisée.

Après avoir adopté ce plan de délimitation, le ministère de l’Intérieur a demandé à la mairie de Bujumbura de réaménager les parkings et d’installer des signaux servant de délimitation.

Forum des lecteurs d'Iwacu

9 réactions
  1. ndambi

    Monsieur Nduwayo
    Qui est payé pour faire respecter le code de la route?
    N etes vous pas au courant du billet de 2000 FBu?
    Pourquoi au Burundi, tr

  2. Balame

    La police, La PAFE et L Urbanisme sont les 3 institutions les plus corrompues au Burundi.
    Les taxis, Tuku Tuku et bicyclettes bazize caane ivyo

  3. Jereve

    Je dois rappeler que cette ville appartient à nous tous, piétons, cyclistes, motards, tuktuk et voitures. C’est par voie de facilité qu’on vient de nous priver de ce droit pour le céder exclusivement aux riches détenteurs de voitures et aux pauvres piétons (en fait les deux extrêmes, du moins pour le moment, car nous ignorons si la prochaine décision ne va pas frapper les piétons). Je suis amateur de vélo devant l’Eternel et je ne vois pas pourquoi on m’empêche de circuler où je veux dans cette ville. Si c’est pour éviter les accidents, cela ne tient pas car tous les moyens de locomotion sont sans exception sujets à des accidents. Si c’est pour préserver la sécurité, cela ne tient pas non plus; rien qu’un exemple: les kidnappings et enlèvements se font beaucoup plus dans des voitures banalisées… Il faut se creuser les méninges (vous êtes payés pour cela) pour trouver les moyens de réguler et non interdire. Et réguler signifie négociations entre tous les usagers.

    • Gacece

      @Jereve
      Prenez un taxi ou allez-y à pied. Mais j’avoue que cela a l’air d’une création d’une zone d’élites (pour riches) exclue aux gens qui n’ont pas les moyens.

  4. Ndabaza

    Comment celles et ceux, honnêtes citoyens, qui empruntaient ces moyens de transport probablement parce que pas chers vont-ils faire dans la zone interdite ?

  5. arsène

    Je crois que la mesure est bonne, même très bonne. Il faudrait bannir ces moyens de transport et développer un système de transport en commun digne de ce nom. N’étant pas sur place, j’ignore que les vélos-taxis, les motos-taxis et les tuk-tuk sont assurés. J’ai vu sur les réseaux sociaux des motos-taxis transportant jusqu’à 4 personnes. Que se passe-t-il en cas d’accident?
    Si M. le ministre allait plus loin pour interdire le transport par vélo de régimes de bananes (parfois de sacs de charbons) sur la route Bugarama-Bujumbura, ce serait une avancée sur le plan de la sécurité.
    Enfin, la signalisation routière qui manque cruellement sur les routes: une dizaine d’années en arrière, j’ai emprunté la RN1 et j’étais surpris que sur 50 km depuis Bujumbura, il n’y avait plus de signalisation ni verticale, ni horizontale à part quelques « dos d’âne » très mal construits.

    • Alal

      Comme très souvent les autorités burundaises se trompent de cibles!!!! Les tuk tuk, les taxis les velos, sont interdits depuis longtemps en ville, peut on affirmer qu en ville point d accident depuis lors? Non Monsieur le ministre, il faut trouver les raisons ailleurs, les routes en piteux état, contrôle technique des voitures très mauvais ( corruption), permis de conduire achété ( corruption), manque de signalisation dans une ville où toutes les carcasses de voitures japonnaises font leur dernière vie, manque de civilté des conducteurs de voitures, cette interdiction est tout simplement anticonstitutionnelle! Je m achètes une moto, je ne peux plus aller en ville? Je n ai plus le droit de choisir comment me déplacer? Si ce pays permettait des manifestations (droit constitutionnel), Bujumbura serait demain noir de monde!!! Une autre question qui me taraude, ces manifestations soutien au pouvoir qui ont vu la participation d un gigantesque nombre de deux roues? Il y en aura plus?

      Une autre question, quelqu un peut me renseigner sur la délimitation du périmètre urbain? Où sont les limites géophysiques de la Mairie? Vous serez très étonnés, même les administatifs ne le savent pas! J ai bien vu un (e) ancien(ne) Gouverneur de Bujumbura rural empieter sur un territoire de la Mairie (recherche de gain). La délimitation date du Feu Président Buyoya, le décret est bien disponible à la présidence!!!

    • Nduwayo

      @Arsene:
      Merci beaucoup.
      C’est vrais que cette mesure est très regrettable. Mais il est aussi vrais que cette mesure vise l’amélioration de la sécurité dans la circulation routière.
      J’ai été toujours de l’avis que ces petits moyens de transport sont très important pour les citoyens de très faibles revenus. Néanmoins, le fait qu’ils ignorent extrêmement et anarchiquement le code de la circulation routière les disqualifient fortement car ils causent beaucoup d’accidents et de frustration.
      Je souhaiterais plus tôt que la police soit très sévère contre eux en leur imposant une amande pour que les chauffeurs prennent sérieusement part à des séances précises des cours sur la circulation routière. Il en est de même pour les gens qui conduisent des voitures sans pouvoir maîtriser le code de la circulation routière car ça aussi s’observe très souvent dans notre capitale économique.

    • Nouchka

      Le problème n’est pas le moyen de locomotion mais le fait que les conducteurs ne respectent pas le code de la route.
      Motos, vélos interdits les voitures rouleront plus vite, le danger d’accident sera toujours là.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Déceptions

Par Léandre Sikuyavuga Menaces, calculs ou pur suivisme ? L’Assemblée nationale vient d’adopter presque à l’unanimité le projet du Code électoral. Seuls deux députés ont émis leurs objections. Ce Code qui va régir les prochaines élections avait pourtant suscité moult réactions (…)

Online Users

Total 2 250 users online