Mardi 23 avril 2024

Société

Nouvelle zone de délimitation pour les deux-roues et les tricycles : irréversible

25/02/2022 Commentaires fermés sur Nouvelle zone de délimitation pour les deux-roues et les tricycles : irréversible
Nouvelle zone de délimitation pour les deux-roues et les tricycles : irréversible
Gervais Ndirakobuca : « C’est une pilule amère mais il faut l’avaler »

« Pas la peine d’insister pour que la mesure fixant la nouvelle zone de délimitation pour les motos, les vélos et les tuk-tuk, soit revue », telle est la réponse catégorique donnée par le ministre de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique aux députés ce jeudi 24 février.

C’était au lendemain de cette décision qui a suscité pas mal d’inquiétudes chez les administratifs, les usagers, les conducteurs de ces deux roues et les tricycles.

Le ministre Ndirakobuca était à l’Hémicycle de Kigobe pour répondre aux questions orales sur le rapport de la gestion des finances des communes élaborée par la Cour des comptes.

Cette question de la nouvelle zone de délimitation pour les motos, les vélos et les tuk-tuk a été soulevée malgré les tentatives du président de l’Assemblée nationale de l’étouffer. Il voulait que les échanges soient centrés sur la question à l’ordre du jour.

D’après le ministre Gervais Ndirakobuca, cette mesure fixant la nouvelle zone de délimitation pour les motos, les vélos et les tuk-tuk en mairie de Bujumbura est d’ordre technique et pas politique. « Même amère, la pilule finit par passer et être avalée », a-t-il conclu, mettant fin à tout débat.

« Dire aux techniciens de la Police que les conclusions qu’ils ont proposées ne seront pas prises en compte et appliquées, c’est comme leur dire de mettre fin à leur carrière », a-t-il martelé.

Selon lui, la décision a été prise pour le bien de la ville, nous ne voulons plus voir les motos, ou bien les tuk-tuk circuler au centre-ville. « La décision prise est une mesure technique et non politique. C’est une sorte de protection car les 1.300 blessés, on aurait dû les protéger bien avant ».

Le ministre Gervais Ndirakobuca est resté catégorique : « Je ne suis pas prêt à arrêter cette mesure de délimitation, dès le 11 mars, on ne veut plus voir les motos, les vélos et les tuk-tuk circuler dans les zones délimitées. Pas la peine de venir me parler de cette décision, par contre, parlez-en avec la police ».

Poursuivant son argumentaire, ministre burundais de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique a fait savoir qu’il ne compte pas prendre une décision technique et la rendre politique : « C’est comme dire à la police d’arrêter de travailler et il sera difficile d’éradiquer le désordre en mairie de Bujumbura ».

Quant à la mauvaise gestion des finances observées au niveau des communes, le ministre de l’Intérieur l’a expliqué par le manque de compétence des comptables communaux. Il a fait savoir que son ministère va bientôt trouver une solution à cette lacune.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une responsabilité de trop

« Les décisions prises par la CVR ne sont pas susceptibles de recours juridictionnels. » C’est la disposition de l’article 11 du projet de loi portant réorganisation et fonctionnement de la Commission Vérité et Réconciliation analysée par l’Assemblée nationale et le Sénat (…)

Online Users

Total 3 842 users online