Mardi 05 décembre 2023

Société

Région Centre/Gitega : Ils veulent travailler 24 heures/24

Région Centre/Gitega : Ils veulent travailler 24 heures/24
Un groupe de taxis-motards au centre-ville de Gitega

Dans la ville de Gitega, les taxis-motards sont interdits de travailler au-delà de 18 heures. Cette interdiction n’est pas appréciée par la population qui habite loin du centre-ville.

Dans tous les quartiers, elles sont plus visibles que les voitures. Les motos-taxis sont le principal moyen de déplacement dans toute la ville. Faute d’entretien des routes, les taxis à trois roues communément Bajaji qui, pourtant, sont autorisés de travailler toutes les heures, n’entrent pas dans tous les quartiers. Ce qui complique sérieusement le déplacement surtout pendant la nuit.

Le sol étant jonché de nids de poule, les conducteurs rechignent de s’y aventurer. Au-delà de 18h, les rares taxis-motos qui circulent doivent rouler à toute allure pour échapper aux contrôles de la police et un groupe d’hommes qui s’occupent de la « sécurité des motards ».

D’après les taxis-motards, leur travail est semé d’embuches dans la mesure où ils ne peuvent pas exercer leur métier comme d’autres conducteurs. Ils affirment qu’aujourd’hui les compagnies d’assurance demandent plus d’argent, l’OBR a revu à la hausse les redevances routières, le carburant est cher ainsi que les pièces de rechange qui coûtent les yeux de la tête.

Pour eux, il faut travailler 24h sur 24h. « Nous n’avons jamais compris pourquoi on nous empêche de travailler la nuit. La plupart d’entre nous ne sont pas propriétaires et nous remuons terre et ciel pour avoir des versements pour nos patrons qui exigent beaucoup plus », fait remarquer Janvier.

D’après lui, ces motards doivent rentrer avec un versement consistant pour ne pas être virés et remplacés par d’autres concurrents qui promettent beaucoup d’argent aux propriétaires. Même constat pour Saïdi qui souligne qu’ils travaillent à perte avec cette interdiction de travailler la nuit. Pour lui, c’est un handicap majeur pour ceux qui ont déboursé des millions pour une moto neuve.

Ils dénoncent un deux poids, deux mesures

Alice de Karera explique qu’aujourd’hui, les taxis-motos sont devenues un moyen incontournable avec l’extension de la ville et avec l’état dégradé de nos routes et surtout avec les difficultés des moyens de déplacement dans certains quartiers.

Et malheureusement, le voyage pendant la nuit est plein de dangers. Récemment, une mère de 3 enfants de Nyabisindu a laissé la vie en tombant d’une moto suite à un groupe d’hommes soupçonnés d’être des « sécurité-motards » qui les poursuivaient. Ces derniers ont pris la fuite après l’accident. Officiellement, l’administration provinciale et la police qui interdisent la circulation des taxis-motos pendant la nuit indiquent qu’il s’agit d’une décision de lutter contre le banditisme et les accidents. Pourtant la mesure ne passe pas chez les conducteurs qui estiment qu’il y a un deux poids, deux mesures.

Selon eux, ceux qui prétendent être des sécurité-motards sont des véritables bénéficiaires car ce sont eux qui travaillent toute la nuit quand les autres sont frappés et rançonnés. Les conducteurs sont soutenus par la population et demandent aux autorités de mettre simplement de l’ordre dans le secteur plutôt que de supprimer une activité grâce à laquelle beaucoup de familles survivent. Le gouverneur de la province de Gitega promet un assouplissement de cette mesure quand toutes les conditions seront réunies.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Stan Siyomana

    1. Vous ecrivez:« « Nous n’avons jamais compris pourquoi on nous empêche de travailler la nuit…
    Officiellement, l’administration provinciale et la police qui interdisent la circulation des taxis-motos pendant la nuit indiquent qu’il s’agit d’une décision de lutter contre le banditisme et les accidents…
    Les conducteurs sont soutenus par la population et demandent aux autorités de mettre simplement de l’ordre dans le secteur… »
    2. Mon commentaire
    Je ne ferait pas confiance a ces motards qui jouent l’ignorant en pretendant ne pas etre au courant de la raison officielle donnee (lutte contre le banditisme et accidents ).
    Je crois que ces motards sont eux-memes contre « l’ordre dans le secteur » puisqu’ils disent qu’ils « doivent rouler à toute allure pour échapper aux contrôles de la police et un groupe d’hommes qui s’occupent de la « sécurité des motards ».. ».
    Je crois qu’il y a une partie de la population qui se plaignait avant a cause du banditisme nocturne et une autre qui ne reconnait pas ce probleme et veut tout simplement avoir son moyen de transport a tout prix.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

« Dieu n’a pas de prix »

Ils sont appelés ou s’autoproclament « Pasteur », « Berger’’, ’’Guide’’, ’’Prophète’’, ’’Commandeur’’, ’’Bishop’’, ’’Apôtre’’, … Ce sont des hommes et des femmes à la tête des Églises chrétiennes censées représenter la lumière du monde, le sel de la terre. C’est du moins (…)

Online Users

Total 1 704 users online