Vendredi 01 mars 2024

Politique

Manifestation contre les rapports sur le Burundi

11/02/2017 6
Des manifestants à destination de la Place de l’Indépendance
Des manifestants à destination de la Place de l’Indépendance

Plus de deux mille manifestants étaient à la Place de l’Indépendance, ce matin du 11 février, pour manifester contre « les faux rapports sur le Burundi ». Selon Térence Ntahiraja, assistant du ministre de l’Intérieur, ils ont manifesté contre un récent rapport du groupe d’experts onusiens soutenant que les droits de l’Homme sont bafoués au Burundi par le gouvernement. Ils fustigent également leur soutien aux organisations de la société civile radiées par le ministère de l’Intérieur.

Ils ont manifesté aussi contre la Commission d’enquête sur le Burundi émanant de la résolution HCR33. Pour eux, si le peuple burundais ne s’y était pas opposé, des experts onusiens seraient venus perturber les institutions burundaises.

Ces manifestants ont, par ailleurs, tenu à démentir l’information diffusée par la radio BBC selon laquelle 500 personnes fuient chaque jour le pays à cause du traumatisme causé par les violations des droits de l’Homme.

Notons aussi un classique lors des manifestations sous la houlette du pouvoir : des chansons, banderoles et pancartes pointant du doigt la Belgique, l’UE, Human Rights Watch, FIDH, Olufad et la Ligue Iteka ainsi que les figures de l’opposition en exil.

Signalons que jusqu’à 11h 30, le Boulevard du peuple Murundi était fermé à la circulation. Et toutes les communes du pays avaient été mobilisées pour manifester contre« les faux rapports sur le Burundi ».

Forum des lecteurs d'Iwacu

6 réactions
  1. Jereve

    On peut simplement constater qu’il y a déficit de débat au sein du gouvernement. Si non, comment expliquer que tous ces rapports soient qualifiés de faux sans qu’à notre connaissance aucun examen n’ait été engagé là-dessus. Si l’état était assez courageux pour débattre sur ces rapports, il y trouverait sûrement un grand pourcentage de vrai et un petit pourcentage de faux. Mais comme la tendance est à la dictature, il est plus aisé de convoquer les gens à manifester que de les inviter affronter les faits. Qui peuvent se retourner contre l’état.

  2. RUGAMBA RUTAGANZWA

    Ils peuvent manifester, comme ils veulent mais le problème est là: personne ne les croit et ils ne sont pas capables de démontrer en rien comment ces rapports sont faux.
    Est-ce vrai que l’adjudant NKURUNZIZA qui travaillait dans l’administration au camp Mukoni a été arrêté, torturé puis décapité ?
    Dans quelles conditions est mort l’adjudant NYONGERA ? Malheureusement, la liste de ces crimes contre l’humanité visant gratuitement une ethnie n’est pas exhaustive
    Les contradictions de ce gouvernement-là montrent à suffisance qu’il est dirigé par des gens en réalité très peu capables, pas même possible entre eux de s’organiser pour bien mentir !!
    Le désordre, la haine non justifiée à l’égard d’une communauté qui n’a rien à voir avec leurs incompétences et leur manque de vision et de clairvoyance (3è mandat injustifié et inutile et qui nous même dans au fond du gouffre qu’ils continuent de creuser infiniment) c’est comme une morsure d’un chien enragé dans la chaire de notre société.Elle laissera des plaies incurables à société burundaise entière.
    Tout cela à cause d’un groupe de gens, ne dépassant pas une centaine, qui tiennent notre pays en otage pour des intérêts purement personnels…Quel gâchis.. !

  3. Vuvuzela

    Impari sur l’enterrement de Cisekedi zisa niza Mwambutsa 5 ou 4..Desole ma memoire me trahit des fois.
    Peut-on conclure ko dusara twese en afrique?
    Ces rapports sivyaduka nitwemere akabi turakuze.
    Na Trump le geant americain rapports ziramuhanze par le meme systeme qui produit des rapports sur le burundi.
    En bref ce n’est pas la faute aux rapporteurs. Donnons leur les bonnes nouvelles a rapporter sur nous et bonne retraite a nos presidents.

  4. Travail

    Quel gâchi! Les DD , laissez le peuple burundais au moins travailler pour chercher de quoi mettre sous la dent. Vous affamerez le peuple jusque quand. Vos enfants sont gavés tandis les nôtres meurent de faim à cause de votre politique et de votre incapacité. Quand ce ne sont pas les croisades de prière ce sont les manifestations de tous les jours. Vous échouez à faire une diplomatie offensive et adéquate et vous vous servez du peuple qui passe tout le temps dans la rue. Vous êtes comme « umuvuba uvugutira aho wicaye ».
    Laissez mon peuple travailler.

  5. kalingrad

    Le pouvoir est sabote de l’interieur. On parle de vers dans le fruit. Ca y est

  6. roger crettol

    Était-ce une manifestation, ou simplement une séance de « travaux communautaires » auxquels tout le monde se devait de participer ? je me le demande … Bon il n’y avait que 2000 personnes, c’était peut-être seulement une manifestation « spontanée ».

    La véracité – ou non – de ces rapports n’est en rien touchée par ces manifestations, qui ne sont que l’expression du refus, de la part du Bujumbura officiel, d’accepter que l’extérieur ou la société civile indépendante du pouvoir puissent avoir et exprimer une opinion au sujet de la situation au Royaume de Misère.

    L’écolier tente encore de cacher ses mains derriére son dos, et cette manifestation « massive » ne trompera personne. Manifestation à usage interne, qui fait partie de la campagne de désinformation et d’intox au même titre que les bricolages divers qui sont affichés sur les réseaux sociaux.

    On espèrerait qu’un gouvernement puisse avoir une attitude plus droite et plus exemplaire, mais on en arrive à se dire que ce n’est que le CNDD-FDD, alors … un chat ne fait pas de chiens.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Écoute dans le vent… de Buringa… de Vugizo…

Combien de sanglots doit-on entendre lors des funérailles des nôtres emportés dans des tueries, avant que les pleurs n’emplissent toute la Nation, dans toutes ses sphères, et ne brisent toutes les murailles et autres tours d’ivoire ou palais ? Combien (…)

Online Users

Total 1 353 users online