Vendredi 03 décembre 2021

Société

Les tambourinaires de Gishora dans la tourmente

10/11/2021 6
Les tambourinaires de Gishora dans la tourmente
Les tambourinaires du sanctuaire de Gishora

12 tambourinaires du sanctuaire de Gishora en commune Giheta de la province Gitega qui devraient accompagner le chef de l’Etat dans sa visite aux Emirats Arabes Unis disent être victimes d’une tricherie en faveur d’une équipe de Bujumbura. Ils demandent le remboursement et l’indemnisation.

Tout commence mercredi le 3 novembre. Le message est venu du ministère chargé de la Culture. « On nous a dit que le chef de l’Etat voudrait voyager avec nous. Le directeur général de la culture nous a demandé  de chercher les documents de voyage le plus rapidement possible », indique Oscar Nshimirimana, représentant des gardiens du sanctuaire des tambours sacrés de Gishora.

Un ouf de soulagement du côté des tambourinaires. « Nous nous sommes dit que c’était finalement notre tour. On nous a toujours mis de côté en faveur d’une équipe de tambourinaires appartenant à l’Office du tourisme chaque fois qu’une opportunité se présente d’aller représenter le Burundi à l’extérieur ».

Il explique que les 12 tambourinaires se sont mis à chercher les passeports et les ont obtenus facilement, « grâce à l’aide de certaines autorités ». Ils sont tous arrivés dans la capitale économique dimanche, la veille du  voyage, pour faire le test covid-19. Néanmoins, ils n’avaient pas de moyens pour payer le dépistage.

Ce représentant des tambourinaires de Gishora fait savoir que le jour de voyage, lundi le 08 novembre, le directeur général de la culture leur a dit de se rendre à l’hôpital Prince Régent Charles pour le dépistage.
Mais quand ils sont arrivés là-bas, ces tambourinaires ont reçu un autre message qu’ils devraient plutôt se diriger vers les bureaux du ministère chargé de la Culture.

Une nouvelle décevante

Au ministère chargé de la Culture, raconte-t-il avec amertume, ils nous ont finalement signifiés que nous ne pouvions pas voyager, arguant que nous étions en retard.

« Nous nous sommes sentis découragés et contournés », raconte Oscar Nshimirimana. Et d’ajouter qu’ils ont, par après, appris qu’ils avaient été remplacés par une autre équipe de tambourinaires de Bujumbura.

Il explique que les tambourinaires de Gishora ont dépensé presque 5 millions BIF pour la préparation du voyage : « Certains d’entre nous avons contracté des prêts  auprès de nos amis. Et cela nous sera difficile de les rembourser ».
En outre, il confie que le ministre chargé de la culture, Ezéchiel Nibigira, leur a demandé de rédiger une lettre et annexer le budget correspondant aux dépenses. Oscar Nshimirimana demande au ministère chargé de la Culture de les rembourser l’argent dépensé et les indemniser pour le temps perdu.

Contacté, le directeur général de la Culture au sein du ministère des affaires de la Communauté Est Africaine, de la Jeunesse, des Sports et de la Culture, Aimable Nkunzumwami n’a pas voulu s’exprimer sur ce sujet. Il nous a renvoyé à la porte-parole du même ministère. Cette dernière dit ne pas disposer d’informations suffisantes sur le cas des tambourinaires de Gishora.

Forum des lecteurs d'Iwacu

6 réactions
  1. Terera Jean Paul

    C’est tres dommage que les choses se passent dans notre pays. Dans source, dans lequel le représentant des tambourinaire de Gishora, Monsieur Oscar Nshimirimana, note que l’idée de voyager vers Dubai, avec NDAYISHIMIYE, vient du chef de l’Etat lui meme.

    On de doit pas chercher de midi a 14heures, le Président de la République a raison en disant que “singira abanfasha ariko nzobaronka bukebuke”.

  2. Binkaa

    Il semble que le gouvernement labourieux a du pain sur la planche…,
    Ntaho vyabaye gusuzugura Sebarundi. Niwe yari yabitoreye.
    Kandi barabishoboye, akaranga, ibindi ni mixage…, Ntizikiri Ingoma.
    Ingoma le vocable est eloquent, tout change Mwezi doit se retourner
    dans sa tombe, nkuko vocabulaire ihinduka ngo  » Abene Gihugu »
    kera twari  » Abarundi » . Tugarurikira akaranga nk,Uburundi.
    Murakoze.

  3. Nshimirimana

    Du temps de mes études secondaires à l’ancien Athénée de Bujumbura, son équipe des tambourinaires, vainqueuse du festival de la jeunesse, devait se rendre en union soviétique …et coup de tonnerre, ce fut l’ENG de Gitega qui fut désignée partante à la place…sauf que, finalement, elle n’est partie et l’Athénée a été rétablie dans ses droit ( … peut-être que son bras s’est avéré être plus long que celle de l’ENG)

  4. Jereve

    Qui a décidé que ce sont les tambourinaires de Gishora qui accompagnent le Président? Qui a finalement décidé que c’est un autre groupe qui suivra la mission? Je constate seulement que dans certains ministères le centre de décision est partout et nulle part. Une décision prise par une autorité peut-être annulée, contredite ou inversée par son collègue. Il y a des fois où une autorité à très haut niveau annonce que des décisions seront prises pour résoudre des problèmes bien précis. Mais au moment de l’exécution on se rend compte que c’est le contraire qui se passe. Il y a quelque part une autre autorité ou un autre groupe qui a décidé autrement. Il en résulte la gabegie qui fait des victimes, à l’exemple des tambourinaires de Gishora.

  5. Maningo Jean claude

    Où allons-nous? Des tricheries, des magouilles d&ns tout.
    Ces tambourinaires de Gishora ont gardé l’essence du tambour burundais. Leur rythme est sans égale. Au lieu de les encourager, on les fait gaspiller l’argent qu’ils n’ont pas. Qu’on leur rembourse tout ce qu’ils ont dépensé. C’est triste

    • Ndirabika

      Un exploit de plus de reta mvyeyi

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’entrée de la RDC dans l’EAC, quelles opportunités ?

Depuis son investiture, le 24 janvier 2019, le président Félix Tshisekedi s’est donné comme priorité d’axer sa politique régionale sur la coopération et l’intégration. Il s’est aussi engagé à travailler étroitement avec ses pairs afin de rétablir la paix et (…)

Online Users

Total 4 878 users online