Mardi 31 janvier 2023

Sports

Le psychodrame dans la fédération nationale de taekwondo perdure

24/01/2023 1
Le psychodrame dans la fédération nationale de taekwondo perdure
Les prévenus dans l’affaire de la fédération nationale de taekwondo, après leur libération de la prison centrale de Mpimba

Des tensions persistent dans la fédération nationale de Taekwondo. Après avoir dénoncé le président de la fédération, 4 taekwondistes ont été incarcérés dans la prison centrale de Mpimba, puis relaxés provisoirement. Cyprien Bigirimana enverrait de faux compétiteurs en Corée du Sud moyennant 2500$ chacun.

Après 13 jours d’emprisonnement, quatre taekwondistes de la fédération nationale de taekwondo ont bénéficié d’une liberté provisoire. Selon leur défense, ils sont accusés de complicité de trafic des êtres humains, de dénonciation calomnieuse, et de corruption. C’est après avoir dénoncé leur président de la fédération, Cyprien Bigirimana, qui enverrait de faux compétiteurs en Corée du Sud moyennant 2500 $ par personne.

Les 4 athlètes interpellés avaient d’abord été détenus au Service national des renseignements(SNR). D’après leur avocat, Cyprien Bigirimana figure en premier sur la liste des prévenus, mais il est toujours libre.

Dans cette affaire, un certain Justin a été arrêté au Rwanda à l’ambassade du Burundi. Selon ses dires, il a été piégé par les complices de M. Bigirimana. Selon son avocat, il allait chercher des papiers pour retourner au pays. Car son passeport était gardé à l’ambassade de la Corée du Sud, mais il n’avait jamais été contacté par cette dernière.

La défense cite un certain Rangira, initiateur du Taekwondo au Burundi, d’origine rwandaise, qui serait de mèche avec Cyprien Bigirimana. Justin, petit commerçant exerçant au lieu communément appelé Bata, situé en plein centre-ville de la mairie de Bujumbura, est rentré menotté, récupéré à la frontière du Burundi avec le Rwanda, puis a été conduit au SNR. Il y a passé 21 jours. De là, il a connu les 4 taekwondistes. Justin, quant à lui, est accusé de faux et usage de faux dans la même affaire.

La défense continue d’expliquer que les documents qui composent le dossier de ces 4 taekwondistes, présentés en justice, sont des rappels et d’autres papiers comme des éléments à charge. Leur avocat se demande aussi pourquoi ses clients ont été emprisonnés alors qu’ils ont dénoncé leur président de la fédération nationale de Taekwondo.

Le président de la fédération nationale du Taekwondo, Cyprien Bigirimana, n’a pas souhaité faire de commentaire sur cette question.
Cyprien Bigirimana est aussi directeur du Centre d’études et de documentation juridique du ministère de la Justice.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Kabudesiya

    « Cyprien Bigirimana est aussi directeur du Centre d’études et de documentation juridique du ministère de la Justice »!
    Et j’ajoute que sa femme est cadre au SNR.
    Ne cherchez plus à comprendre pourquoi Bigirimana Cyprien est libre. Comme dirait quelqu’un, ainsi va le Burundi…!

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Une conscience collective pour recouvrer les fonds dérobés

Samedi 21 janvier, dernier jour de la prière interconfessionnelle organisée par le parti au pouvoir Cndd-Fdd, le Président Ndayishimiye a appelé les leaders à “remettre les choses en ordre” pour le relèvement économique du pays. Il les a exhortés à (…)

Online Users

Total 1 609 users online