Lundi 16 mai 2022

Économie

Le prix du carburant repart à la hausse

29/04/2022 3
Le prix du carburant repart à la hausse
File de voitures en attente de carburant

Dans un communiqué publié ce jeudi 28 avril, le ministère de l’Hydraulique, de l’Energie et des Mines, a annoncé une hausse des prix du carburant liée, dit-il, aux conséquences de la guerre menée par la Russie en Ukraine et une économie mondiale fragilisée par la pandémie de la Covid-19.

A Bujumbura, le prix de l’essence est passé de 2.700 à 3.250 BIF, celui du mazout est passé de 2.650 à 3.450 BIF et celui du pétrole est passé de 2.450 à 3.150 BIF. La dernière hausse du prix du carburant est intervenue le 27 janvier 2022.

Cette nouvelle revue à la hausse des prix du carburant fait suite à une pénurie généralisée de ce produit stratégique qui avait entraîné ces derniers jours des files gigantesques d’automobiles aux abords de certaines stations-service.

A cela il faut ajouter les longues file de gens en face de l’ancien marché central de Bujumbura attendant désespérément des bus pour rentrer après une journée de dure labeur.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Ndambi

    Pardon, lisez peu cher à la place de peu sûrs.

  2. Kibinakanwa Médard

    Un responsable au plus haut degré incapable de donner des chiffres exacts.
    Ntagira aba hanura?

  3. Ndambi

    Le prix de transport va augmenter. Et en même temps on interdit les moyens de transport peu sûrs. Drôle de vision.
    Nos dirigeants vivent dans des tours d’ivoire. Les accidents sont dûs en grande partie à la honteuse corruption.
    Who’s irresponsible at the first level.
    The corrupt system governing our poor country.
    Aba turunda amajwi

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Monsieur le ministre, « ça va bien, mais ça va mal »

Sur le marché, il y a une tendance généralisée de la hausse des prix des produits. L’enquête menée par les journalistes d’Iwacu à Gitega, capitale politique et à Bujumbura, capitale économique, sur les produits agricoles de base, confirme l’envolée des (…)

Online Users

Total 1 643 users online