Samedi 10 décembre 2022

Économie

Transport en commun : hausse des tarifs après celui du carburant

09/08/2018 Commentaires fermés sur Transport en commun : hausse des tarifs après celui du carburant
Transport en commun : hausse des tarifs après celui du carburant
Selon le secrétaire général de l’Atrabu, le gouvernement devrait subventionner le secteur des transports en commun.

«Le prix de transport par bus en mairie de Bujumbura passe de 380 BIF à 400 BIF», lit-on dans le communiqué conjoint du gouvernement et des représentants des transporteurs sorti ce jeudi 9 août, à la veille de la hausse du prix du carburant.

Des tarifs pour les quartiers périphériques ont augmenté de 5%. Ces derniers sont Carama, Kiriri, Ruziba, Maramvya, Mirango-Rond-point, Kamesa, Rubirizi et Buterere.

Le même communiqué souligne que la hausse pour le transport vers l’intérieur du pays ne doit pas dépasser 5%. Cela compte aussi bien pour les personnes que pour les marchandises.

Pour Charles Ntimpirangiza, secrétaire général de l’Association des transporteurs du Burundi (Atrabu), cette hausse ne tient pas en considération leurs doléances. Il souligne que leur travail n’exige pas seulement du carburant : «Nous avons aussi besoin de pièces de rechange, du vidange et graissage, des pneus, etc».

Selon lui, la hausse du carburant les affecte doublement : « C’est à la pompe d’une part et aux autres services connexes à notre travail  de transport en commun d’autre part». Il parle de la nécessité d’une étude sur l’impact de la hausse du carburant sur leur travail.

Autrement, le gouvernement devrait subventionner le secteur des transports en commun. Car, explique-t-il, il le considère visiblement non pas comme un secteur commercial mais comme relevant du domaine social.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Le citoyen invisible

« Au Burundi, le temps de bâtir une nation définitivement réconciliée est arrivé », a annoncé Albert Shingiro, ministre des Affaires Etrangères et de la Coopération au Développement, lors du briefing au corps diplomatique accrédité à Bujumbura, mardi 6 décembre. « (…)

Online Users

Total 1 477 users online