Mardi 18 juin 2024

Politique

L’agriculture et l’élevage, priorités dans la nouvelle loi budgétaire 2022-2023

22/06/2022 1
L’agriculture et l’élevage, priorités dans la nouvelle loi budgétaire 2022-2023
Domitien Ndihokubwayo: “Les dépenses prévues et non exécutées dans le délai fixé, seront jugés nulles et les gestionnaires seront tenus à se justifier.”

L’Assemblée nationale a adopté à l’unanimité, ce 21 juin, le projet de loi sur la fixation du budget 2022-2023. Les ressources du budget général de l’Etat y compris les dons, sont estimés à plus de 2193 milliards de Bif.
“Ce projet de budget marque la transition vers le budget-programme. Il introduit le Plan de travail et budget annuel (PTBA)”, a expliqué, devant les députés, le ministre des Finances, Domitien Ndihokubwayo.

Les grandes allocations, dites prioritaires par le gouvernement, concernent l’agriculture et l’élevage, la santé publique, l’industrialisation, l’emploi des jeunes et la protection des vulnérables, les infrastructures socio-économiques et la paix et la réconciliation. Les infrastructures socio-économiques prendront la grosse part du gâteau avec 280 milliards de BIF. La construction du chemin de fer, des bâtiments administratifs, etc sont les plus concernés.
Les nouveautés

Au titre de l’exercice budgétaire 2022-2023, les dépenses prévues et non exécutées dans le délai fixé, seront jugés nulles et les gestionnaires seront tenus à se justifier.
Aussi, toutes les recettes des établissements publics à caractère administratif, des administrations personnalisées de l’Etat bénéficiant des subsides ainsi que d’autres services étatiques seront désormais collectées par l’Office burundais des recettes(OBR).

“Les prévisions en recettes et en dépenses des communes, des hôpitaux publics et des établissements publics à caractère social, commercial et industriel seront renseignées trimestriellement au ministre des Finances”, a précisé Domitien Ndihokubwayo.

Les hypothèses macroéconomiques reposent surtout sur une croissance de 4,6% du PIB en 2022/2023 et une inflation de fin de période estimée à 8,0%.
Tous les députés du parti Congrès National pour la liberté (CNL) avaient boycotté cette séance d’analyse du projet de loi sur la fixation du budget de l’Etat.

Forum des lecteurs d'Iwacu

1 réaction
  1. Mvuyekure

    « …Les hypothèses macroéconomiques reposent surtout sur une croissance de 4,6% du PIB en 2022/2023 et une inflation de fin de période estimée à 8,0%… » Donc 4.6-8.0 =-3.4 Quelqu’un pour nous éclairer nous qui sommes profanes en macroéconomie ?
    Merci

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Séance terminée, on rentre à pied !

Bon gré mal gré, la pénurie de carburant s’invite à l’hémicycle de Kigobe. Une courte vidéo fait actuellement le buzz sur les réseaux sociaux. En pleine séance, un député a rappelé à ses collègues de penser à ceux qui rentrent (…)

Online Users

Total 2 243 users online