Dimanche 26 juin 2022

Politique

Très remontés, les députés du CNL boycottent une session parlementaire

22/06/2022 5
Très remontés, les députés du CNL boycottent une session parlementaire
Agathon Rwasa : « Si nos droits sont bafoués au niveau du parlement, qu’en est-il des droits des citoyens ? »

Alors que l’Assemblée nationale analysait et adoptait le projet de loi portant budget général de l’Etat exercice 20222-2023 dans la séance plénière de ce 21 juin, les députés du parti de l’opposition CNL n’y ont pas siégé. Ils réclament le droit de constituer un groupe parlementaire.

Selon un communiqué sorti par les députés du Congrès National pour la Liberté (CNL), le motif de ce boycott à la plénière de ce mardi est un contentieux lié au refus de reconnaître le groupe parlementaire du parti CNL par le président de l’Assemblée nationale. Selon le CNL, c’est une violation de la Constitution du pays et du règlement intérieur de l’Assemblée nationale.

« Au regard de la loi, il n’y a aucun mobile qui pourrait justifier le refus de reconnaître notre groupe parlementaire. Nous remplissons toutes les conditions pour former un groupe parlementaire », a indiqué Agathon Rwasa, président du parti CNL, dans une interview accordée à la presse dans l’après-midi de ce 21 juin.
Selon lui, les députés du parti CNL avaient adressé, dans la session d’avril, une déclaration de constitution de leur groupe parlementaire au président de l’Assemblée nationale.

« Quelques jours après la soumission de notre déclaration, le président de l’Assemblée nationale nous a envoyé une correspondance où il nous refuse catégoriquement de former un groupe parlementaire, évoquant des délais qui ne se trouvent nulle part dans le règlement d’ordre intérieur », regrette-t-il.

Agathon Rwasa fustige l’attitude du président de l’Assemblée nationale de refuser une audience à ces députés pour échanger sur ce sujet. Ce 21 juin, poursuit-il, le groupe parlementaire a réintroduit sa préoccupation via le directeur chargé de la législation, mais il n’y a pas eu de réaction de la part du président de l’Assemblée.
« Cela nous a contraint de rester à l’écart dans les travaux d’aujourd’hui puisqu’il a opposé un silence absolu à notre doléance. Cette attitude est inacceptable. Si nos droits sont bafoués au niveau du parlement, qu’en est-il des droits des citoyens ? », s’interroge le président du parti CNL.

Pour lui, le deux poids deux mesures ne peut nullement faire avancer le pays : « S’il accepte qu’il y ait un groupe parlementaire du parti CNDD-FDD, pourquoi refuser ce droit au groupe parlementaire du parti CNL ? Qu’il se ressaisisse ».
Selon le président du parti CNL, les mobiles derrière ce refus seraient des tendances d’écarter son parti des institutions régionales, notamment la représentation de ce parti à l’Assemblée législative de la communauté Est-Africaine (EALA).
Il appelle à la sagesse du président de l’Assemblée nationale : « Il devrait montrer le bon exemple de respecter les dispositions légales et d’asseoir la justice ».

En cas de non-reconnaissance catégorique du groupe parlementaire du parti CNL, Agathon Rwasa rassure que les députés de son parti continueront de siéger dans l’Assemblée nationale, tout en réclamant leurs droits.
L’article 177 de la constitution de la République du Burundi stipule que des groupes parlementaires peuvent être constitués dans l’Assemblée nationale. Selon le règlement intérieur de l’Assemblée nationale dans son article 50, les députés peuvent se regrouper par affinités politiques. Un groupe parlementaire ne peut être administrativement constitué que lorsqu’il est multiethnique et réunit au moins cinq députés.

« Les groupes parlementaires sont constitués après remise au président de séance d’une déclaration indiquant la liste de leurs membres ainsi que le nom de leur président. Cette déclaration est signée par tous les membres du groupe parlementaire et rendu publique par le président de la séance », lit-on dans ce même règlement.

Forum des lecteurs d'Iwacu

5 réactions
  1. Kagayo

    Politique
    RFI, 23/06/2022

    Burundi : le principal parti d’opposition, obtient l’autorisation pour un groupe parlementaire.

  2. Kibinakanwa

    Si on doit juger en comparant les interventions de Rwasa et des ténors qui nous dirigent maintenant (Parti de l’aigle).
    Il est manifeste que Rwasa est beaucoup plus cohérent, qu’il est plus éloquentp.
    En tout cas namuhaye aho avugira, il est beaucoup plus smart.
    Un juge independent lui donnerait une meilleure côte.
    Ivyo amatora vyo turazi ingene bigenda. C’est là que Kagabo dit la vérité.
    Ndayizeye, Bavuginyumvira et Rwasa feraient de meilleurs présidents et ont plus une stature internationale

  3. Kagabo

    Tjrs l’opposition de notre Honorable Rwasa est que tous ce qui fait par le parti au pouvoir est tout le temps négatif. Il semble qu’il a besoin des lunettes à double vision, pour voir clairement. Malheureusement, nous savons bien qu’il n’aura pas la chance de nous montrer ceux qu’il est capable, car il ne sera jamais Président, vu les proches horizons. Evariste a encore un autre mandat pour solidifier tous ces projets encours, Est ce que Rwasa à 85 ans sera capable se porter candidat face à Reveriano en 2034? Je ne pense pas!!!!!! Oui vivra verra.

  4. Ndambi

    Dans in système démoxratque normal, opposition doit jouer son rôle, ntitegerezwa kuba ndiyo bwana.
    Dans nos dictatures en Afrique en général et dans la sous région ils applaudissent pour avoir leur jetons.
    Un cas symptomatique: Le Mpanda gates a été ébruité par le Président de la République. Aucun parlementaire n’en a parlé Il est vrai que Fabien était en prison😭😡

  5. Ntawendirira

    Bizare bizarre !!
    Notons que si on ne résout pas les problèmes ils nous poursuivent et les esprits ne sont jamais apaisés :
    https://www.lepoint.fr/monde/rdc-61-ans-apres-sa-mort-patrice-lumumba-rentre-chez-lui-22-06-2022-2480578_24.php

    Votre article très respectueux et respectable dit la même chose :
    https://www.iwacu-burundi.org/in-memoriam-professeur-ruzenza/

    Nous sommes croyants devant Imana, montrons-nous humains dans notre petite république.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Un projet de loi. Des questions sans réponses

Des arguments ont été avancés pour motiver un tel projet de loi portant sur la nouvelle délimitation. Entre autres la mise en œuvre de la politique nationale de décentralisation, l’harmonisation avec les organisations administratives des pays de la sous-région, une (…)

Online Users

Total 1 586 users online