Économie

La gare routière, passage obligé des camions en transit

28/01/2019 Parfait Gahama Commentaires fermés sur La gare routière, passage obligé des camions en transit
La gare routière, passage obligé des camions en transit
Audace Niyonzima : «Les camions transportant des marchandises en transit doivent être escortés pour lutter contre la fraude»

L’OBR oblige les camions transportant des marchandises en transit vers l’extérieur via les poste-frontières de Gatumba et Ruhwa de passer par la gare routière de Bujumbura afin d’être escortés. Raison officielle : lutte contre la fraude. Une mesure qui déplaît aux transporteurs.

Les camions transportant des marchandises en transit via les poste-frontières de Gatumba et Ruhwa doivent être escortés par les services de la lutte contre la fraude de l’OBR. Cette décision est en vigueur depuis le 11 décembre dernier.

Les véhicules en transit passent aussi obligatoirement par la gare routière de Bujumbura pour les formalités de récupération des balises. Ces nouvelles exigences déplaisent aux transporteurs qui passent par ces deux poste-frontières.

T.K., transporteur des denrées alimentaires en transit vers la RDC rencontré à la gare routière de Bujumbura, n’en revient pas. «Exiger les camions en transit de passer par la gare routière de Bujumbura, c’est une perte de temps inutile. Chaque véhicule en transit est scellé lorsqu’il entre sur le territoire national. Il n’est pas nécessaire de placer sur des camions d’autres balises».
De surcroît, souligne-t-il, pour traverser la frontière, les agents de l’OBR vérifient que le transporteur n’a pas touché au plomb servant pour le scellement. L’OBR devrait renforcer les patrouilles routières au lieu d’exiger aux camions de passer par la gare routière.

J.N., un autre transporteur croisé au port de Bujumbura affirme que l’obligation de passer par la gare routière dérange les chauffeurs de ces camions. «Elle augmente la durée de transport et le coût du transport.» Il témoigne qu’il lui fallait sept jours pour le trajet Bukavu-Dar-Es-Salaam. Avec cette décision, la durée de ce trajet s’allonge de deux jours. Chaque camion doit être escorté par un agent de l’OBR.

Des fois, cet office manque de véhicules pour les accompagner. «A la gare routière de Bujumbura, il y a beaucoup d’activités.» Des fois, confie-t-il, les camions peuvent même attendre deux jours à la gare routière.

Ce transporteur recommande à l’OBR de chercher des balises électroniques. Comme c’est le cas dans les autres pays de la Communauté de l’Afrique de l’Est. Ceci permettra de suivre à distance le mouvement de chaque camion transportant des marchandises.

La lutte contre la fraude, à l’origine

Audace Niyonzima, commissaire général de l’Office Burundais des Recettes (OBR), explique que la mesure d’escorter les camions en transit a été prise pour lutter contre la fraude. «L’’OBR a constaté que certains transporteurs en transit déchargent et vendent leurs marchandises au Burundi alors qu’ils n’ont pas payé les droits de douane».

Suite à ce comportement, indique-t-il, les services de lutte contre la fraude escortent les marchandises jusqu’à la frontière de destination. «L’objectif est de s’assurer que ces marchandises en transit quittent effectivement le territoire national». Les camions en transit ne peuvent pas décharger leurs marchandises dans un autre pays que celui de destination.

Le commissaire général de l’OBR tient, par ailleurs, à rassurer les transporteurs. Dans un avenir proche, les balises seront disponibles à la gare routière de Bujumbura. Ceci faciliterait le contrôle à distance des camions en cours de route jusqu’à la frontière.

Il fait savoir que son administration a déjà octroyé le marché pour la conception de ces balises électroniques. Le concepteur de ces balises n’a pas encore terminé l’installation des équipements nécessaires au fonctionnement de cette technologie. En attendant, l’OBR escorte les marchandises en transit jusqu’à la frontière.

Suite à la décision du CNC, vous ne pouvez ni réagir ni commenter cet article.

Lire le communiqué

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

L’emprisonnement de Banciryanino, un mauvais précédent ?

Léandre Sikuyavuga Commentaires fermés sur L’emprisonnement de Banciryanino, un mauvais précédent ?

L’arrestation puis l’emprisonnement de Fabien Banciryanino, un député indépendant sous la dernière législature, a créé un certain émoi et a« fait le buzz » surtout sur les réseaux sociaux. Officiellement, c’est pour « rébellion, dénonciations calomnieuses et atteinte à la (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 1 110 users online