Archives

Kirundo : incendies criminels à Bugabira

Six maisons ont été incendiées en moins de deux jours dans la commune Bugabira dont cinq sur la colline Gaturanda et une sur la colline Kigoma. Certains parlent d’actes criminels aux mobiles politiques. Hypothèse rejetée par le gouverneur de Kirundo. Nos reporters y ont été.

Jeanine Uwambayinzobe : «Je ne pouvais plus respirer à cause de la fumée » ©Iwacu
Jeanine Uwambayinzobe : «Je ne pouvais plus respirer à cause de la fumée » ©Iwacu

Colline Gaturanda, à plus de 60 kilomètres du chef-lieu de la province Kirundo. L’angoisse se lit sur des visages rencontrés sur place. Et pour cause : cinq maisons ont été brûlées dans la nuit du 15 au 16 août.
Au milieu des décombres de sa maison, Patricia Mukakayonde, les larmes aux yeux, confie : « C’était vers 1 heure du matin lorsque des bruits m’ont sortie de mon sommeil. Une grosse flamme s’est élevée et j’ai voulu sortir avec mon petit-fils. »
Malheureusement, indique la sexagénaire, la porte était bloquée de l’extérieur par des fers à béton. Elle décide alors de pousser des cris. Des voisins accourent, fracassent la porte et la sortent de la maison en feu. Son petit-fils  aussi. Ils sont sauvés de justesse: « La toiture est juste tombée après notre sortie. »

Pendant ce temps, la même scène se produit chez Jeanine Uwambayinzobe (26 ans), belle-fille de Patricia Mukakayonde. Elle dormait avec Gabriel, son mari et leur bébé d’un an. « Je ne pouvais plus respirer à cause de la fumée. » Après les cris de Jeanine Uwambayinzobe, des voisins sont aussi venus les sauver en enlevant également des fers à béton et en fracassant la porte.
En tout, cinq maisons toutes appartenant à des membres d’une même famille sont brûlées à la même heure. Il s’agit de Jean Bosco Ntirandekura, le fils de Patricia, Jean-Baptiste Rukeramanzi, le frère de Patricia, Mudende, beau-frère de Patricia, Jeanine Uwambayinzobe et Patricia Mukakayonde.

Un détail important : tous affirment être du parti Uprona, l’aile de Charles Nditije. Ils confient être surpris par ces actes car ils vivaient en parfaite harmonie avec les autres membres de la communauté.

Quid des auteurs de ces incendies ?

Sans être précise, une source habitant cette localité et proche de la famille victime, soupçonne un groupe des jeunes qui font des rondes nocturnes dans les ménages et le long du lac Cohoha d’être les auteurs : « Une seule personne ne peut brûler cinq maisons étendues sur une superficie de plus de 500 mètres à une même heure. » De plus, constate notre source, depuis que ce groupe fait ces rondes, le banditisme, de cas de vols de la nourriture cuite, des casseroles, du petit bétail sont rapportés tous les jours. « Un homme a été tué lors de ces rondes nocturnes dans le lac. A ce jour, personne ne connaît l’auteur du crime et le mobile », martèle-t-il.

Patricia Mukakayonde : « Ce sont les voisins qui nous ont sauvés » ©Iwacu
Patricia Mukakayonde : « Ce sont les voisins qui nous ont sauvés » ©Iwacu

Pour d’autres, les soupçons portent sur un groupe des jeunes Imbonerakure qui effectuent aussi des rondes nocturnes : « Sinon comment expliquez que toutes les victimes soient des Tutsi et membres du parti Uprona, l’aile de Charles Nditije ? »

Pour d’autres encore, ces actes auraient été commis par des gens qui veulent lancer un message et semer la confusion à l’approche des élections. Et pour cause, explique F.N., habitant la même colline, deux maisons appartenant aux Hutu du Cndd-fdd ont été brûlées fin juin dans la localité de Rubirizi : « Trois jeunes ont été appréhendés puis relâchés alors que deux enfants avaient péri dans l’incendie. »
Pour lui, les auteurs veulent faire croire qu’il y a un problème ethnique derrière ces actes alors que le problème est plus politique car le parti au pouvoir ne veut pas permettre aux autres partis de fonctionner sur cette colline : « Les membres du Frodebu Nyakuri ou bien du MSD ne peuvent pas organiser des réunions sur cette colline. » Et de demander que la présence de la police soit renforcée dans cette commune afin de prévenir d’autres cas d’incendie.

Toutefois, les habitants de la colline Gaturanda sont unanimes: il n’y a pas de problème ethnique derrière ces incendies : « j’ai été secourue par tous les voisins, toutes ethnies confondues. Ils sont tous venus nous aider à reconstruire nos maisons », souligne Patricia Mukakayonde.

Le phénomène s’intensifie sur d’autres collines

La maison de Juvénal Nizigiyimana a pris feu dimanche 17 août 2014 vers 21 heures. L’incident est survenu sur la colline Kabirizi, secteur Kigoma dans la commune de Bugabira.

Selon les témoignages sur place, un conflit entre les Imbonerakure du Cndd-fdd et les membres du parti Frodebu Nyakuri, iragi rya Ndadaye est à l’origine de cet incendie.
D’après Tharcisse Nitunga, membre du parti de Jean Minani, tout commence vendredi 15 août 2014. Certains militants du Frodebu Nyakuri prennent tranquillement un verre au centre Vunga en commune Bugabira. «Nous avons été menacés par les Imbonerakure qui veulent que tous les habitants du secteur Kigoma en commune Bugabira adhèrent à l’idéologie du Cndd-fdd », explique Tharcisse Nitunga. Selon la même source, le pire a été évité parce que les membres de Sahwanya Frodebu Nyakuri ont préféré rentrer chez eux.

Dimanche 17 août 2014, raconte Révérien Nzeyimana, les Imbonerakure, dirigés par Juvénal Nizigiyimana tabassent certains membres du Frodebu Nyakuri. Pour se venger, ceux-ci brûlent la maison de ce Juvénal Nzeyimana.

Intervention policière

Les policiers interviennent. Voyant que la tension monte, ils tirent quelques balles en l’air pour disperser la foule. «Malheureusement, le feu avait déjà tout consumé, nous n’avons rien sauvé », déplore Vestine Mukashaka, épouse de Juvénal Nizigiyimana. « Nous avons passé la nuit dans la brousse à cause de ces affrontements», explique un voisin. Des sources sur place précisent que la police a procédé à l’arrestation de sept personnes pour des enquêtes, y compris le propriétaire de la maison brûlée. Elles sont gardées au cachot de la commune Bugabira.

Forum des lecteurs d'Iwacu

11 réactions
  1. abdoul

    « Sinon comment expliquez que toutes les victimes soient des Tutsi et membres du parti Uprona, l’aile de Charles Nditije ? »

    ça c’est la meilleur! Donc si des tutsi et membres de l’UPRONA aile Charles Nditije sont victimes, les coupables ne peuvent être que des Imbonerakure?

    Merci beaucoup pour l’information. On en tiendra compte pour nos futures lectures des événements.
    C’est même pourquoi on aime les Burundais.On a des principes clairs qui nous permettent de connaître rapidement les criminels, même si on ne met pas les noms sur les coupables, cela n’a pas d’importance! On connaît le groupe et ce groupe doit être puni.
    Et c’est même mieux! On connaît le grand groupe auquel appartient les Imbonerakure. Donc c’est très facile de se venger puisque les coupables sont connus et nous sont très proches.

    Et de proche en proche le cycle se ferme!

  2. Karahinda Joseph

    Merci, IWACU. Vous avez produit un très bon article journalistique. Clair et bien fouillé. C’est ce genre de travail qu’on aimerait lire souvent.

  3. kimeneke

    Kuba dd ntabuye rizosigara hejuru yirindi

  4. Raoul Irad

    les soupçons portent sur un groupe des jeunes Imbonerakure qui effectuent aussi des rondes nocturnes : « Sinon comment expliquez que toutes les victimes soient des Tutsi et membres du parti Uprona, l’aile de Charles Nditije ? »

    DECIDEMENT tout est bon pour parler d’Imbonerakure !
    A quel epoque vivez vous pour pouvoir tenir de telles propos ??

    Quelqu’un veut trouver la paix, mefions nous ! arretons de remuer les vieilles histoires qui n’ont rien a voir avec la presente situation !

  5. Ndayiragije

    Imvikira zo muri nord ni muhaguruke ahandi ho muzogera kuyora mwasheshe. Mbega izo mbonera kure zigira ibiro biteze ziri muri nord gusa, Muri sud murumva induru nk’izo? ndabaheye akarorero ka commune mugamba, kandi mumenye ko na CNDD-FDD ifiseyo abanywanyi. None ko abanyagihugu baho babanye mu mutekano nta ngere??? Muragenda babigishe ingene babana hanyuma nsabiye agashimwe abatware ba ma commune abumbatira umutekano. iteka aho ryamye bantu bo muri nord ariho havuka na président

  6. Masque

    Comment se fait-il que souvent , dans l’histoire du Burundi, les problèmes viennent toujours du Nord du pays?!!! Comme vous le dites, on finit par comprendre où est le problème et qui a intérêt que le Burundi soit toujours à feu et à sang. ça va se savoir!

  7. Incoyable

    A part cette insécurité, mbega ya mabati nama n’umva bahaya aja hehe? Haracari mu Burundi des huttes nkizo? On dirait des hommes de la préhistoire!

  8. att

    Par ces événements, il est clair que quelqu’un est dérangé par le fait que les burundais vivent en paix et en entente.
    Il nage mieux dans un Burundi en proie à des flammes, dans un torrent de haine , tapissé de destructions et de morts.

    J’ai l’impression que les masques finiront par tomber d’eux même et qu’on finira par savoir la personne(physique ,morale ou politique) qui a plongé le pays dans plusieurs décennies de désolation.

    Au fur et à mesure que la paix s’installe, la personne s’agite , comme un poisson qu’on sort de l’eau.
    Et elle fait tout pour retourner dans son milieu naturel , c’est à dire le chaos.

    Mais comme il s’agite seul, il finira par être vu par tout le monde et enfin les burundais comprendrons que c’était lui le petit virus qui rendait malade leur tissus social.

    Ils comprendrons qu’ils ne se haïssent pas mais qu’en fait quelqu’un les a poussé à se haïr pour qu’il puisse vivre car c’est ce qui le fait vivre.

    Time will tell!

  9. KAZIRI

    Le ministre de l’intérieur, il est où ? Le ministre de la sécurité publique il est où ?

  10. Nzobandora

    Amatora yatwaye imitwe abantu bose y compris nos dirigeants et tempi que le pays soit à feu et à sang pourvu que l’on gagne!!!

    Quel leadership!!!

  11. Gerard

    Jewe narinzi ko Abarundi twacishijwe ubwenge n’amagume, none nsanze ataco bitubwira. Abantu nk’abo baturira amazu y’abanyagihugu bato bato uwobabaza inyungu baronka nsinzi ko boyerekana.
    Iyo migambwe yironderera amaronko. None ko n’abayirongoye biyamiriza ibikorwa bikorwa n’urwo rwaruka, none rworwo ntirwoja rwikebuka. ‘Urusha ubwira shobuja bukakwirirako’.

    Ikindi naco; ya mabati yagatanzwe mu gihugu ahererahe? Tugowe tikiriko, ariko Imana iratubona.
    Banyagiguhu, uwo uzotora mushire ku mutima hanyuma wigire mu bikorwa vyawe bizotunga umuryango.
    Ba Minani baraza barabe amahoteli bavyagiyemwo, ikiyaga kimwe co mu Kirundo yarakiguze; none ga Banyagihugu mupfa iki aho mwogize ubumwe. umubanyi niwe muryango kumbure muhumuke. Atari uko naho inzara igiye kubirenza ntakabuza.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Editorial de la semaine

Confession

Abbas Mbazumutima Commentaires fermés sur Confession

La énième mise en garde adressée à Iwacu par le Conseil National de la Communication pour non-respect du principe de l’équilibre de l’information est tombée comme un couperet. Je suis resté sans voix. L’équilibre de l’info, c’est notre ADN, fondamental, (…)

Notre Web Radio sur What'App

1 Ajoutez le numéro suivant à votre liste de contacts de votre GSM : + 257 76 002 004

2 Ouvrez l'application WhatsApp et envoyez un message à ce numéro avec votre nom + la mention "abonnement".

3 Il n'y a rien d'autre à faire : nous nous occupons de l'activation de votre compte. Vous commencerez à recevoir nos émissions quotidiennes en direct sur votre smartphone.

Online Users

Total 310 users online