Mercredi 29 mai 2024

Environnement

Kanyosha : Un hippopotame menace la population

03/03/2023 3
Kanyosha : Un hippopotame menace la population
Un marais où habite un hippopotame dans le quartier Gisyo

Dans le quartier Gisyo de la zone Kanyosha au sud de la ville de Bujumbura, un hippopotame vit au milieu des habitations depuis plus de six mois. La population demande sa relocalisation vers le lac Tanganyika. Pour l’OBPE, cette localité devrait rester une zone d’habitation des hippopotames.

A 10 heures ce 2 mars dans la cellule 4 du quartier Gisyo en commune urbaine de Muha, des gens lancent des pierres dans un marais où se cache un hippopotame. Personne n’ose s’approcher de peur d’être attaqué. Ce marais, couvert de jacinthe d’eau, se trouve à des centaines de mètres du lac Tanganyika. Des habitations modernes y sont érigées. Des chantiers de maisons sont aussi en cours. Pourtant, de petites mares  s’observent un peu partout.

« Cet hippopotame a déjà tué deux personnes. A 20 heures, il quitte ce marais et circule dans tout le quartier jusqu’à la route nationale RN3 pendant toute la nuit. Il nous fait vraiment peur », indique Evariste Nkurikiye, un habitant de cette zone.

Selon lui, il n’y a plus de libre circulation dans ce quartier pendant la nuit : « On ne peut plus rentrer tard dans la nuit. On a peur de le rencontrer sur son chemin. Hier, alors que je venais du marché à 20 heures, je l’ai croisé à côté du portail. Il allait me dévorer. J’ai échappé à la mort ».
Pour lui, cet hippopotame est un danger pour la population. Il regrette que rien n’a été fait pour l’écarter, même si la police et l’administration sont tous au courant de sa présence.

Pour une habitante de ce quartier, les parents doivent aussi veiller à ce que leurs enfants n’approchent pas le marais où habite cet hippopotame. Elle confie que ce mammifère vit dans cette localité depuis plus de six mois.

Ces habitants du quartier Gisyo appellent les services habilités de l’Etat à intervenir dans les brefs délais pour qu’il n’y ait plus de dégâts humains. Ils suggèrent que cet hippopotame soit tué ou renvoyé dans le lac Tanganyika.

Contacté, le directeur général de l’Office burundais pour la protection de l’environnement (OBPE), Berchmans Hatungimana, déplore que la population ait construit des maisons dans une zone d’habitation des hippopotames : « Ils ont envahi l’espace où ces hippopotames cherchent du pâturage et l’ont fait exprès. Ce n’est pas facile de le faire retourner dans le lac Tanganyika ».

Pour lui, les habitants devraient arrêter de construire des maisons dans cette localité. Il promet de s’y rendre pour s’enquérir de la situation et trouver une solution.

Forum des lecteurs d'Iwacu

3 réactions
  1. Kazirukanyo Salvator

    Laissez cet hippopotame tranquille.Vous construisez dans son habitat et vous venez vous plaindre qu’il vous agresse?A quand le respect de l’habitat de chaque être vivant?Et pourtant Dieu a donné à chaque être vivant sa place.L’être humain n’est pas supérieur à d’autres êtres vivants.Que l’hippotame retrouve ses droits.Abarundi hagarika kuvyara kuko igihugu cacu kirarushe kubura aho kirima kubera imvyaro zitagira urugero.None tuzotema hose twubake hanyuma turime he?Turye iki?Cette folie démographique doit s’arrêter!Laissez l’hippopotame vivre sa vie tranquillement.L’être humain est la le problème parce qu’il se multiplie très vite au même niveau que la mauvaise herbe.Un contrôle démographique s’impose au Burundi.J’appèlle l’Union européenne à poursuivre son aide au Burindi dans ce sens parce que clairement les burundais nous ne savons pas le faire.

    • Muda

      Mu gihugu kimwe co muri Afrika y’ubuseruko, hari umuzungu yanditse igitabu avuga ko abagabo bo muri ico gihugu bafise umwete mwinshi mugutunganye abakenyezi muvyerekeye ivyo kurondoka. Uwo muzungu baramuhakije pe! Nta gitutsi atumvise. Uwo mwete sinarinzi ko natwe tuwufise.

  2. Kabizi

    Mr le Directeur général,
    Vous demandez aux gens de ne pas construire😭😭😭
    Mbega ntimuzi abatwara Urbanisme?
    Pathétique

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

La Crédibilité de la Ceni en Jeu

Le train des élections de 2025 (communales et législatives) et de 2027 (présidentielles) est déjà en marche. La Commission Électorale Nationale Indépendante (Ceni) se dit à l’œuvre. Depuis février, elle a déjà mené plusieurs activités. Le nouveau Code Électoral a (…)

Online Users

Total 2 557 users online