Mardi 18 juin 2024

Société

Bujumbura : un « mujeri » errant sème la panique dans la commune Kanyosha

29/05/2024 4
Bujumbura : un « mujeri » errant sème la panique dans la commune Kanyosha
L'ordre de tuer ce chien a été déjà donné par Triphine Safari, l'administrateur de la commune Kanyosha

Quatre personnes ont été mordues et une chèvre dévorée par un chien en divagation sur les collines de Buhonga, Kabumba et Gisovu en commune Kanyosha de la province de Bujumbura le dimanche 26 mai 2024. Les victimes sont majoritairement des enfants et sont admises à l’hôpital de Kabezi.

Le dimanche 26 mai 2024, un chien en divagation a mordu quatre personnes et dévoré une chèvre sur les collines de Buhonga, Kabumba et Gisovu, en commune Kanyosha, province de Bujumbura. Les victimes, majoritairement des enfants, ont été admises à l’hôpital de Kabezi pour y recevoir des soins.

Virginie Mpawenimana, cheffe de la colline Buhonga, rapporte que ce chien errant a d’abord attaqué un enfant sur sa colline vers 17 h, avant de se rendre à Kabumba où il a blessé deux autres personnes. Sur la colline Gisovu, dans la zone Kiyenzi, le chien, appelé localement « Mujeri », a mordu une personne et dévoré une chèvre.

Les personnes mordues sont actuellement sous traitement à l’hôpital du District sanitaire de Kabezi, selon Virginie Mpawenimana.

Triphine Safari, administratrice de la commune Kanyosha, a déclaré lors d’une réunion socio-sécuritaire des chefs de colline, tenue le lundi 27 mai 2024, avoir ordonné la chasse et l’abattage de ce chien. Elle a également indiqué que des enquêtes sont en cours pour identifier toutes les personnes potentiellement mordues par ce chien afin de les faire examiner à l’hôpital et de prendre des mesures pour prévenir toute forme de contamination.

Cette mobilisation rapide des autorités locales montre l’importance accordée à la sécurité et à la santé des habitants de la commune Kanyosha.

Forum des lecteurs d'Iwacu

4 réactions
  1. jereve

    Ici on parle bien de « mujeri », en langage vétérinaire, le mot qui définit bien les chiens errants et/ou enragés. L’administratrice a, avec raison, donné le feu vert à « la chasse et l’abattage de ce chien ».
    Rappelez-vous que ce même mot a été utilisé dans le passé en langage politique pour désigner l’adversaire et le désigner comme l’homme à chasser ou abattre si l’occasion se présente.
    Terrible parallélisme qui doit nous inciter à la prudence quant à l’utilisation de certains mots et expressions qui déshumanisent l’autre, l’adversaire, le concurrent, l’opposant.
    Encore plus de prudence pendant les périodes d’élections.

  2. astérie Gahuna (umukecuru)

    ce chien ne fait que se venger et venger les siens depuis que les gens ont osé les consommer en brochettes ou en steak et autres. Quelle honte.
    Certes les animaux ne parlent pas mais ils comprennent notre langage et sont sensible comme nous.
    C’est triste pour les victimes de ce chien errant.
    Il reste à espérer qu’il ne porte pas la maladie appelée « LA RAGE »

    • Y

      J’espère que tu ne manges pas toi-même des épinards, des feuilles de manioc etc., car lorsque tu arraches une feuille d’une tige, celle-ci reste en pleurs par la suite car elle est aussi sensible, même s’elle ne le crie pas.

    • Kazungu Logan

      Effectivement manger les chiens c’est nouveau chez les burundais que nous sommes mais vu notre nombre exponentiel à l’inverse des aliments disponibles l’équation devient insoluble.D’un côté des aliments en petite quantité,d’un autre côté des enfants naissant sans limite.Alors que faire pour manger?Je vous jure qu’un jour nous mangerons même des humains si nous continuons a produire des enfants en désordre.A bon entendeur.

Charte des utilisateurs des forums d'Iwacu

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux, appelant à des divisions ethniques ou régionalistes, divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne, utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans mentionner la source.

Iwacu se réserve le droit de supprimer tout commentaire susceptible de contrevenir à la présente charte, ainsi que tout commentaire hors-sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier. Par ailleurs, tout commentaire écrit en lettres capitales sera supprimé d’office.

Ajouter un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A nos chers lecteurs

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, mais une information rigoureuse, vérifiée et de qualité n'est pas gratuite. Nous avons besoin de votre soutien pour continuer à vous proposer un journalisme ouvert, pluraliste et indépendant.

Chaque contribution, grande ou petite, permet de nous assurer notre avenir à long terme.

Soutenez Iwacu à partir de seulement 1 euro ou 1 dollar, cela ne prend qu'une minute. Vous pouvez aussi devenir membre du Club des amis d'Iwacu, ce qui vous ouvre un accès illimité à toutes nos archives ainsi qu'à notre magazine dès sa parution au Burundi.

Editorial de la semaine

Séance terminée, on rentre à pied !

Bon gré mal gré, la pénurie de carburant s’invite à l’hémicycle de Kigobe. Une courte vidéo fait actuellement le buzz sur les réseaux sociaux. En pleine séance, un député a rappelé à ses collègues de penser à ceux qui rentrent (…)

Online Users

Total 2 235 users online